100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Couvre-feu : Dans les ronds-points, la clémence est encore de mise avec les retardataires

À lire également

Covid-19 à Mayotte : des indicateurs en nette baisse mais la vigilance reste de mise

Confiné depuis quatre semaines, le 101ème département reprend du poil de la bête. Les taux d'incidence et de positivité ont été divisés par deux...

Au service réanimation du CHM de Mayotte, “on bouffe du Covid, matin, midi, et soir”

À l’hôpital, les effets de la seconde vague se font ressentir avec une force inédite. Et ce malgré les évacuations sanitaires vers La Réunion,...

Week-end sous haute tension au centre hospitalier de Mayotte

Le centre hospitalier de Mayotte vient de vivre deux jours critiques et s'est retrouvé au bord de la rupture. Si le personnel soignant a...

À Tsoundzou 2, le processus bien ficelé du test RT-PCR

Ouvert six jours sur sept, le centre de dépistage de Tsoundzou 2 déborde de volontaires au test RT-PCR. Et pour cause, il est dédié...

La mise en place depuis dimanche soir du couvre-feu pour freiner la propagation du Covid-19 s’accompagne du retour des contrôles. À Tsararano, mardi soir, les gendarmes font encore preuve de pédagogie.

L’heure de pointe est déjà passée et les rares véhicules qui s’engagent sur le rond-point de Tsararano n’ont que quelques secondes pour apercevoir les gendarmes qui se signalent. À 20h30, ce mardi soir, une équipe de deux militaires arrêtent les voitures à l’aide de leur lampe. Au même moment, leurs collègues opèrent de la même manière à Longoni et à Chirongui. Voilà trois jours qu’ils sont de retour sur le bord des routes de l’île pour faire respecter le couvre-feu.

Et les nouvelles ne vont pas si vite à Mayotte, comme l’atteste ce conducteur appelé à se garer. « Jeff », un jeune gendarme récemment détaché sur l’île, s’avance vers lui. « Le couvre-feu, c’est 20h », rappelle-t-il, avant de demander les papiers du véhicule et la présence d’une attestation de sortie. De l’autre côté, « le chef Bakar », un officier bien connu de la gendarmerie de Dembéni, indique aux deux passagers de bien porter le masque s’ils sont plusieurs à l’intérieur de l’habitacle.

Le port du masque rappelé continuellement

L’heure est encore à la prévention, assurent les deux gendarmes. « Mais on sera là tous les soirs », n’oublie pas de dire le jeune gendarme à l’automobiliste. Seules quatre verbalisations auront lieu cette nuit-là (l’amende pour non-respect du couvre-feu est de 135 euros) et plutôt pour des véhicules où les passagers sont nombreux et sans masques. Un nouveau passager passe très près de prendre la sienne d’ailleurs. « Je m’excuse. Je l’ai jeté en sortant du boulot », tente-il de se justifier. Le conducteur, un mécanicien de Mamoudzou qui débauche, doit aussi s’expliquer. « Je ne savais pas qu’il y avait un couvre-feu… Je quitte le travail à 16h d’habitude », avant de promettre de demander une attestation à son patron.

Sur cet axe habituellement très fréquenté, les piétons se sont également rarifiés ce mardi soir. « Le chef Bakar » interpelle en shimaoré trois jeunes qui remontent vers Tsararano, vers 21h30. Ils précisent qu’ils sortent de leur entraînement de football et que deux d’entre eux accompagnent le troisième par sécurité jusqu’à Tsararano. Gentiment, le gendarme invite les deux jeunes de Dembéni à faire demi-tour.

Automobilistes, comme passants, se plient volontiers aux recommandations, même si on ne sait pas s’ils sont toujours s’ils sont sincères. « On habite juste là », se défend une jeune femme en pointant du doigt les maisons au-dessus du carrefour. Avec l’homme qui l’accompagne, ils sont allés rendre visite à sa sœur enceinte à Iloni. Les gendarmes lui signalent qu’il faut éviter ce type de sortie, surtout sans justification. «On ne le fera plus jamais », répond-elle, avant de s’évanouir dans la nuit noire.

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

« On ne pouvait plus laisser pourrir les livres »

Les propriétaires d’une maison de la rue Pasky à Mamoudzou veulent récupérer leur rez-de-chaussée, abandonné depuis trois ans par l’association des parents d’élèves du...

Au gymnase de Cavani, 20% des 250 tests quotidiens sont positifs

Si la légère baisse des indicateurs épidémiologiques entre le 5 et le 11 janvier laisse présager une circulation moins active du virus, la course...

À Koungou, un week-end de violences qui laisse des traces

Parties d’une simple embrouille entre jeunes de Koungou, les violences de samedi, dimanche et lundi matin ont laissé place à un climat pesant sur...

Yann Le Bris, procureur de la République : « Une problématique générale d’ordre public »

Si les investigations se poursuivent dans l’espoir d’interpeller les fauteurs de trouble à l’origine du week-end agité sur Koungou et Majicavo, le procureur de...

Plus de 30 millions d’euros pour construire la cité administrative régionale

Commandé sous l'ancienne mandature, le projet de cité administrative régionale sur le site du conseil départemental est bel et bien sur les rails. Les...