L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Barrages : La « vie normale » ne reprendra pas de sitôt

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

« La vie normale va reprendre », assuraient les représentants des Forces vives de Mayotte au sortir d’une assemblée générale avec les référents des barrages, vendredi. C’était sans compter sur une décision de justice, rendue le même jour au tribunal correctionnel de Mamoudzou, qui a envoyé derrière les barreaux deux meneurs du barrage de Chiconi (voir par ailleurs). Les barrages n’ont donc finalement pas été « mis de côté ».

Les « Forces vives » ont probablement mis la charrue avant les bœufs en annonçant, vendredi soir, à l’issue d’une assemblée générale avec les référents des barrages, la suspension du blocage des routes de l’île. Après quatre heures de réunion, Abdou Badirou, un des porte-paroles du mouvement, estimait ce soir-là que la vie allait « reprendre » et que les gens pourraient circuler le soir-même. Le collectif jouait alors la carte l’apaisement après avoir « expertisé » et « décortiqué » le courrier de Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, qui concrétisait les annonces faites lors de son déplacement à Mayotte, le dimanche 11 février. L’apaisement n’a pas duré. Le même jour, la justice a condamné à quatre ans de prison deux hommes – considérés comme des « leaders » du barrage de Chisa – reconnus coupables d’avoir commandité l’attaque de la brigade de gendarmerie de Sada (voir par ailleurs). « La population n’est pas d’accord [avec cette décision de justice, N.D.L.R.], les barragistes ont pris la décision d’un commun accord de ramener tous les barrages sur les routes de Mayotte », a décrété, samedi, Abdou Badirou. Une décision prise, à l’en croire, d’un commun accord avec « la base » du mouvement social.

La « base » réclame des mesures concrètes

Vendredi, la réunion entre leaders des « Forces vives » et barragistes avait pourtant mis en exergue des désaccords au sujet de la suite du mouvement, au cours d’une assemblée générale qui aura duré plus de quatre heures, dans le marché couvert de Tsararano (commune de Dembéni). Des participants plus exigeants que les leaders du mouvement social n’avaient pas l’intention de courber l’échine après réception du courrier ministériel, jugé peu convaincant sur les sujets sécuritaires. « La base ne veut pas lever tant qu’on n’a pas eu au minima l’état d’urgence sécuritaire », a argué un habitant de Dembéni.

Il y aurait d’ailleurs eu un premier vote à main levée, peu avant 16h, à l’issue duquel le vote « pour » le maintien des barrages l’aurait emporté. Mais les dirigeants du mouvement ont décidé de remettre le couvert après de vifs échanges. Entraînant le départ précipité d’une trentaine de personnes.

Une nouvelle visite ministérielle

Abdou Badirou estimait alors que « le gouvernement avait pris des engagements », dont celui de l’organisation d’un deuxième déplacement à Mayotte de la nouvelle ministre déléguée aux Outre-mer, Marie Guévenoux. Prévue dans « un mois », cette visite ministérielle permettra de « voir l’évolution des actions mises en place », selon le porte-parole. Une attention toute particulière est portée sur le sujet, sensible, du démantèlement du camp au stade Cavani. L’opération est censée se terminer dans quinze jours, si l’on s’en fie aux déclarations de Gérald Darmanin, qui prévoyait un démantèlement en deux mois.

« En tant que responsables, nous sommes conscients que cela ne va pas plaire à tout le monde, mais nous devons aussi faire confiance à ceux qui ont besoin de travailler davantage », avait conclu, vendredi, Safina Soula. C’était sans se douter que les barragistes ne l’entendraient pas de cette oreille, et reprendraient de plus belle leurs actions le soir-même.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1084

Le journal des jeunes

À la Une

Fabien Trifol retrouvé en mer à proximité des trois îlots entre Petite-Terre et Grande-Terre

Un bateau de particuliers a repêché Fabien Trifol dans le lagon, à proximité des trois îlots entre Petite-Terre et Grande-Terre, vers 17h, ce lundi....

[Mis à jour] Disparition inquiétante de Fabien Trifol, directeur Aménagement à la Cadema

Fabien Trifol retrouvé en mer à proximité des trois îlots entre Petite-Terre et Grande-Terre Ce dimanche, vers 16h30, Fabien Trifol a quitté son domicile de...

Plusieurs affrontements ce week-end alors que Wuambushu 2 doit commencer cette semaine

M’tsapéré, Majicavo-Koropa, Koungou, Tsararano, barrages et rixes entre forces de l’ordre et bandes de jeunes ont émaillé le week-end à Mayotte. A la veille...

Boulevard urbain : Cap vers une validation du plan de financement

Examen de passage réussi devant la Commission nationale du débat public (CNDP) à Paris. Le Département de Mayotte a reçu le feu vert il...

TME 2024 : Catégorie Jeune entreprise

Dernières pousses de l’économie mahoraise, les cinq nommés de notre catégorie Jeune entreprise montrent déjà toutes les qualités pour bien s’implanter dans le paysage...