100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Retour aux sources avec la médecine traditionnelle à Mayotte

À lire également

Mayotte : la cause de la mort de personnes atteintes du Covid-19 passée sous silence ?

Le conseil d’État a été saisi par une entreprise locale de pompes funèbres concernant de graves accusations de dysfonctionnement dans la gestion de morts atteints du Coronavirus. Si aucune décision n’a encore été rendue, Jean L’Huilier, croque-mort, détaille les raisons qui l’ont motivé à intenter une telle action en justice. 

Mayotte dans le spectre d’une pénurie alimentaire

Les aides alimentaires semblent partir d’une bonne intention. Pourtant, cette initiative pourrait rapidement vider les rayons des magasins et provoquer une pénurie sur l’île, dans quelques semaines, si les acteurs sociaux ne changent pas de stratégie.

 

Le coronavirus a fait son entrée au CRA de Mayotte

Alors qu’associations et syndicats de police s’inquiétaient le mois dernier des conséquences sanitaires qu’impliquait la réouverture du centre de rétention administrative, les derniers ours viennent leur donner raison. Plusieurs cas de coronavirus y ont en effet été détectés, sans que les mesures nécessaires à contenir la propagation du Covid-19 ne soient prises.

“J’ai dû mentir sur ma fièvre pour être pris en charge”, un policier malade témoigne

Un policier, hospitalisé depuis ce lundi au CHM après avoir contracté le Coronavirus regrette la prise en charge dont il a été l’objet jusqu’à présent. Selon son témoignage, ce père de famille aurait été conduit à mentir sur son état pour, qu’enfin, un dépistage lui soit proposé.

 

Mognémali Anli est un autodidacte amoureux des plantes médicinales. Il les étudie depuis maintenant six ans et prône leurs bienfaits. Persuadé que les remèdes naturels ont encore de beaux jours sur l’île aux parfums, il est aujourd’hui une référence en matière de médecine traditionnelle à Mayotte.

C’est l’homme qui murmure à l’oreille des plantes. Mognémali Anli est à lui seul une encyclopédie de la médecine traditionnelle à Mayotte. Dans l’école primaire où il enseigne à Handrema, tous types de plantes ornent la cour de récréation. Aloe vera, curcuma, plantes aphrodisiaques… Chaque maladie trouve un remède dans cette arène aux mille et une couleurs. “Tout ce que vous voyez ici a une utilité”, annonce fièrement l’ethnobotaniste.

Mognémali Anli s’intéresse à la médecine traditionnelle depuis maintenant six ans. La médecine conventionnelle n’est qu’un lointain souvenir pour lui. « La dernière fois que j’ai pris un médicament remonte à quatre ans. J’ai supprimé la médecine conventionnelle de ma vie parce qu’il y a trop d’effets secondaires. À moins de faire un surdosage, il n’y a pas autant de risques avec les plantes”, juge-t-il. L’instituteur a enrichi ses connaissances en essayant des recettes, mais surtout en se renseignant auprès des personnes âgées qui l’entourent. “Mes recettes n’ont pas été prouvées scientifiquement, je les ai élaborées à partir de mes connaissances, et en fonction des résultats, je valide ou non”, explique-t-il.

 

retour-aux-sources-avec-medecine-traditionnelle-mayotte

Et le botaniste en herbe croule sous les demandes. Jusqu’à une dizaine par jour ! Rihana est l’une de ses fidèles clientes. Elle a recours à la médecine traditionnelle depuis maintenant deux ans, et est convaincue de son efficacité. “C’est ce que nos parents ont utilisé pendant très longtemps et ça marchait, alors pourquoi pas pour nous ? Des fois, nous soignons les gens avec des médicaments alors que nous avons des plantes à portée de mains qui sont plus efficaces”, soutient-elle. Désormais, toute sa famille est habituée aux recettes de Mognémali Anli. Rihana fait appel à lui dès que quelqu’un est malade. La mère de famille évite autant que possible la médecine conventionnelle. “Je prends rarement des médicaments, parce que j’ai des problèmes de santé et quand je vais à l’hôpital on me dit que je n’ai rien. Mognémali a su m’aider et a trouvé des remèdes à mes maux”, assure-t-elle.

