L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

9000 mercis !

Droit de retrait au CHM suite au caillassage d’une navette

À lire également

Mayotte : la cause de la mort de personnes atteintes du Covid-19 passée sous silence ?

Le conseil d’État a été saisi par une entreprise locale de pompes funèbres concernant de graves accusations de dysfonctionnement dans la gestion de morts atteints du Coronavirus. Si aucune décision n’a encore été rendue, Jean L’Huilier, croque-mort, détaille les raisons qui l’ont motivé à intenter une telle action en justice. 

Mayotte dans le spectre d’une pénurie alimentaire

Les aides alimentaires semblent partir d’une bonne intention. Pourtant, cette initiative pourrait rapidement vider les rayons des magasins et provoquer une pénurie sur l’île, dans quelques semaines, si les acteurs sociaux ne changent pas de stratégie.

 

Le coronavirus a fait son entrée au CRA de Mayotte

Alors qu’associations et syndicats de police s’inquiétaient le mois dernier des conséquences sanitaires qu’impliquait la réouverture du centre de rétention administrative, les derniers ours viennent leur donner raison. Plusieurs cas de coronavirus y ont en effet été détectés, sans que les mesures nécessaires à contenir la propagation du Covid-19 ne soient prises.

“J’ai vraiment cru ne pas avoir de vol”, un médecin raconte son périple ubuesque pour venir renforcer les équipes du centre hospitalier de Mayotte

Jérémie Gallon, comme des dizaines de membres du corps médical a pris la décision de venir prêter main-forte au CHM. Mais comme des dizaines de ses confrères ou collègues, il a d’abord dû, avant de partir “au front” contre la crise sanitaire, affronter “ce que l’administration peut faire de pire”. Récit d’un voyage en absurdie.

 

Un bus reconduisant du personnel du centre hospitalier de Mayotte s’est fait attaquer par un jet de pierre, ce jeudi soir, à Doujani. Une jeune étudiante a été grièvement blessée au visage par un projectile. A la suite de cet événement, le personnel du centre hospitalier a manifesté, ce vendredi matin. Dans un premier temps devant le CHM, ils se sont rendus en Petite-Terre afin de rencontrer le préfet de Mayotte. Le droit de retrait exercé ce jour, ne sera pas reconduit ce week-end.

C’est après la vacation de 19h30 que le personnel du centre hospitalier de Mayotte s’est fait caillassé dans le bus les reconduisant chez eux, en direction de M’tsangamouji. L’attaque aurait eu lieu aux alentours de 19h50, selon la police. Une élève infirmière à l’Institut de formation en soins infirmiers (Ifsi) a été gravement blessée au visage et risque de perdre son œil. Deux autres personnes auraient été touchées légèrement. Ce n’est pas la première fois qu’un bus du CHM se fait caillasser. En effet, en mai dernier, l’un d’eux avait été attaqué à Majicavo-Dubaï.

Un ras-le-bol général

A la suite de cet événement, le personnel du CHM s’est mobilisé, ce vendredi matin.  Une partie du personnel a exercé son droit de retrait. En début de matinée, après s’être réunis devant la préfecture à Mamoudzou, plus d’une centaine de manifestants a pris la direction de la barge afin de se rendre en Petite-Terre. L’objectif ? Rencontrer le préfet de Mayotte et faire entendre leurs voix. C’est pour dénoncer cette situation et exprimer un « ras-le-bol général » que se sont réunis syndicats du CHM et agents. « On est là pour dire stop a tout ça et qu’il va falloir trouver une solution pérenne. Pas seulement régler le problème pendant un mois et attendre qu’il y ait un prochain blessé pour réagir », revendique Toibu Mchindra, représentant du personnel CGT-Ma Santé.

Trouver une solution pérenne

« Même les ambulances se font caillasser. Il y a des patients aux urgences qui n’osent pas rentrer chez eux la nuit. Ça ne concerne pas que nous », dénonce une des agents. L’âge de l’élève gravement blessée touche encore plus le personnel soignant. « C’est la nouvelle génération qui est touchée. Vous vous rendez compte du message que ça lui envoie ? Tu vas soigner des gens qui vont t’agresser », regrette-t-elle. Les agents du CHM réclament qu’une solution pérenne soit trouvée afin que leur sécurité, mais aussi de bonnes conditions de travail soient assurées. « On n’arrive plus à faire venir du personnel, les agents sont fatigués. Il faut que ça s’arrête ! ».

Les syndicats ont rencontré le préfet en milieu de matinée, et il aurait assuré déployer des moyens ce vendredi soir afin d’assurer la sécurité des agents du CHM. « La réponse du préfet n’a pas été à la hauteur de nos attentes », déclare Ousseni Balahachi, secrétaire général de la CFDT Mayotte. Il ajoute que les syndicats attendent de voir ce qui va être concrètement mis en place pour assurer leur sécurité de manière durable. Les syndicats devraient être reçus d’ici mardi par le préfet dans le but de discuter plus amplement de leurs attentes. Il n’y aura pas de droit de retrait ce week-end, mais celui-ci sera de nouveau exercé lundi et mardi, dans l’attente de la réunion avec la préfecture.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1077

Le journal des jeunes

À la Une

Barrages : « Tout ce travail risque de se retourner contre nous »

Ce jeudi, plusieurs représentants des Forces vives, dont Safina Soula, ont tenu une conférence de presse à Mamoudzou pour demander à leurs confrères de...

Barrages : Des élus restés sur leur faim de leur déplacement à Paris

Le déplacement en début de semaine d’une poignée d’élus mahorais n’a pas permis d’en savoir davantage sur les engagements pris récemment par le gouvernement...

Un couvre-feu à Tsingoni après les incendies criminels

Les derniers affrontements entre des bandes de Miréréni et de Combani ont entraîné de lourds dégâts matériels dans le quartier Mogoni. La municipalité de...

Crise de l’eau : Un nouveau décret pour les aides « dans les tuyaux »

L’aide exceptionnelle de l’État à destination des entreprises les plus affectées par la crise de l’eau est prolongée jusqu’au 29 février. Elle pourrait inclure...

« Elle n’a jamais accepté que son seul fils épouse une Mahoraise »

Le matin du 3 juin 2016, à Labattoir, une dame de 60 ans a porté trois coups de machette à la tête d’une septuagénaire....