L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Barrages : « La sécurité a toujours été la première revendication de la base »

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Ce mercredi, plusieurs barrages sont encore en cours sur l’île, malgré une volonté de levée de la part de la majorité des leaders des Forces vives. Nous sommes allés voir les manifestants encore présents sur les routes, qui auraient voulu que la sécurité soit davantage placée au cœur des demandes au gouvernement.

« Comment voulez-vous qu’on arrête les barrages quand nos enfants risquent leur vie en allant à l’école le lendemain ? » Cette question, c’est Tadjidini, un des référents du barrage de Bandrélé qui la pose, ce mercredi. « On a cassé dix fois ma voiture, alors si je dois restée sur ce barrage pendant un an, je le ferai tant que je ne suis pas en sécurité », indique une des militantes présente à ses côtés.

La sécurité : ce maître mot, au cœur des préoccupations de la population, certains barragistes ont l’impression qu’il n’a pas été assez porté aux oreilles du gouvernement. C’est en tous cas le sentiment que nous partage Fakri, référent du barrage du carrefour Ngwézi, dans la commune de Chirongui : « Nos représentants ont mis davantage en avant la fin du titre de séjour territorialisé auprès de Gérald Darmanin que l’état d’urgence sécuritaire. C’est comme si la tête avait décidé sans consulter la base ».  

Pour Salima*, présente sur le même barrage depuis le début du mouvement, les représentants des Forces vives ont porté les revendications de la population dans le mauvais ordre. « Ils ont insisté sur la fin du titre de séjour territorialisé, qui a été amplifiée par le ministre avec la fin du droit du sol, mais on sait que ça va prendre beaucoup de temps et qu’il y a un risque que ça ne passe pas. Ce n’est pas qu’on ne veut pas de ces mesures, elles sont légitimes sur le long terme, mais nous on veut la sécurité de manière urgente et visible », détaille la militante, qui, si elle reconnait que l’État a mis en place des moyens pour lutter contre la délinquance, ne perçoit pas l’efficacité des mesures prises jusque-là.

Un état d’urgence non négociable

Pour tous les protestataires que nous rencontrons sur la route entre Mamoudzou et Chirongui, la déclaration de cet état d’urgence est la condition à la levée des barrages. « Ces délinquants qui nous attaquent de manière préméditée avec des pierres, des machettes et maintenant des barres de fer, pour nous, ce sont des terroristes. Toutes les conditions sont réunies pour que l’état d’urgence soit déclaré sans attendre », poursuit Salima.

Mafana, référent du barrage de Chirongui situé plus loin, à l’intérieur du village, et membre du Comité Citoyen du Sud, ne réclame pas nécessairement l’état d’urgence, mais n’importe quel moyen qui puisse assurer la sécurité sur l’île immédiatement. « Pour aller travailler à Mamoudzou, c’est le parcours du combattant à cause des violences sur les routes. Les gens vivent prisonniers chez eux, en témoignent les barreaux aux fenêtres », souligne-t-il en pointant du doigt une maison pour illustrer son propos.

Pour le militant, il n’était pas question de lever les barrages à la simple réception de la lettre ministérielle reçue la semaine dernière, couchant sur le papier les engagements de l’Etat pour Mayotte. « On y lit que l’opération Wuambushu est un succès et le bilan sécuritaire qui y est dressé n’est pas clair. On l’a pris comme une provocation, comme si on nous disait que tout allait bien », explique le membre du comité créé en octobre dernier pour lutter contre l’insécurité. « Et regardez ce qu’il s’est passé à Passamaïnty quand le barrage a été levé : le soir-même il y a eu des affrontements là-bas et à Tsoundzou », intervient Ambou, également membre du Comité Sud.

