test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

« A Mayotte, un quart des femmes de 20 à 54 ans sont des mères isolées »

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Le dernier rapport sénatorial sur la parentalité en outre-mer a été communiqué, ce mardi 11 juillet. Si tous les départements ultramarins sont soumis à des bouleversements, notamment en raison de structures familiales qui évoluent, le cas de Mayotte semble à part. Le territoire combine à la fois une population très jeune (la moitié a moins de 18 ans) et une précarité économique dans de nombreuses familles.

En écoutant la centaine d’intervenants, les parlementaires sont arrivés à la conclusion que « les modèles familiaux traditionnels – fondés sur la « matrifocalité » et une forte solidarité intergénérationnelle – et les normes éducationnelles sont en pleine mutation dans les outre-mer sous l’effet de la diffusion du mode de vie occidental contemporain, de la transition démographique et des migrations internes comme externes ». C’est en tout cas de cette façon qu’ils ont présenté, ce mardi 11 juillet, leur dernier rapport (voir encadré) sur la parentalité en outre-mer. Alors que les chiffres manquent parfois pour Mayotte, plusieurs chapitres lui sont consacrés, tant le département connaît des problématiques différentes. En effet, si la Guadeloupe ou la Martinique connaissent un vieillissement de sa population (ça reste stable à La Réunion), la Guyane et l’île aux parfums sont les départements avec la croissance démographique la plus importante due à la fécondité (six enfants par femme née à l’étranger en 2017 et 3,5 pour celles nées à Mayotte) et la pression migratoire. « Au total, Mayotte est le plus jeune des départements français : la moitié de la population a moins de 18 ans, les deux tiers moins de 26 ans », rappelle d’ailleurs le rapport.

La précarité est vue aussi comme un vecteur de difficultés pour les parents. « Selon le panorama de l’Insee sur la situation des femmes à Mayotte, publié en 20221, à Mayotte, un quart des femmes de 20 à 54 ans sont des mères isolées, dont 90 % vivent dans une grande pauvreté », reprend le texte, qui rappelle aussi que dans 10% des naissances à Mayotte, les femmes n’ont pas encore 20 ans.

Quinze millions d’euros de prestations légales

Et le manque de dispositifs n’est pas oublier, notamment à Mayotte où l’égalité des droits aux prestations familiales est encore loin d’être atteinte. Un tableau montre ainsi qu’il y a 87.834 personnes couvertes en juin 2022 bénéficiant d’au moins une prestation légale, sur une population estimée à 310.000 habitants au premier janvier 2023. Le montant total des prestations n’atteint pas les quinze millions d’euros. A La Réunion, où la population est de 863.100 habitants (665.519 personnes couvertes), il est de 228 millions d’euros.

Prime à la naissance et à l’adoption, prestation partagée d’éducation de l’enfant (PreParE), complément de libre choix du mode de garde (CMG) pour l’emploi direct (projet d’ouverture fin 2023/début 2024), allocation de soutien familial ou aide personnalisée au logement (hors APL logement foyer) n’ont jamais été étendus au territoire mahorais.

De plus, « le taux de non-recours aux prestations est élevé, en particulier en Guyane et à Mayotte, où conserver des documents papier ne correspond pas toujours à la culture locale ni à des conditions climatiques favorables (en raison du taux d’humidité élevé en Guyane par exemple). Le recours à des démarches administratives dématérialisées est souvent encore plus complexe, lorsque les familles n’ont pas accès à Internet ou n’ont pas les compétences informatiques nécessaires », notent les sénateurs.

