100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Une bande dessinée pour mieux comprendre la projection judiciaire de la jeunesse

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

« Les enfants du Lagon – protection et justice », c’est le titre de la bande dessinée initiée par la protection judiciaire de la jeunesse, publiée aux éditions du Signe. Le scénario raconte l’histoire de trois mineurs qui grandissent dans un milieu propice à la délinquance. Les tentations sont trop fortes pour ces enfants qui commettent des crimes et délits et qui sont pris en charge par la PJJ. On y découvre des unités souvent méconnues du grand public et qui pourtant permettent à certains jeunes de s’en sortir. Hugues Makengo, le directeur territorial de la protection judiciaire de la jeunesse, nous raconte les coulisses de la création de la bande dessinée et de la réalité du terrain.

Flash Infos : Comment est né le projet de la bande dessinée pour présenter la protection judiciaire de la jeunesse ?

Hugues Makengo : Ce projet est né d’une préoccupation à faire connaître les métiers éducatifs, plus précisément ceux de la protection judiciaire de la jeunesse à Mayotte parce que nous avons constaté que nos métiers étaient méconnus… Donc il fallait trouver un outil qui serait accessible à tous, notamment aux jeunes. Nous avons eu l’opportunité de rencontrer les éditions du Signe lors d’un passage à Mayotte et de cette rencontre va naître une collaboration. Nous avons mis en place une équipe d’éducateurs, pilotée par une directrice de service et ce sont eux qui ont contribué au scénario. Ils ont aussi encadré les jeunes, sous la main de la justice, qui ont participé à cet ouvrage.

FI : De quelles manière ces jeunes ont-ils participé à la création de la bande dessinée ?

H. M. : Ils ont réalisé quelques planches avec le dessinateur lors des ateliers bande dessinée. Le but était de montrer les parcours des mineurs pris en charge par la PJJ. Nous avons le principe d’individualisation, il faut traiter chaque jeune individuellement selon sa problématique. L’histoire parle de trois mineurs qui sont amis, mais qui ont des parcours très différents, ce qui permet de les individualiser. Selon leurs profils, ils vont dans des structures très différentes. Certains jeunes ont pu modifier les dialogues pour les rendre plus tropicalisés et plus compréhensibles pour les jeunes mahorais. Ils ont aussi participé à la couverture, même si évidemment nous avons apporté quelques corrections.

FI : Pourquoi avez-vous choisi le titre « Les enfants du Lagon – protection et justice » ?

H. M. : Nous l(‘avons choisi pour mettre en avant l’enfance et pour bien expliquer que notre action est protectrice. Mais il y a aussi la sanction de la justice qui vient toujours à un moment donné. Et les éducateurs sont là pour accompagner les jeunes à aller vers cette sanction et à réparer leurs fautes.

FI : Pourtant à Mayotte, beaucoup ont l’impression que les mineurs délinquants restent impunis…

H. M. : Il est important pour nous de faire comprendre que contrairement à ce qu’il se dit, la justice des mineurs n’est pas laxiste. Elle est peut-être un peu trop longue dans ses décisions, ce qui fait que le jeune peut récidiver et avoir un sentiment d’impunité. Mais souvent, une fois que la sanction est tombée, elle est toujours mesurable et correspond à la faute. Avant la décision, il y a des mesures de protection qui peuvent être prises du type le placement judiciaire comme dans la BD. C’est-à-dire que ce sont des jeunes qui ne sont pas condamnés mais que nous enlevons de chez eux pour les protéger. Le nouveau code de justice pénal est entré en vigueur en septembre, donc il y aura une accélération des procédures qui fera que les jeunes seront plus vite condamnés.

FI : Pourquoi la justice des mineurs prend plus de temps ?

H. M. : Nous prenons en compte d’abord l’enfant et nous voulons mieux connaître sa personnalité. Les juges des enfants prennent ce temps là pour bien comprendre ce profil et sanctionner en fonction de cela. Selon la catégorisation du délit ou du crime, s’il faut de l’emprisonnement il y en aura, la peine est adaptée il n’y a pas de peine d’excuse. Quand nous nous attardons au profil du mineur c’est pour donner une autre alternative qui lui permettra de sortir de la spirale de la délinquance. Cela prend du temps parfois parce que c’est un individu qui a tout un langage culturel, éducatif… Il a des carences affectives souvent et pour le réparer les équipes disciplinaire (psychologues, assistantes sociales) vont faire tout un travail pour permettre à chacun des mineurs de sortir de la délinquance. Nous y arrivons globalement à 75% sur le territoire national.

