100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Publicités

“J’ai vraiment cru ne pas avoir de vol”, un médecin raconte son périple ubuesque pour venir renforcer les équipes du centre hospitalier de Mayotte

À lire également

Mayotte : la cause de la mort de personnes atteintes du Covid-19 passée sous silence ?

Le conseil d’État a été saisi par une entreprise locale de pompes funèbres concernant de graves accusations de dysfonctionnement dans la gestion de morts atteints du Coronavirus. Si aucune décision n’a encore été rendue, Jean L’Huilier, croque-mort, détaille les raisons qui l’ont motivé à intenter une telle action en justice. 

Mayotte dans le spectre d’une pénurie alimentaire

Les aides alimentaires semblent partir d’une bonne intention. Pourtant, cette initiative pourrait rapidement vider les rayons des magasins et provoquer une pénurie sur l’île, dans quelques semaines, si les acteurs sociaux ne changent pas de stratégie.

 

Le coronavirus a fait son entrée au CRA de Mayotte

Alors qu’associations et syndicats de police s’inquiétaient le mois dernier des conséquences sanitaires qu’impliquait la réouverture du centre de rétention administrative, les derniers ours viennent leur donner raison. Plusieurs cas de coronavirus y ont en effet été détectés, sans que les mesures nécessaires à contenir la propagation du Covid-19 ne soient prises.

“J’ai dû mentir sur ma fièvre pour être pris en charge”, un policier malade témoigne

Un policier, hospitalisé depuis ce lundi au CHM après avoir contracté le Coronavirus regrette la prise en charge dont il a été l’objet jusqu’à présent. Selon son témoignage, ce père de famille aurait été conduit à mentir sur son état pour, qu’enfin, un dépistage lui soit proposé.

 

Jérémie Gallon, comme des dizaines de membres du corps médical a pris la décision de venir prêter main-forte au CHM. Mais comme des dizaines de ses confrères ou collègues, il a d’abord dû, avant de partir “au front” contre la crise sanitaire, affronter “ce que l’administration peut faire de pire”. Récit d’un voyage en absurdie.

“Si je n’avais pas fait des pieds et des mains pour arriver à Mayotte, je pense que la situation aurait pu durer encore longtemps.” Débarqué sur le territoire mercredi dernier, Jérémie Gallon, chirurgien urologue, est encore abasourdi par la bataille qu’il a dû mener pour mettre un pied dans le plus grand désir médical de France. Et raconte volontiers son périple, aussi ubuesque qu’alarmant en temps de crise sanitaire.

Alors que le confinement est déclaré par les autorités, le médecin de 30 ans officie dans un laboratoire qui ferme ses portes à l’annonce de la mesure. “Le CHM m’a contacté, car ils cherchaient quelqu’un pour remplacer le seul chirurgien urologue de l’hôpital en arrêt maladie”, explique-t-il. Jérémie se renseigne sur Mayotte et le CHM pour lever “les petites appréhensions que l’on a toujours sachant que la situation ici est très particulière”. Et décide de foncer. “J’ai pris un vol direct qui devait arriver samedi 28 mars au soir.” Et c’est la première déconvenue. “J’ai appris quelques heures avant que le vol était annulé, car les autorités avaient décidé de fermer l’espace aérien de Mayotte”, se souvient le médecin. Mais bien déterminé à prêter main-forte à un hôpital en tension, Jérémie contacte les agences régionales de santé de Paris et de La Réunion. Toutes deux lui conseillent de prendre un vol vers l’île Bourbon, d’où il pourrait sans doute plus facilement rejoindre celle aux parfums.

“On est dans ce que l’administration peut faire de pire”

Mais arrivé à La Réunion, rien ne se passe comme prévu. “J’ai essayé de me renseigner pour savoir comment me rendre à Mayotte, mais je me suis rapidement rendu compte que ça allait être compliqué. Toutes les personnes que j’avais au téléphone, qu’il s’agisse de l’ARS Mayotte ou de l’ARS Réunion me donnaient des informations totalement discordantes en se renvoyant la balle”, se souvient-il. Pas question de baisser les bras cependant. Pendant plusieurs jours, le chirurgien use de tous ses contacts, même le vice-président d’Air Austral mais rien n’y fait, il est bel et bien bloqué. “J’ai un ami médecin qui m’a accueilli là-bas et qui a lui-même un ami réanimateur qui se trouvait dans la même situation.” Si Jérémie concède que sa spécialité n’est pas la plus indispensable dans la crise sanitaire qui se joue — il est cependant le seul spécialiste dans sa branche —, il n’en est évidemment pas de même pour son confrère. Comme pour la majorité des 40 personnels médicaux dans la même situation qu’eux. “Vraiment, nous nous retrouvions dans ce que l’administration peut faire de pire, avec aucune info qui circule, aucune réponse à nos demandes. Jamais un retour, il fallait sans cesse que je harcèle les différentes autorités pour espérer avoir une réponse. Le CHM était au courant, mais ne pouvait rien faire, le problème était bel et bien au niveau des autorités et de la gestion administrative”, tempête encore le médecin. “À partir de 15h à l’ARS Mayotte, il n’y a plus personne au bout du fil. Ça m’a un peu étonné. En situation de crise, j’avoue que ça me semble un peu tôt”, lâche-t-il dans un rire un peu jaune avant de tempérer : “je ne dis pas qu’il y a personne derrière, mais c’est l’impression que ça donne et en tout cas, ils n’ont jamais su me répondre quand j’appelais dans la fenêtre de tir disponible, c’est-à-dire le matin”.