Vingt recommandations

Plus qu’un constat, les parlementaires émettent également une vingtaine de recommandations dans leur rapport. « Elles s’articulent autour de quatre axes : mieux sensibiliser aux enjeux et responsabilités de la parentalité ; aider et accompagner les familles précaires et vulnérables ; renforcer les services de proximité pour tous ; soutenir les acteurs associatifs et mieux coordonner les actions », précisent-ils. Parmi celles-ci par exemple, ils militent pour la création d’un observatoire de la parentalité pour « collecter les données et développer les études utiles pour le déploiement de politiques publiques relatives à la parentalité ». Ou encore consolider la présence des caisses d’allocations familiales (Caf), notamment au travers du réseau des Maisons France Services et dans les maternités pour faciliter l’ouverture des droits et développer des guichets uniques.

La prévention est aussi un moyen pour améliorer la parentalité. La recommandation numéro 7 incite à « dispenser dans tous les collèges et lycées des outre-mer les séances obligatoires d’éducation à la vie affective et sexuelle et développer la prévention des grossesses précoces », ou la numéro 15 qui propose de « densifier les réseaux locaux de lieux d’accueil enfants-parents et les écoles des parents, en particulier en Guyane, à Mayotte et à Saint-Martin où des plans urgents de rattrapage sont nécessaires ».

Si les sénateurs encouragent les associations locales à « accroître la part des financements pluriannuels et structurels encadrés par des conventions d’objectifs et de moyens » ou à répondre à des appels à projet pouvant les aider, ils n’oublient pas le rôle des politiques publiques. « Dans le champ de la parentalité et de l’enfance, s’assurer que chaque acteur assume ses compétences obligatoires avant de s’investir dans des compétences facultatives », recommandent-ils par exemple, citant le cas des PMI de Mayotte que le Département à tant de mal à financer tout seul.  « À Mayotte, plusieurs rapports ont pointé les retards pris par le département. La PMI, qui est une compétence obligatoire des départements, doit être priorisée », préconisent les parlementaires.

Pas sûr que la majorité départementale, qui pousse pour que ce soit l’État qui mette la main à la poche, soit du même avis.

Comment le rapport a été rédigé ?

Il est le fruit du travail de la délégation sénatoriale aux Outre-mer et celle aux droits des femmes. Ainsi, Stéphane Artano (sénateur de Saint-Pierre-et-Miquelon), Victoire Jasmin (sénatrice de la Guadeloupe), Annick Billon (sénatrice de la Vendée) et Elsa Shalck (sénatrice du Bas-Rhin) en sont les rapporteurs. Pendant six mois, ils ont entendu en audition des personnalités des différents territoires, parfois en les rencontrant sur place. Pour Mayotte, ils ont notamment écouté les représentants du Haut Conseil de la famille, de l’enfance et de l’âge (HCFEA), ainsi que de l’Institut nationale d’études démographiques (INED), le 2 février 2023.  Le 16 mars, ce sont ceux de l’Udaf, les Ceméa ou de la Caisse de sécurité sociale de Mayotte qui étaient interrogés en visioconférence.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1093

Le journal des jeunes

À la Une

Crise de l’eau : la non-conformité est levée pour Passamaïnty et Bouyouni ce mardi soir

Les contrôles sanitaires sur les unités de distribution d’eau potable de Bouyouni-est et Passamaïnty avaient conclu à une non-conformité de l’eau, il y a...

Élections législatives : Une bataille plus rude au sud avec huit candidats contre quatre au nord

Ils sont finalement douze à s’être inscrits auprès de la préfecture de Mayotte, la semaine dernière, pour se présenter devant les électeurs mahorais, les...

L’art donne vie au futur lycée de Longoni

Prévus jusqu’en 2025, les travaux du futur lycée des métiers du bâtiment de Longoni avancent. Pour marquer le coup, le chantier a ouvert, ce...

Des employeurs prêts à « casser les stéréotypes » sur le handicap

Alors que les entreprises de plus de vingt salariés doivent compter 6 % de travailleurs handicapés, à Mayotte, ce taux est de 0,7 %....

Kawéni 2 remporte “Questions pour une école championne”

Commencée en février, la compétition « Questions pour une école championne » s’est achevée mercredi dernier, avec la victoire d’une des équipes du collège Kawéni 2....