FI : Dans la bande dessinée, il est annoncé que la PJJ suivait en 2019 143.356 jeunes au niveau national, qu’en est-il à Mayotte ?

H. M. : Il faut savoir que dans les territoires ultramarins, Mayotte est celui où les chiffres sont en train d’augmenter. En 2013-2014, nous avions entre 300 et 400 mineurs à l’année, en 2020 nous étions à 950. Depuis 2014, il y a une augmentation vertigineuse qui ne s’arrête pas. Nous pensons que vu la démographie et tous les problèmes de société, ce n’est pas près de s’arrêter. Il faut savoir qu’au bout d’un an, 70% des jeunes sortent de nos registres, ce qui veut dire que tous les ans, nous rencontrons de nouveaux jeunes de tous les milieux sociaux, des primo-délinquants. Les 30% restent en général de 13 à 18 ans.

Je rappelle que les jeunes qui sont suivis par la PJJ sont passés devant le juge, ce qui veut dire que certains délinquants restent inconnus car personne ne porte plainte et ils continuent à faire ce qu’ils font et ils ne sont pas suivis. Il y a une sous-évaluation de la délinquance.

FI : Selon vous, quelle portée aura cette bande dessinée sur l’opinion publique et les jeunes mahorais ?

H. M. : Sur l’opinion publique, je ne peux qu’espérer que les gens auront une meilleure connaissance, qu’ils comprendront quel est notre rôle. Nous sommes là pour éduquer les mineurs et les accompagner. Et quand nous prenons soin d’eux, nous les préparons à être des citoyens ordinaires. J’espère que les lecteurs comprendront cela. Concernant les jeunes mahorais, aujourd’hui nos métiers ne sont plus attractifs parce qu’ils sont méconnus. Avec cette BD, nous voulons mettre en lumière les métiers éducatifs en priorité : il est possible de travailler à Mayotte et d’accompagner ces jeunes. Mais aussi ceux avec qui nous travaillons comme les magistrats, la police et les agents pénitentiaires ! En 2022, nous allons faire le tour des établissements scolaires et organiser des opérations tous les ans auprès des étudiants de sciences sociales pour montrer qu’il y a des débouchés à la PJJ.

FI : Quels sont les futurs projets de la PJJ à Mayotte ?

H. M. : Nous avons pour projet de créer une unité en Petite-Terre et d’en délocaliser une autre dans le Sud parce que tout est concentré sur Mamoudzou pour l’instant. Nous voulons aussi ouvrir un service d’investigation pour mieux répondre aux besoins des magistrats lors des enquêtes sur les mineurs. C’est nécessaire pour mieux connaître l’histoire du jeune et dans ce cas-là, il faut aller interroger l’entourage, la famille…
Et en janvier, des jeunes avec des éducateurs vont présenter la BD au festival d’Angoulême ! Moi-même, je vais la dévoiler à la clôture d’un festival international qui s’appelle Bulles en fureur.

Avis Facebook pour l’UE!
Vous devez vous connecter pour afficher et publier des commentaires FB!

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°976

Le journal des jeunes

À la Une

Aïcha, Nazla, Samira, Nayla, Soilahoudine et Noël, ambassadeurs des JO 2024

Du 9 au 17 octobre, six élèves de la classe Pierre de Coubertin-Alice Milliat sont allés enrichir leurs connaissances des Jeux Olympiques à Paris...

Les Naturalistes et 50 bénévoles paient un brin de toilette à l’îlot Mbouzi

Samedi matin, une cinquantaine de volontaires répondait à l'appel des Naturalistes de Mayotte pour une opération de nettoyage de l'îlot Mbouzi. Interdite aux visiteurs,...

Tsunamis et séismes à Mayotte, la nouvelle campagne de prévention est lancée

Le vendredi 26 novembre à la Case Rocher avait lieu le lancement de la nouvelle campagne de sensibilisation aux risques sismique et tsunamique à...

Les fonds européens se dépoussièrent au service des porteurs de projets mahorais

Le groupement d’intérêt public de Mayotte consacré aux fonds européens s’est présenté aux porteurs de projets privés et publics ce vendredi 26 novembre à...

Les taxis mabawa veulent plus que les miettes

Alors que les taximen mahorais ont déjà fort à faire avec les projets de transports interurbains que développe le département, ils doivent aussi faire...