100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Une campagne de rattrapage vaccinal pour lutter contre la diphtérie et la coqueluche

À lire également

Mayotte : la cause de la mort de personnes atteintes du Covid-19 passée sous silence ?

Le conseil d’État a été saisi par une entreprise locale de pompes funèbres concernant de graves accusations de dysfonctionnement dans la gestion de morts atteints du Coronavirus. Si aucune décision n’a encore été rendue, Jean L’Huilier, croque-mort, détaille les raisons qui l’ont motivé à intenter une telle action en justice. 

Mayotte dans le spectre d’une pénurie alimentaire

Les aides alimentaires semblent partir d’une bonne intention. Pourtant, cette initiative pourrait rapidement vider les rayons des magasins et provoquer une pénurie sur l’île, dans quelques semaines, si les acteurs sociaux ne changent pas de stratégie.

 

Le coronavirus a fait son entrée au CRA de Mayotte

Alors qu’associations et syndicats de police s’inquiétaient le mois dernier des conséquences sanitaires qu’impliquait la réouverture du centre de rétention administrative, les derniers ours viennent leur donner raison. Plusieurs cas de coronavirus y ont en effet été détectés, sans que les mesures nécessaires à contenir la propagation du Covid-19 ne soient prises.

“J’ai dû mentir sur ma fièvre pour être pris en charge”, un policier malade témoigne

Un policier, hospitalisé depuis ce lundi au CHM après avoir contracté le Coronavirus regrette la prise en charge dont il a été l’objet jusqu’à présent. Selon son témoignage, ce père de famille aurait été conduit à mentir sur son état pour, qu’enfin, un dépistage lui soit proposé.

 

Tétanos, poliomyélite, diphtérie, coqueluche… Ces maladies, que la vaccination prévient, font leur retour sur le territoire. Pour restaurer rapidement une couverture vaccinale suffisante, l’Agence régional de santé (ARS) de Mayotte lance une campagne de rattrapage vaccinal dans les établissements scolaires.

L’enquête de couverture vaccinale menée en 2019 par l’Agence régionale de santé (ARS) et les analyses de Santé Publique France décrivent des résultats « alarmants ». Des maladies comme la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite ou la coqueluche font leur réapparition sur le territoire alors qu’elles peuvent être prévenues grâce au vaccin. Face à ce constat, l’ARS a décidé de mettre en place une campagne de rattrapage vaccinal en milieu scolaire, en collaboration avec le rectorat et l’association des maires de Mayotte (AMM). L’objectif : « restaurer rapidement une couverture vaccinale suffisante pour assurer une protection optimale, en ciblant la population quasiment majoritaire sur le territoire, à savoir les enfants », indique Maxime Jean, chef du département de la sécurité et des urgences sanitaires de l’ARS.

campagne-rattrapage-vaccinal-lutter-contre-diphterie-coqueluche
Au total, près de 70.000 enfants des écoles primaires et collèges seront consultés.

Au total, 300 médecins, infirmiers et sage-femmes se relaieront dans les écoles et les collèges de l’île tout au long du premier semestre 2023. Une consultation médicale d’évaluation du statut vaccinal sera proposée à tous les enfants. « C’est du jamais vu. Nous irons à la rencontre d’environ 70.000 enfants et on estime que 50.000 d’entre eux ne sont pas à jour dans leurs vaccins », souligne le cadre de l’ARS. Une « phase test » sera organisée à la fin du mois de novembre pour ajuster les protocoles et garantir le succès de l’opération.

Seulement 25 % des 14 – 16 ans à jour dans leurs vaccins

Les retards de vaccination sont en effet particulièrement importants chez les 7-16 ans. Selon l’étude, les statuts vaccinaux diffèrent fortement en fonction de la classe d’âge considérée. Globalement, les efforts engagés ces dernières années ont permis d’améliorer la couverture vaccinale des 2-5 ans, qui est aujourd’hui proche de celle constatée au niveau national. A contrario, les statuts vaccinaux des enfants en âge d’être scolarisés au primaire et au collège sont largement insuffisants avec seulement 41,4% des 7-11 ans et un quart des 14-16 ans à jour pour au moins 8 des 12 valences testées, correspondant aux vaccins obligatoires et recommandés du calendrier vaccinal (rougeole, rubéole, pneumocoque, hépatite B, tétanos, coqueluche etc.)

