Lutte contre le cancer à Mayotte : Pour Feika, “même si ce n’est pas évident, on peut s’en sortir”

À lire également

Mayotte : la cause de la mort de personnes atteintes du Covid-19 passée sous silence ?

Le conseil d’État a été saisi par une entreprise locale de pompes funèbres concernant de graves accusations de dysfonctionnement dans la gestion de morts atteints du Coronavirus. Si aucune décision n’a encore été rendue, Jean L’Huilier, croque-mort, détaille les raisons qui l’ont motivé à intenter une telle action en justice. 

Mayotte dans le spectre d’une pénurie alimentaire

Les aides alimentaires semblent partir d’une bonne intention. Pourtant, cette initiative pourrait rapidement vider les rayons des magasins et provoquer une pénurie sur l’île, dans quelques semaines, si les acteurs sociaux ne changent pas de stratégie.

 

Le coronavirus a fait son entrée au CRA de Mayotte

Alors qu’associations et syndicats de police s’inquiétaient le mois dernier des conséquences sanitaires qu’impliquait la réouverture du centre de rétention administrative, les derniers ours viennent leur donner raison. Plusieurs cas de coronavirus y ont en effet été détectés, sans que les mesures nécessaires à contenir la propagation du Covid-19 ne soient prises.

“J’ai dû mentir sur ma fièvre pour être pris en charge”, un policier malade témoigne

Un policier, hospitalisé depuis ce lundi au CHM après avoir contracté le Coronavirus regrette la prise en charge dont il a été l’objet jusqu’à présent. Selon son témoignage, ce père de famille aurait été conduit à mentir sur son état pour, qu’enfin, un dépistage lui soit proposé.

 

Être diagnostiqué avec un cancer à Mayotte rime souvent avec un départ pour la métropole ou La Réunion. Toutefois, le service d’oncologie devient de plus en plus performant sur l’île aux parfums. Feika* a donc pu faire une partie de son suivi ici, au CHM. Elle nous raconte son expérience.

« J’ai été diagnostiquée en 2017 et je suis partie en métropole pour l’opération. Les infirmières en oncologie du CHM m’avaient conseillé de tout commencer là-bas et ensuite de venir suivre ici le protocole de soin. » Diagnostiquée avec un cancer du sein, Feika n’a pas pu se faire opérer sur Mayotte. Cette année-là, le CHM ne comptait pas encore d’oncologue dans ses rangs. Elle a donc rejoint l’Hexagone, toutefois, il lui tenait à cœur de rentrer sur son île où elle habite « depuis plus de trente ans ».

« Si j’avais pu me faire soigner entièrement à Mayotte, je serais restée ici », assure Feika. Selon elle, le service ne fait que s’améliorer à l’hôpital de Mamoudzou. « L’équipe est super, je fais mon suivi là-bas, je suis toujours très bien reçue et il y a un médecin maintenant ! » C’est le docteur Oddou dont parle Feika, la première médecin spécialisée dans l’oncologie du CHM, arrivée en 2019. Une première étape pour un meilleur suivi des soins et l’ombre d’un développement encore plus grand du service.

 

Manque de moyens sur l’île

 

Pour Feika, ce sont les accompagnements pour les malades qui manquent le plus à Mayotte. « On perd ses cheveux, et ça, pour une femme, c’est très dur. » Elle raconte que pendant les traitements, pour que les patients gardent le moral, l’hôpital en métropole leur offrait des bons pour des soins, des esthéticiens venaient sur place. « Il s’appelait Guillaume, notre esthéticien, et ça nous faisait du bien, on se sent bien quand on sort de chez le coiffeur ou de l’institut et c’est dommage qu’il n’y ait pas encore ça à Mayotte. »

L’autre manque qu’elle déplore est celui de la prévention. « Quand je suis tombée malade, je ne savais pas du tout à quoi m’attendre. » Elle remarque toutefois que les associations se mobilisent de plus en plus pour la sensibilisation au cancer, « ainsi que l’ARS et la Sécurité Sociale ». Même si elle regrette que le tabou ne se lève pas plus rapidement.

 

Garder le moral pour s’en sortir

 

Pour elle, le plus important pendant la maladie était de garder le moral. Elle s’estime heureuse d’avoir pu être soignée en métropole, entourée de sa famille. « Là-bas, des associations, des groupes de musiciens et d’anciennes malades vviennent vous voir pendant le traitement pour chanter, pour nous soutenir, et ça c’est très agréable », confie Feika. Elle aimerait que ce genre d’initiative puisse être pris à Mayotte. Et si elle n’a pas personnellement ressenti le besoin d’avoir un suivi psychologique, elle pointe du doigt le fait qu’il n’y ait pas de service dédié à l’aide psychologique pour les malades du cancer au CHM.

Si Feika tenait à témoigner aujourd’hui, c’est aussi pour rappeler à quel point il est important de se souvenir que « même si ce n’est pas évident, on peut s’en sortir ». Prochainement, des groupes de parole devraient être mis en place ainsi que des journées “bien-être”, offertes aux malades par le biais de l’association Amalca. Si tous ces projets sont en pause, en raison de la situation sanitaire actuelle, l’ancienne malade espère que de plus en plus de gens se sentiront concernés.

*Le prénom a été modifié.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo N°951

Le journal des jeunes

À la Une

La nouvelle stratégie de la ville de Mamoudzou pour renforcer sa lutte contre l’insécurité

Ambdilwahedou Soumaïla, le maire de Mamoudzou, Yann Le Bris, le procureur de la République et les représentants de l’État ont officiellement installé le conseil...

Économie bleue à Mayotte : une stratégie et des ambitions à concrétiser pour éviter le coup d’épée dans l’eau

Ce mardi 13 avril se déroulait le comité de pilotage final de restitution de la stratégie de développement de l'économie bleue de Mayotte. Trois...

La Nuit du Doute : une soirée d’attente pour les musulmans de Mayotte

Les deux nuits précédant le ramadan à Mayotte sont toujours particulières. Le début du mois de jeûne étant indiqué par la lune, la date...

“On restera là jusqu’à ce qu’on voie nos noms sur le panneau” : les demandeurs d’asile manifestent devant le tribunal administratif de Mayotte

Alors qu’ils ont formé un recours devant la Cour nationale du droit d’asile (CNDA) depuis de longs mois, des demandeurs d’asile originaires de plusieurs...

Hommage à Miki : élèves et parents demandent plus de sécurité aux abords du lycée du Nord

Élèves, parents, personnels éducatif et administratif, membres du rectorat mais aussi autorités civiles, politiques et religieuses étaient réunis ce lundi à la cité du...