100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Dans la perspective d’un déconfinement à Mayotte

À lire également

Mayotte : la cause de la mort de personnes atteintes du Covid-19 passée sous silence ?

Le conseil d’État a été saisi par une entreprise locale de pompes funèbres concernant de graves accusations de dysfonctionnement dans la gestion de morts atteints du Coronavirus. Si aucune décision n’a encore été rendue, Jean L’Huilier, croque-mort, détaille les raisons qui l’ont motivé à intenter une telle action en justice. 

Mayotte dans le spectre d’une pénurie alimentaire

Les aides alimentaires semblent partir d’une bonne intention. Pourtant, cette initiative pourrait rapidement vider les rayons des magasins et provoquer une pénurie sur l’île, dans quelques semaines, si les acteurs sociaux ne changent pas de stratégie.

 

Le coronavirus a fait son entrée au CRA de Mayotte

Alors qu’associations et syndicats de police s’inquiétaient le mois dernier des conséquences sanitaires qu’impliquait la réouverture du centre de rétention administrative, les derniers ours viennent leur donner raison. Plusieurs cas de coronavirus y ont en effet été détectés, sans que les mesures nécessaires à contenir la propagation du Covid-19 ne soient prises.

“J’ai dû mentir sur ma fièvre pour être pris en charge”, un policier malade témoigne

Un policier, hospitalisé depuis ce lundi au CHM après avoir contracté le Coronavirus regrette la prise en charge dont il a été l’objet jusqu’à présent. Selon son témoignage, ce père de famille aurait été conduit à mentir sur son état pour, qu’enfin, un dépistage lui soit proposé.

 

Il reste plus de deux semaines avant la date fatidique du 11 mai, mais le déconfinement est dans la tête de tout le monde. Comment se passera-t-il ? Tout le monde pourra-t-il sortir en même temps ? Les réponses seront adaptées selon les réalités des territoires. Chez nous, afin d’éviter une catastrophe sanitaire, il faudra encore s’armer de patience.

Dans une visioconférence avec les maires tenue ce jeudi, Emmanuel Macron a définitivement mis un terme aux spéculations d’un déconfinement par région. Mais il affirme qu’il s’adaptera “aux réalités de chaque territoire”. À Mayotte, la situation est délicate et doit être rigoureusement étudiée par les autorités. De ce fait, l’agence régionale de santé, la préfecture et le rectorat ont fait des propositions à chacun de leur ministère, dans la perspective du déconfinement. “On va déconfiner par étape et s’il y a des signaux d’alerte trop graves sur le système de santé, on sera amenés à de nouveau proposer aux personnes de réduire leurs relations sociales. Le déconfinement ne signifie pas la vie d’avant, il faudra toujours respecter les mesures de sécurité”, préconise Dominique Voynet, la directrice de l’agence à Mayotte. D’autant plus que le pic de l’épidémie n’est pas encore atteint chez nous. Selon l’ARS, il risque d’arriver vers le 20 mai si le déconfinement a lieu le 11 mai. Dans ce contexte précis, 20 à 30 personnes pourraient être admises en réanimation. “Ce qui est absolument jouable à Mayotte”, assure Dominique Voynet. Cependant, elle reste sur ses gardes, car l’île n’est pas sortie d’affaire. “Je pense que l’épidémie n’est pas terminée. On a devant nous une situation sévère qui nous attend. La garantie de la sécurité sanitaire est incompatible avec un déconfinement qui serait trop rapide et trop brutal.” Mais on ne pourra pas retarder le déconfinement éternellement, cela serait contreproductif. “Si on ne déconfite pas, on retarde l’acquisition d’une immunité collective qui sera la seule protection en l’absence de vaccin”, précise la directrice de l’ARS.

La prise en charge des rapatriés

Le dénouement de la crise sanitaire va de pair avec une bonne gestion de la situation actuelle. Les cas contaminés sont surveillés par l’ARS, mais la question des rapatriés pose souvent problème. Nombreux d’entre eux sont montés au créneau dénonçant les conditions dans lesquelles ils sont confinés. Des propos qui indignent Dominique Voynet. “Personne ne dit que c’est agréable d’être confiné au RSMA, et c’est évident qu’ils préféreraient être dans des hôtels. Mais on ne le fait pas parce qu’ils sont occupés par les renforts de gendarmerie et ceux de l’opération Résilience. Et certains sont fermés parce que leurs propriétaires sont partis”, explique-t-elle. Et ceux testés négatifs au Covid-19 qui avaient espéré pouvoir rentrer chez eux plus tôt devront garder leur mal en patience et terminer leur quatorzaine au RSMA. Aucune autre issue n’est possible. Ils sont cependant pris en charge de manière à rendre leur confinement moins pénible. “Des bénévoles du comité olympique sont allés organiser des séances de sport en respectant une distance de 6 à 8 mètres entre les personnes. On a également beaucoup renforcé les mesures d’hygiène dans les WC”, indique la directrice de l’ARS. Que ce soit la prise en charge des rapatriés et des contaminés ou le futur déconfinement, les autorités devront prendre en compte une autre réalité propre à Mayotte : le ramadan qui commence.

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1013

Le journal des jeunes

chab-journal-des-jeunes-5

À la Une

Le conseil départemental pris d’assaut par les travailleurs

Ce jeudi 29 septembre, l’appel national des syndicats à la grève a été entendu par près de 200 personnes, sur la place de la République,...

Logement : une aide à la pierre jusqu’à 100.000 euros pour près de 38 bénéficiaires

Mise en place par le Département, l’aide à la pierre vise à aider les familles ou personnes à faibles revenus à accéder à la...

Guet-apens de « Pilou » : L’auteur des coups de couteau condamné à quinze ans de prison

Le procès de la bande de Doujani, qui a agressé violemment un lycéen à l’intérieur d’un bus le 11 mai 2016, s’est terminé ce...

La laka de retour au premier plan, avec la course de pirogues traditionnelles de Mamoudzou

La mairie de Mamoudzou organise le dimanche 16 octobre la première course de pirogues traditionnelles sur le front de mer de la ville chef-lieu,...

Éric Dupond-Moretti veut créer une « task force » de magistrats

Outre un budget du ministère de la Justice en hausse de 170 millions d’euros, Éric Dupond-Moretti a annoncé plusieurs mesures, mardi 27 septembre, devant...