Si les vaccinations contre la rougeole, les oreillons, la rubéole et l’hépatite B sont globalement satisfaisantes, avec une couverture vaccinale de l’ordre de 80%, les rappels contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite et la coqueluche, après l’âge de 2 ans, sont peu respectés. Ils doivent être fait à l’âge de 6 ans puis entre 11 et 13 ans. « On se rend compte qu’il y a une recrudescence des maladies qui nécessitent un rappel de vaccin. Souvent, les familles ne sont pas informées ou oublient les rappels », estime Maxime Jean. Dans le même temps, les vaccinations méningocoque C et pneumocoque tardent à se mettre en place sur le territoire. Et l’existence de groupes non immunisés constitue des foyers épidémiques potentiels dont les conséquences en termes de santé publique peuvent être importantes.

Des cas de diphtérie en augmentation

Les cas de diphtérie sont notamment en augmentation. « Les risques sont réels. Alors qu’il y avait moins de deux cas par an jusqu’en 2019, on en recense actuellement treize. Cela peut conduire à des décès d’enfants, pour une maladie contre laquelle il existe un vaccin depuis fort longtemps », regrette le chef du département de la sécurité et des urgences sanitaires de l’ARS. « Aujourd’hui, en France, on n’a pas le droit de mourir de diphtérie. » En 2018, Mayotte a également connu une sévère épidémie de coqueluche. « La maladie épuise les nourrissons, qui n’arrivent pas à s’alimenter ou à respirer convenablement », précise le docteur, qui note également des cas de tétanos sur l’île. « Même s’ils sont rares, cette maladie ne devrait plus exister grâce au vaccin », poursuit-il.

Lors de la campagne de rattrapage, le vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole sera également proposé, même si la couverture vaccinale est correcte. « Nous proposerons également le vaccin contre le papillomavirus au collège, aux filles mais aussi aux garçons », indique Maxime Jean. « C’est un vaccin qui a du mal à prendre sur le territoire alors que le nombre de cancer du col de l’utérus est en hausse. »

 

Forte hausse des cas de coronavirus à Mayotte

Les indicateurs montrent que le Covid-19 a repris de plus belle sur le territoire. Dans son bilan hebdomadaire adressé ce jeudi, l’ARS révèle que huit personnes sont hospitalisées, dont une est en réanimation. Le nombre de cas relevés sur une semaine glissante est grimpée à 197, il était à 76 au cours de la semaine du 30 octobre au 6 novembre. Résultat, le taux d’incidence (65.8 cas pour 100.000 habitants) et le taux de positivité (17.5% des personnes testées sont positives) augmentent rapidement eux aussi par rapport à la semaine précédente (25.4 cas/100.000 hab et 8.4%). Selon les données de l’application TousAntiCovid, le variant le plus répandu à Mayotte reste Omicron (91.2%).

Avis Facebook pour l’UE!
Vous devez vous connecter pour afficher et publier des commentaires FB!

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1021

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

François Braun : « il faut donner les moyens aux professionnels de travailler »

Le ministre de la Santé et de la Prévention a visité le centre hospitalier de Mayotte, ce mardi 29 novembre. L’occasion de confirmer la...

Le Conservatoire du littoral entame « un plan de reconquête du littoral »

Ce mardi 29 novembre, dans les locaux la communauté de communes de Petite-terre, l’antenne de Mayotte du Conservatoire du littoral a réuni gestionnaires, institutions...

Faux en écriture au port de Longoni : le procès en diffamation dans l’impasse

Les dissensions entre les acteurs du port sont connues et débouchent ces derniers temps sur des actions en justice. Ce mardi 29 novembre, le...

Coopération économique : et si Mayotte se positionnait en leader régional ?

En réponse aux événements violents de ces derniers jours, Alain Kamal Martial prône la mobilisation d’hommes et de femmes sérieux pour relancer l’économie et...

Air Austral change de terminal à Roissy

Les travaux à l’aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle ne sont pas sans conséquences pour les compagnies y travaillant. La Réunionnaise Air Austral, par exemple, rejoint le...