L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Votez !

Une affaire de voiture qui embarrasse à la mairie de Dembéni

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Pièce importante de l’équipe de Moudjibou Saïdi au cours des élections municipales de Dembéni, Mohamadi « Bango » Saïdali est amer. Une histoire de voiture louée le temps de la campagne lui est retombée dessus. Elle lui a même coûté son poste, le maire l’accusant d’escroquerie et de mensonges.

une-affaire-de-voiture-qui-embarrasse-a-la-mairie-de-dembeni
Moudjibou Saïdi, le maire de Dembéni, ne porte plus Mohamadi « Bango » Saïdali dans son cœur. Ce dernier s’est pourtant démené pendant l’élection.

« Monsieur Mohamadi Saïdali ne respecte ni la déontologie, ni les principes de la fonction publique et transgresse la loi et le règlement intérieur de la collectivité. Il donne une mauvaise image de la fonction publique et de la mairie de Dembéni », conclut le rapport envoyé au centre de gestion, le 21 juin 2022. Le constat dressé par Moudjibou Saïdi, le maire de Dembéni, est sévère. Surtout, il n’est pas du tout du goût de l’intéressé. Mohamadi Saïdali, plus connu sous le surnom de « Bango », n’a pourtant pas ménagé ses efforts pour faire élire l’équipe du maire actuel en 2020 (qui s’est imposé au second tour de 70 voix seulement). Son activisme a même poussé l’équipe de campagne à lui fournir « une voiture louée par un entrepreneur local ». Une mise à disposition que réfute le maire. « Il a loué la voiture de sa propre volonté », avance plutôt celui-ci. Interrogé sur la location d’au moins trois autres véhicules pendant cette campagne, il assure : « Au nom de mon seigneur, je n’ai pas connaissance de ces éléments ». Ce qui est certain, c’est que le véhicule en question va causer la rancœur du maire et la perte d’emploi de « Bango » en ce mois de février 2023. 

Celui-ci ne s’attendait pourtant pas à pareille chute quand il a rejoint en 2020 l’équipe de militants dirigée par Rachadi « Marius » Saindou, alors directeur de campagne du futur maire. Le petit bonhomme très actif s’investit pleinement dans cette campagne. Et celle-ci est anormalement longue à cause du coronavirus, puisque le premier tour a lieu en mars 2020 et le second en juillet. Le contretemps est vite oublié, la victoire est au bout. Et même si elle est étriquée, « Bango » savoure. « J’ai même pleuré le jour où l’on a gagné », raconte celui qui était alors artisan. Les relations amicales avec le nouvel édile sont alors au beau fixe et celui-ci vient le chercher pour qu’il devienne agent de surveillance de la voie publique (ASVP) de Dembéni, au début de l’année 2021. 

1.300 euros donnés par le maire

C’est bien plus tard dans l’année que tout va changer. La voiture, récupérée dans des conditions rocambolesques en juillet 2020 (le loueur a utilisé les doubles pour la reprendre sans prévenir), n’a jamais été payée. La société basée à Poroani réclame son dû. « La gendarmerie m’appelle pour me dire que le loueur veut porter plainte contre ce monsieur. Je le convoque et je lui demande pourquoi il ne paye pas », rapporte le maire. Voulant « l’aider », il lui donne 1.300 euros pour effacer sa dette. « Je l’ai aidé de manière sociale », argue l’élu. « Mais ces 1.300, il les a consommés. » L’employé rétorque que l’argent était pour un dédommagement après la campagne, pas pour la voiture. Et s’il admet ne pas vouloir payer la location au départ, car ce n’était pas prévu selon lui, un accord est toutefois trouvé. Il accepte de rembourser en échelonnant la somme en quatre fois (trois fois 500 euros et une dernière fois 621 euros en avril 2022). Le conflit d’ordre financier terminé, celui entre l’agent et son employeur ne prend pas fin au contraire. Un rapport de Moudjibou Saïdi, datant du 21 juin 2022, explique : « Par son comportement, Monsieur Mohamadi Saïdali, ne respecte pas la tenue d’ASVP qu’il porte, nuit à l’image de la collectivité et celui de son autorité territoriale ». Au téléphone, il réitère : « Il ne respecte pas sa hiérarchie. Il ne mérite pas d’être un fonctionnaire ». Joignant la parole aux actes, il refuse la titularisation de l’employé (il était stagiaire depuis 2021) qui passe, en plus, aux services techniques. Ces décisions, « Bango » ne les accepte pas. Il rappelle que dans un premier rapport de novembre 2021, son supérieur écrit qu’hormis cette affaire de voiture, « sur le plan professionnel, il n’y a rien à reprocher à cet agent ».

« Son CDD l’attend à la mairie »

L’avis de la hiérarchie est à l’opposer de ce que défend le maire. L’édile revient, par exemple, sur un événement de 2008 où « Bango » était accusé d’avoir dérobé l’argent de la régie municipale. « Ce n’est pas vrai. J’ai été entendu par les gendarmes, mais c’était quelqu’un d’Ongojou », rappelle l’intéressé. Il ne se reconnaît pas non plus de cette histoire de vols réguliers dans les vestiaires alors qu’il travaille dans la police municipale ou le fait que ses ex-salariés lui courent après pour des impayés. « C’est du n’importe quoi ! » Le centre de gestion de Mayotte, la structure gérant les ressources humaines des collectivités, a été amené à intervenir dans cette affaire. Commission administrative paritaire et conseil de discipline ont pris le parti du salarié. La première a émis « un avis défavorable concernant la demande de refus de titularisation ». Le conseil de discipline estime que « les faits ne présentaient pas un caractère suffisant de vraisemblance et de gravité pour justifier la mesure d’exclusion définitive de fonction ». 

Les deux décisions n’ont pas changé grand-chose au final. Un arrêté notifié le 26 janvier 2023 indique « qu’il est mis fin au stage de Monsieur Mohamadi Saïdali en qualité d’adjoint technique territorial à compter du 4 février 2022 (sic) ». Refusant son licenciement, l’ex-employé municipal compte désormais saisir la justice pour le contester. Il dit ne pas vouloir de la main tendue du maire qui propose un nouveau CDD d’un an et a envoyé plusieurs personnes chez « Bango » pour le convaincre. « Son CDD l’attend à la mairie », fait-il remarquer.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1084

Le journal des jeunes

À la Une

Un nouveau cas de choléra détecté à Koungou ce jeudi

La préfecture de Mayotte et l’Agence régionale de santé (ARS) confirment qu’une nouvelle personne atteinte du choléra a été identifiée, ce jeudi 11 avril....

TME : Catégorie entreprise innovante

Par les perspectives qu’elles offrent pour l’économie mahoraise et les nouvelles filières qu’elles développent, cinq structures ont retenu notre attention dans la catégorie entreprise...

Deux scénarios possibles pour le contournement routier de Combani

Le conseil départemental a décidé, ce mardi, de reprendre la main sur les prochaines étapes de la construction du contournement routier de Combani, le...

Des stades pleins pour les finales des tournois ramadan

Les finales des tournois de ramadan sponsorisés par Orange se sont tenues ce jeudi 11 avril, journée de fête de l’Aïd-el-fitr. Les dernières rencontres...

Comores : Trente-huit détenus s’évadent de la prison de Moroni

Un militaire qui figure parmi les détenus serait à l’origine de la débandade de ce jeudi matin, selon les déclarations du chef du parquet...