asd

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Le Conseil cadial prêt à s’impliquer davantage dans la lutte contre le cancer

À lire également

Mayotte : la cause de la mort de personnes atteintes du Covid-19 passée sous silence ?

Le conseil d’État a été saisi par une entreprise locale de pompes funèbres concernant de graves accusations de dysfonctionnement dans la gestion de morts atteints du Coronavirus. Si aucune décision n’a encore été rendue, Jean L’Huilier, croque-mort, détaille les raisons qui l’ont motivé à intenter une telle action en justice. 

Mayotte dans le spectre d’une pénurie alimentaire

Les aides alimentaires semblent partir d’une bonne intention. Pourtant, cette initiative pourrait rapidement vider les rayons des magasins et provoquer une pénurie sur l’île, dans quelques semaines, si les acteurs sociaux ne changent pas de stratégie.

 

Le coronavirus a fait son entrée au CRA de Mayotte

Alors qu’associations et syndicats de police s’inquiétaient le mois dernier des conséquences sanitaires qu’impliquait la réouverture du centre de rétention administrative, les derniers ours viennent leur donner raison. Plusieurs cas de coronavirus y ont en effet été détectés, sans que les mesures nécessaires à contenir la propagation du Covid-19 ne soient prises.

“J’ai vraiment cru ne pas avoir de vol”, un médecin raconte son périple ubuesque pour venir renforcer les équipes du centre hospitalier de Mayotte

Jérémie Gallon, comme des dizaines de membres du corps médical a pris la décision de venir prêter main-forte au CHM. Mais comme des dizaines de ses confrères ou collègues, il a d’abord dû, avant de partir “au front” contre la crise sanitaire, affronter “ce que l’administration peut faire de pire”. Récit d’un voyage en absurdie.

 

En plein mois de sensibilisation au cancer du sein, appelé plus communément « Octobre Rose », le Conseil cadial de Mayotte a paraphé, ce jeudi 6 octobre, une convention de partenariat avec l’Asca et l’Amalca. Ces deux associations locales, qui aident les malades atteints d’un cancer, comptent sur l’autorité religieuse pour briser certains tabous.

« Je préconise quand on est malade d’aller voir son médecin et ne plus aller voir de marabouts », proclame Mahamoudou Hamada Saanda, ce jeudi 6 octobre. Le Grand cadi de Mayotte veut en finir avec ce réflexe pris par certains malades d’avoir recours à la sorcellerie en guise de traitement, et il le fait savoir. À ses côtés, l’aumônier régional Saïd Ali Mondroha, ainsi que les présidentes de l’Amalca et l’Asca, approuvent le message. Ensemble, ils viennent de signer une convention de partenariat dans les locaux du Grand Cadi, à Mamoudzou. Celle-ci a plusieurs buts, notamment que les cadis fassent connaître davantage les associations ou que des événements conjoints puissent être organisés.

conseil-cadial-pret-impliquer-davantage-lutte-contre-cancer-1
Nadjlat Attoumani et Anrifia Ali Hamadi espèrent que leurs associations respectives bénéficieront d’un coup de pouce des cadis pour aider les malades.

Cette entente va permettre de faire aussi un grand pas en avant dans la libération de la parole, selon la dirigeante de l’Amalca (pour Association mahoraise pour la lutte contre le cancer), Nadjlat Attoumani. « La maladie est encore taboue dans la société mahoraise. Dans la religion, on ne doit pas dire ce qu’on a, se mettre en avant », regrette-elle, rappelant qu’elle se trouvait elle-même démunie quand elle a appris qu’elle avait un cancer du sein. Une fois confronté à la maladie, il devient souvent difficile de trouver quelqu’un avec qui parler. Sa structure, basée dorénavant dans le quartier de M’Gombani, organise des activités telles que des événements, des groupes de parole ou des ateliers maquillages.

Autre organisme, l’Asca (Association des soignants contre le cancer) est davantage animée par des professionnels de santé comme son nom l’indique. « On essaie de trouver des solutions par rapport aux évasan (évacuations sanitaires). C’est souvent compliqué pour le patient. On [lui] annonce en même temps qu’il est malade, qu’il doit être transféré vers La Réunion et qu’il va devoir quitter sa famille », explique Anrifia Ali Hamadi, la présidente. Afin de faciliter les voyages, son association a créé des kits qui ont été distribués aux cadis à l’issue de la signature, ce jeudi matin.

« Visiter les malades fait partie de notre religion » 

Pour le Conseil cadial, signer un tel partenariat est tout aussi logique, l’autorité religieuse a toujours un poids important dans la société mahoraise et « visiter les malades fait partie de notre religion », fait remarquer le Grand cadi. Car mêler sa foi et la santé, ce n’est pas incompatible sur le territoire. Des aumôniers sont, par exemple, déjà présents au centre hospitalier de Mayotte. Ils y pratiquent les rites funéraires, font des prières avec les familles ou écoutent les patients qui désirent se confier.

Ahamada Bacar, aumônier du centre hospitalier de Mayotte, sert ainsi d’interface entre les différentes cultures et la médecine moderne. « Aux Comores, c’est mal perçu d’annoncer à un malade, il faut d’abord que la famille soit au courant avant lui. Ici, on sait bien que c’est le premier concerné qui doit d’abord savoir », donne comme exemple ce religieux polyglotte. « Le cancer, les gens l’associent tout de suite à la mort. Alors qu’on peut guérir et vivre plusieurs années avec. » Sa présence dans un milieu où le vocabulaire médical prédomine rassure, tout comme la possibilité de garder un lien précieux avec la religion. La présence des cadis au CHM doit d’ailleurs se renforcer avec le nouveau partenariat.

« Souvent, les patients n’osent pas sortir leur Coran. Ils pensent que comme ils sont dans un pays laïc, ce n’est pas autorisé. Alors que c’est un droit le plus strict », note également l’aumônier avec un sourire.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

A Mlezi Maoré : « On a pu amortir les perturbations »

L’année 2023 a été compliquée chez Mlezi Maoré. Faute de financements, l’association qui œuvre dans le social et la santé a dû procéder à...

« Un contrôle interne insuffisant » de l’association Mlezi Maoré

La Chambre régionale des comptes a rendu public vendredi 12 juillet son rapport d’observations sur l’association Mlezi Maoré. Il souligne notamment un « contrôle interne...

Salime M’déré « a tout perdu »

Suite à l’arrêté du préfet de Mayotte du 25 juin dernier, portant démission d’office Salime M’déré a perdu son poste de premier vice-président du...

Fin de la grève à La Poste après trois semaines de mobilisation

Depuis le 26 juin, des salariés de La Poste s’étaient mis en grève. Ils demandaient une prime contre la vie chère et les paiements...

« Vous êtes la fierté de votre village, de votre quartier, de votre ville »

Près de 30 bacheliers de Mamoudzou ont été distingués par la mairie vendredi 12 juillet. Une cérémonie était organisée pour les titulaires des mentions...