100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Publicités

Violences à Koungou : 28 personnes prises en charge par la cellule psychologique de l’ARS, une première pour Mayotte

À lire également

Mayotte : la cause de la mort de personnes atteintes du Covid-19 passée sous silence ?

Le conseil d’État a été saisi par une entreprise locale de pompes funèbres concernant de graves accusations de dysfonctionnement dans la gestion de morts atteints du Coronavirus. Si aucune décision n’a encore été rendue, Jean L’Huilier, croque-mort, détaille les raisons qui l’ont motivé à intenter une telle action en justice. 

Mayotte dans le spectre d’une pénurie alimentaire

Les aides alimentaires semblent partir d’une bonne intention. Pourtant, cette initiative pourrait rapidement vider les rayons des magasins et provoquer une pénurie sur l’île, dans quelques semaines, si les acteurs sociaux ne changent pas de stratégie.

 

Le coronavirus a fait son entrée au CRA de Mayotte

Alors qu’associations et syndicats de police s’inquiétaient le mois dernier des conséquences sanitaires qu’impliquait la réouverture du centre de rétention administrative, les derniers ours viennent leur donner raison. Plusieurs cas de coronavirus y ont en effet été détectés, sans que les mesures nécessaires à contenir la propagation du Covid-19 ne soient prises.

“J’ai dû mentir sur ma fièvre pour être pris en charge”, un policier malade témoigne

Un policier, hospitalisé depuis ce lundi au CHM après avoir contracté le Coronavirus regrette la prise en charge dont il a été l’objet jusqu’à présent. Selon son témoignage, ce père de famille aurait été conduit à mentir sur son état pour, qu’enfin, un dépistage lui soit proposé.

 

Face à l’intensité des affrontements qui ont provoqué l’incendie de la mairie de Koungou, la préfecture de Mayotte a demandé à l’agence régionale de santé de mettre en place une cellule d’urgence médico-psychologique (CUMP). Un dispositif inédit pour le département, qui court encore pendant une semaine, grâce aux renforts de La Réunion.

Les blessures ne sont pas toujours physiques. À la suite des violents affrontements qui ont conduit à l’incendie de la mairie de Koungou dans la nuit du 27 au 28 septembre, la préfecture de Mayotte a demandé à l’agence régionale de santé (ARS) de monter au pied levé une cellule d’urgence médico-psychologique. En lien avec le centre hospitalier (CHM) et l’ARS de La Réunion, la CUMP a été mise en place quelques jours plus tard, à partir du 6 octobre, pour apporter un soutien aux victimes de ces violences, une “première” pour le département, a précisé le communiqué de l’ARS.

violences-koungou-28-personnes-cellule-psychologique-ars-mayotte

C’est en effet une première sur le territoire de Mayotte, et cela n’arrive pas souvent. L’objectif n’est d’ailleurs pas de le faire pour toutes les violences, mais là le préfet a jugé qu’elle était nécessaire au vu de l’intensité des événements”, explique Tanguy Cholin, chef de service adjoint de la veille et sécurité sanitaire à l’ARS de Mayotte, qui chapeaute le dispositif. Une réponse aux nombreuses atteintes portées cette nuit-là et qui ont en effet laissé des stigmates douloureux : “Des personnes ont été menacées de mort, caillassées, parfois séquestrées… Nous avons identifié un certain nombre d’acteurs directement victimes, notamment des bénévoles de la Croix Rouge, des élus et des agents de la mairie de Koungou”, déroule le pilote de l’opération.

