asd

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

L’univers de la santé à Mayotte passé en revue par une mission sénatoriale

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

À l’initiative du sénateur Thani Mohamed Soilihi, la mission de la commission des affaires sociales du Sénat relative à l’accès aux soins a passé quatre jours à Mayotte la semaine dernière. Les quatre sénateurs de la mission, présidée par Catherine Laroche, ont visité une bonne partie des structures relatives à la santé sur l’île avant de terminer par une conférence de presse à la Croisette vendredi dernier en fin d’après-midi.

« Nous remercions Thani d’avoir insisté pour que nous venions à Mayotte nous rendre compte de la réalité du terrain. Cela nous a donné une tout autre vision des problématiques de ce territoire », déclare Catherine Laroche, la présidente de la commission des affaires sociales du Sénat relative à l’accès aux soins. Accompagnée de trois autres sénateurs, Laurence Cohen, Jean-Luc Fichet et Dominique Théophile, elle a parcouru pendant quatre jours les principales structures d’accès aux soins de l’île aux parfums : le centre hospitalier et l’agence régionale de santé, bien sûr, mais également l’hôpital de Petite-Terre, des dispensaires, des pharmacies et des centres de dépistages. « Nous avons essayé de couvrir la totalité de l’offre d’accès aux soins de Mayotte », résume la présidente.

Beaucoup de difficultés, mais également un immense potentiel

L’objectif de la mission était naturellement de prendre la mesure des difficultés dans le domaine de l’accès aux soins sur le territoire. Au cours de leurs pérégrinations dans cet univers, les sénateurs ont pu se rendre compte que le principal problème résidait dans la surcharge de patients. « Nous avons constaté un fort dynamisme des personnels de santé, mais le gros manque de ressources humaines fait que, souvent, l’épuisement les guette et qu’il leur est parfois difficile de procurer aux patients des soins de qualité », remarque Laurence Cohen, sénatrice du Val de Marne. La difficulté à fidéliser les personnels de santé a ainsi été souligné. La visite de la mission dans les « quartiers de cases en tôles », à l’occasion d’un dépistage de la gale, leur a également fait prendre conscience du décalage important entre Mayotte et la métropole. « Cela nous a ouvert tout un champ de questionnement », affirme-t-elle.

Toutefois, Jean-Hugues Fichet, sénateur du Finistère, a tenu à souligner que le problème du désert médical n’était pas spécifique au 101ème département et que cette épine dans le pied se retrouvait dans d’autres régions. « La différence, c’est qu’ici il prend d’autres dimensions », précise-t-il. Il a également remarqué que l’insécurité complexifiait fortement l’exercice du métier des professionnels de santé. Dominique Théophile, sénateur de Guadeloupe, a souligné quant à lui que, malgré ses difficultés, le territoire offrait de belles opportunités. « Beaucoup de projets sont en cours notamment en termes de logements et de transports et le projet d’extension de l’hôpital offre de belles perspectives. »  

La mission rendra son rapport après l’élection présidentielle

Cette mission donnera lieu à un rapport qui sera rendu après l’élection présidentielle. « Ce ne sera pas juste un rapport de plus », tient à préciser le sénateur Thani. « L’angle est cette fois-ci différent et tout ce qui sera traduisible en termes de législation le sera. Ces recommandations du sénat seront suivies ou non par le gouvernement, mais elles seront en tout cas un point d’appui pour faire évoluer notre île dans le sens d’un meilleur accès aux soins », explique-t-il. Dans ce rapport, les points de blocage seront passés au crible et des propositions seront faites pour tenter de les éliminer.

« Il y a de vraies raisons d’espérer », déclarent unanimement les sénateurs qui ont toutefois avoué leur impuissance quant à la question de l’immigration massive en provenance des Comores qui « relève de la politique nationale ». Mayotte compte en effet 50% d’étrangers et « on ne peut pas mesurer le poids des non-affiliés sur le système de santé », insiste Catherine Laroche. Evidement, l’éternelle solution de la coopération régionale a été évoquée. « Il faudrait trouver une solution pour que les Comoriens puissent être soigné dans leur propre pays », ajoute-t-elle en précisant que « la France doit assumer ses responsabilités face à l’État des Comores ». Un discours entendu depuis de nombreuses années, mais qui, pour le moment en tout cas, n’a pas encore porté ses fruits…

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

La circulation dans Mamoudzou perturbée à partir de ce mercredi

La circulation dans Mamoudzou sera perturbée à l’approche de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques, ce vendredi, à l’occasion de laquelle la Ville organise...

La coqueluche continue de progresser sur le territoire

Santé publique France fait le point sur la coqueluche, les infections respiratoires aigües (IRA), la gastro-entérite aigües (GEA) et la dengue à Mayotte. Pour la...

Mamoudzou s’enflamme pour les Jeux Olympiques ce vendredi

La Ville de Mamoudzou organise une fan zone pour la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Paris 2024. Cet événement “Mamoudzou en flamme” aura...

Assemblée nationale : Anchya Bamana et Estelle Youssouffa intègrent leurs commissions permanentes

La députée de la 1ère circonscription de Mayotte nouvellement réélue, Estelle Youssouffa, intègre de nouveau la commission permanente des affaires étrangères de l’Assemblée nationale,...

Les travaux du point de vue d’Handréma ont débuté à Bandraboua

La première pierre du point de vue d’Handréma a été posée ce vendredi 19 juillet. Ces travaux marquent le début d’un programme d’aménagements dans...