 

“La médecine traditionnelle a un avenir prometteur à Mayotte”

 

Le savoir qu’il a accumulé, Mognémali Anli souhaite le transmettre à la jeune génération. Cela commence par ses élèves qu’il initie à l’étude des plantes médicinales. Si les parents étaient réticents au départ, les enfants se sont montrés très réceptifs. “Aujourd’hui, même les parents viennent me demander des remèdes naturels”, s’enorgueillit-il. Pour laisser une trace de sa connaissance, l’enseignant a aussi décidé d’écrire un livre. “J’ai recensé pas moins de 115 plantes et je détaille l’utilité et les bienfaits de chacune d’elles. Actuellement, je suis en train d’écrire un deuxième livre sur les recettes de grand-mère que je prescris.

 

 

Au fil des années, il a constaté un changement dans les habitudes de chacun. De plus en plus de personnes font appel à lui. “Les gens se sont rendus compte qu’il est important de revenir aux plantes médicinales puisque la médecine conventionnelle ne donne pas toutes les réponses. Donc je pense que la médecine traditionnelle a un avenir prometteur à Mayotte.” L’ethnobotaniste travaille en collaboration avec un médecin qui le conseille, et l’avertit sur les effets secondaires. Il fait d’ailleurs très attention car le risque zéro n’existe pas, même s’il s’agit de plantes naturelles. “Lorsque quelqu’un vient me voir, je lui demande en premier lieu s’il a un traitement. Les personnes qui ont des pathologies lourdes doivent avant tout consulter leur médecin, avant de venir chez moi. Cette médecine peut également causer des dégâts irréversibles si elle est mal utilisée”, prévient-il.

 

Un remède naturel contre le Coronavirus ?

 

L’arrivée du Coronavirus a forcément eu une influence sur les demandes faites au guérisseur. Tout le monde veut un remède contre la maladie, jusqu’à le submerger de requêtes. À raison ? Mognémali Anli botte en touche. Un rien pourrait le ranger aux côtés des fans d’hydroxychloroquine et autres Covid-organics malgaches, dont les traitements miracles ont largement défrayé la chronique… Mais l’amoureux des plantes en a sous la serpette. Il a trouvé une recette qui allège les symptômes, selon lui. “J’arrive à faire une association de plantes, au bout de trois à quatre jours la personne contaminée se sent bien”, confie-t-il, sans trop s’aventurer dans les détails. “Je ne veux pas créer de polémique ni donner le nom des plantes car cela pourrait être mal interprété”, précise-t-il en effet.

Malgré le manque de preuves scientifiques, Rihana recommande cette fameuse recette. “Mes parents avaient attrapé le virus, ils ont eu recours aux remèdes traditionnels et nous avons immédiatement vu des améliorations. Ce qu’il a prescrit contre le Covid a été très efficace. Contrairement à l’hôpital où on ne nous donne rien.” Mognémali Anli s’inscrira-t-il dans la lignée de ceux qui affirment avoir trouvé la solution contre le Coronavirus comme en Guadeloupe ou à Madagascar ? Le principal concerné répond par un sourire. Non sans fierté.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°976

Le journal des jeunes

À la Une

« À Mayotte, les enseignants enseignent en saignant ! »

Jeudi 2 novembre, les professeurs du lycée Gustave Eiffel de Kahani se sont soulevés contre les épisodes de violences incessants que connaît l'établissement. Une...

Douze années de travail pour convaincre de l’importance de la filière de brique de terre compressée

L'association ART.Terre vient d'éditer un livre intitulé « Construire en terre mahoraise ». Un ouvrage né de la nécessité de rendre compte du caractère...

Opération séduction du préfet et du directeur de l’ARS pour inciter les Mahorais à faire la 3ème dose

Le nouveau directeur de l’agence régionale de santé de Mayotte, Olivier Brahic, et le préfet, Thierry Suquet, ont visité le centre de vaccination de...

Journée mondiale de lutte contre le Sida : la sensibilisation ne suffit pas à Mayotte

Le 1er décembre marque la journée mondiale de lutte contre le Sida. Les actions de sensibilisation se multiplient sur l’île, et les différentes associations...

Les petites mains de Mayotte travaillent pour l’avenir

Ce mercredi 1er décembre, l’agence française de développement (AFD) organisait à l’hôtel Sakouli une cérémonie dans le cadre du programme Mouv’Outremer. L’occasion de récompenser...