Une cinquantaine de victimes potentielles contactées

Pour ces derniers, le choc des événements peut conduire à une détresse psychologique plus ou moins sévère. “Notre but est de prévenir l’apparition d’un stress post-traumatique et surtout son maintien dans le temps”, développe Tanguy Cholin. Troubles du sommeil, de la concentration, crises d’anxiété figurent par exemple parmi les symptômes recensés. Au total, 28 patients ont d’ores-et-déjà été pris en charge entre mercredi et vendredi dernier, et 10 à 20 consultations individuelles sont programmées cette semaine. “Une cinquantaine de personnes avaient été contactées mais n’ont pas voulu consulter, car la question de l’urgence psychologique est toujours difficile à aborder”, rapporte aussi le responsable de la veille sanitaire.

violences-koungou-28-personnes-cellule-psychologique-ars-mayotte

Pour mettre tout cela sur pied, il a fallu travailler de concert avec le SAMU de Mayotte et surtout celui de La Réunion, qui a fourni un renfort de huit personnels – psychiatres, psychologues et infirmiers -, embarqués au départ de Saint-Pierre Pierrefonds dès le 5 octobre. La semaine dernière, cette première rotation a fait le travail de terrain avec un point de ralliement à la Cité des Métiers de Koungou, en face de La Poste. Objectif : repérer les situations, organiser des prises en charge groupale, et programmer des rendez-vous individuels. Les consultations en privé ont lieu toute cette semaine au CHM, avec une deuxième rotation, pilotée cette fois par une équipe de quatre personnes.

Le nécessaire renfort de La Réunion

À la fin de la semaine, le reste des troupes prendra son vol retour vers La Réunion, “car le but d’une CUMP est d’intervenir en urgence”, insiste Tanguy Cholin. Le dispositif pourrait toutefois être amené à se répéter, la situation sécuritaire de Mayotte n’étant pas franchement en voie d’apaisement… Or, le département manque toujours de personnels, preuve en est de ce renfort spécial venu de l’île Bourbon. “Effectivement, aujourd’hui, le nombre de psychiatres ne permet pas de monter une équipe entièrement dédiée pour ces événements, mais nous avons une organisation au niveau zonale Mayotte/Réunion qui nous permet d’avoir des réponses sanitaires conjointes. Après, l’objectif est notamment de monter une CUMP à Mayotte, via de nouveaux recrutements qui sont en train de se faire”, confie-t-il. Pour assurer le suivi des patients identifiés, la CUMP s’est aussi mise en lien avec d’autres acteurs de terrains, qui seront chargés de prendre la suite après son départ.

Seul bémol du dispositif : étaient spécifiquement exclus de son champ d’intervention les personnes en détresse psychologique en lien avec le fait d’avoir perdu un toit du fait du décasage. Un choix qui peut interroger au vu de la violence symbolique de ces opérations pour les habitants ainsi délogés. “L’objectif de la CUMP n’est pas la prise en charge de ces personnes (…), en revanche elle a fait le lien avec les opérateurs du territoire quand elle le pouvait, et quand la situation s’y prêtait”, confirme le chef de service adjoint. Dans les faits, la CUMP s’est retrouvée avec des demandes de relogement sur les bras…

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°970

Le journal des jeunes

À la Une

Le retour des gilets jaunes dans le quartier de la Convalescence à Mamoudzou

Ce sont des femmes et des hommes exténués par la montée de la délinquance qui se sont réunis ce dimanche matin à la Convalescence....

22 projets pour 3 lauréats lors du 1er start-up week-end à Mayotte

Du 14 au 16 octobre avait lieu la deuxième édition du concours d’innovation de l’agence de développement et d'innovation de Mayotte (ADIM) ainsi que...

Constructions scolaires dans le 1er degré : cinq experts pour enclencher la remontada

Ce vendredi 15 octobre, la préfecture, le rectorat, l'association des maires et l'agence française de développement ont paraphé une convention quadripartite portant sur l'accompagnement...

Hommage à Samuel Paty : à Mayotte, une violence d’un autre type

Pour honorer la mémoire du professeur d’Histoire-Géographie tué le 16 octobre 2020 après avoir montré des caricatures de Charlie Hebdo pendant un cours, les...

Le directeur général de LADOM en visite au RSMA pour la formation et l’emploi des jeunes de Mayotte

L’agence de l’Outre-mer pour la mobilité et le Service militaire adapté ont renouvelé un protocole d’accord le 14 septembre dernier. Pour l’occasion, le directeur...