“Ici on manque de tout et on n’a aucune visibilité”

C’est finalement le soir, ce mardi 31 que Jérémie reçoit le coup de fil tant espéré. C’est l’agence régionale de santé de La Réunion. On lui explique qu’il partira le lendemain avec un vol militaire. À son bord, une dizaine de membres du corps médical. “J’ai vraiment cru ne jamais avoir de vol alors même que l’on est dans une période compliquée, avec un hôpital qui a beaucoup besoin de renforts”, explique le chirurgien, passé le sentiment de soulagement. D’autres se sont organisés autrement. À l’image de son ami médecin par ricochet. “Comme il est réanimateur, il a pu entrer en contact avec le service des Evasan. Du coup, il s’est débrouillé pour sauter dans un vol retour d’évacuation sanitaire.” C’est la débrouille, la bataille, un temps administratif qui s’oppose à l’urgence sanitaire. “Ça peut être très compliqué, il peut y avoir des opérations de prévues, etc. Mais pourtant, ici tout le monde semble trouver ça normal, les gens tiennent cette désorganisation pour acquise et donc normale, ça n’a pas l’air de les inquiéter plus que ça”, analyse le métropolitain venu prêter main-forte à un territoire où les besoins sanitaires sont immenses.

Heureusement, “depuis mon arrivée, les choses se passent plutôt bien”, se satisfait Jérémie. “L’hôpital, lui, est plutôt bien organisé. Il n’est pour l’heure pas submergé. Comme les spécialités manquent, on fait un peu de tout, on est polyvalents, c’est intéressant”, ajoute le médecin, sans que ses inquiétudes soient levées quant au rapport que le personnel soignant entretient avec les autorités de tutelle. “De leur côté, tout se fait de manière unilatérale, sans en informer les uns et les autres ni consulter le terrain. Alors, quand on voit la cacophonie qui règne pour faire venir des médecins, on peut se questionner sur l’acheminent du matériel”, lance le chirurgien. Avant d’asséner le coup final. “Mes confrères biologistes m’ont expliqué qu’ils n’avaient plus que de quoi faire 1.000 tests à défaut de réactif. Ils ne savent pas quelle politique mener, car ils ne savent pas quand et s’ils seront réapprovisionnés. Ici on manque de tout et on n’a aucune visibilité”. De quoi contracter une phobie administrative aiguë

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°970

Le journal des jeunes

À la Une

Le retour des gilets jaunes dans le quartier de la Convalescence à Mamoudzou

Ce sont des femmes et des hommes exténués par la montée de la délinquance qui se sont réunis ce dimanche matin à la Convalescence....

22 projets pour 3 lauréats lors du 1er start-up week-end à Mayotte

Du 14 au 16 octobre avait lieu la deuxième édition du concours d’innovation de l’agence de développement et d'innovation de Mayotte (ADIM) ainsi que...

Constructions scolaires dans le 1er degré : cinq experts pour enclencher la remontada

Ce vendredi 15 octobre, la préfecture, le rectorat, l'association des maires et l'agence française de développement ont paraphé une convention quadripartite portant sur l'accompagnement...

Hommage à Samuel Paty : à Mayotte, une violence d’un autre type

Pour honorer la mémoire du professeur d’Histoire-Géographie tué le 16 octobre 2020 après avoir montré des caricatures de Charlie Hebdo pendant un cours, les...

Le directeur général de LADOM en visite au RSMA pour la formation et l’emploi des jeunes de Mayotte

L’agence de l’Outre-mer pour la mobilité et le Service militaire adapté ont renouvelé un protocole d’accord le 14 septembre dernier. Pour l’occasion, le directeur...