« Notre but n’est pas d’enfermer les gens »

Si ce mercredi après-midi, le barrage de Chirongui, à côté du lycée, laisse passer tous les véhicules, ce n’est qu’une ouverture provisoire qui doit durer jusqu’à la fin de la semaine. « Notre but n’est pas d’enfermer les gens, mais de dénoncer, sensibiliser et faire entendre nos revendications », appuie Mafana, qui espère que la venue prochaine de la ministre déléguée aux Outre-mer, Marie Guévenoux, permettra de mettre en place des mesures sécuritaires exemplaires.

Quand on lui demande s’il n’a pas peur que le mouvement soit en train de perdre en crédibilité, suite à ses revirements de position, sa réponse est claire : « La sécurité a toujours été la première revendication de la base, et pour l’instant, on n’a rien vu être mis en place. »

Les Forces vives s’étaient pourtant engagées à lever les barrages si le gouvernement mettait par écrit les annonces promises lors de la visite du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, Gérald Darmanin. Vendredi dernier, les leaders avaient même annoncé une « mise de côté » des barrages après une réunion houleuse à Tsararano. Ce mardi, lors d’une réunion à Mroalé avec les barragistes, les leaders des Forces vives se sont majoritairement exprimés, encore une fois, pour la levée des blocages, estimant que le gouvernement avait joué le jeu. Mais la base du mouvement, elle, ne semble jamais l’avoir entendu de cette façon. Le courrier du ministre n’a clairement pas convaincu, les protestataires gardant le souvenir de promesses non tenues après les barrages de 2011 et de 2018.

« Il n’y a pas de division »

Pourtant, quand on leur demande, même si on reconnait une différence de position entre ces deux parties, il n’est pas question de division (voir par ailleurs). « Chacun exprime sa position. Quand il semble il y avoir de la colère entre nous, c’est la fatigue et l’émotion qui parlent, mais nous travaillons toujours ensemble », assure Mafana. « Il n’y a pas de division. Et d’ailleurs, il n’y a pas de Forces du peuple, nous somme les Forces vives », insiste Tadjidini, à Bandrélé, démentant, comme tous les manifestants rencontrés ce jour, la rumeur selon laquelle une nouvelle branche du mouvement se serait créée. « C’est de la désinformation créée exprès pour nous diviser », alerte le référent du barrage de Chirongui.

Pourtant, sur le barrage de Tsararano, on nous confie que ce climat de scission se fait ressentir : « Sur le barrage-même, il y en a qui ne sont plus trop pour rester alors que d’autres veulent le renforcer. » Pour l’instant, l’option du renfort semble être privilégiée dans les prochains jours, tout comme ce devrait être le cas au carrefour Ngwézi.

La sécurité à Mayotte dès demain ? On a l’impression d’une mission impossible. C’est sûrement pour cela que, sur une note plus légère, Mafana suggère au gouvernement de faire appel à Tom Cruise pour sauver l’île.

*Nom d’emprunt.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1085

Le journal des jeunes

À la Une

Un préavis de grève déposé à l’Université de Mayotte

L’intersyndicale du campus de l’Université de Mayotte (ex-CUFR), CGT et Snesup-FSU, a déposé un préavis de grève, ce jeudi, pour un commencement dès le...

Logement : Dzoumogné au carrefour des nouvelles constructions de la SIM

Village central du nord de Mayotte, Dzoumogné compte un nouvel ensemble de 18 logements sociaux construits par la société immobilière de Mayotte (SIM), à...

Crise de l’eau : Près d’un million de bouteilles collectées au concours organisé par Citeo

Du 18 mars au 13 avril, Citeo a organisé un concours, intitulé « Hifadhuichisiwa », pour inciter les habitants à collecter le plus de bouteilles en...

Une CCI de Mayotte prête à jouer davantage une fonction de support

Il y a du changement à la Chambre de commerce et d'industrie de Mayotte (CCIM) avec l’arrivée d’un nouveau directeur général des services en...

Wuambushu 2 : Une opération qui prend de court les policiers ?

Deux porte-paroles de syndicats policiers regrettent le manque de concertation dans les derniers préparatifs de « Mayotte place nette », le nouveau nom donné à l’opération...