asd

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Pour le second centre hospitalier à Combani, « on sera à vos côtés »

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Le deuxième jour de François Braun, le ministre de la Santé et de la Prévention, à Mayotte a comporté trois séquences. La deuxième était à Combani, ce mercredi, à 9h. Elle concernait les projets médicaux sur le territoire, dont celui du second hôpital qui sera implanté dans le village du centre.

Pas de grandes annonces, le ministre de la Santé et de la Prévention ne fait pas le tour de l’océan Indien pour y révolutionner les pratiques de médecine. François Braun, qui visitait Mayotte ces mardi et mercredi, était davantage intéressé pour prendre le pouls du territoire et y suivre les projets. L’un des plus importants d’entre eux, le second hôpital de Combani, lui était d’ailleurs présenté dans le village même, ce mercredi matin. Olivier Brahic, le directeur de l’Agence régionale de santé, Jean-Mathieu Defour, le directeur du centre hospitalier de Mayotte (CHM), et le médecin Pierre Menard, conseiller médical à la direction du CHM, ont dévoilé les coulisses du projet dont les tvaux commenceront en 2025. « On a réfléchi en parcours de soin », évoque ainsi ce dernier. « Il faut accompagner le patient de la ville vers l’hôpital, et réciproquement. Parmi les points-clés, il faut maintenir un établissement hospitalier public unique. C’est une force du CHM pour le territoire et il faut qu’il reste en l’état. Développer une offre hospitalière complète et ainsi permettre aux Mahorais de se soigner à Mayotte. Répondre à la forte prise en charge mère et enfant, mais aussi prendre en considération l’explosion des besoins de prise en charge de l’hypertension, du diabète, des maladies chroniques et dégénératives. »

Le médecin émet quelques idées dans l’ère du temps, comme le renforcement de l’attractivité des soignants, mais aussi celui de la formation. « Ce projet est envisageable qu’en respectant des prérequis. J’en citerai deux, l’aménagement du territoire et une politique de ressources humaines volontariste. Il faudrait au moins cent étudiants-infirmiers par promotion, le développement de formations soignantes spécialisées. Peut-être une première année de médecine sur le territoire et pourquoi pas l’universitarisation de certains services », propose-t-il.

La question du foncier à régler

« Le second hôpital se fera à Combani, il n’y a aucun doute là-dessus. On sera à vos côtés », a prévenu le ministre, coupant court aux rumeurs de communes ayant plus de terrains disponibles ou moins congestionnées. Ces dernières étaient nourries par les difficultés d’acquérir du foncier sur Combani. « La préfecture coordonne les réflexions autour de ce foncier, autour de tout ce qui va y avoir autour de l’hôpital, des soignants, des problématiques de circulation routière, à voir avec la mairie ou le conseil départemental. Je crois qu’il y a une mobilisation de tous autour du même projet. C’est ça que je trouve extrêmement intéressant », indique François Braun. La mairie de Tsingoni, engagée dans cette même réflexion, a d’ailleurs voulu rassurer les représentants de l’État en rappelant que des logements sont actuellement en construction et qu’un contournement de Combani est prévu avec le l’aide du Département.
En tout cas, la commune de Tsingoni ne doit pas ménager ses efforts si elle veut un jour voir ce second hôpital tracer sa route jusqu’à Combani.

 

Deux questions à… François Braun

second-centre-hospitalier-combani-on-sera-a-vos-cotes-
François Braun est ministre de la Santé et de la Prévention depuis juin 2022.

Flash Infos : Vous avez annoncé au CHM que vous étiez « à leurs côtés », comment vous l’êtes justement ?
François Braun : Je crois qu’il y a un message qui est fort, qui est porté par les équipes médicales et paramédicales de Mayotte, c’est de donner envie aux gens de venir à Mayotte. C’est sur la base de beaux projets comme celui du CHM, sur la base aussi de ressources, de rémunérations en tout cas équivalentes au reste de la métropole ou comparables à celles de La Réunion. On doit aussi favoriser les formations des jeunes sur Mayotte, en augmentant les places en école d’infirmières, avec l’aide du Département. Je crois qu’on a le terreau ici qui est vraiment bien pour mener à bien tous ces projets. Enfin, tout ne va pas se faire en deux minutes, vous comprenez bien. La construction de l’hôpital, par exemple, commencera à l’horizon 2025.
F.I. : En termes de temps, au vu de la démographie de l’île, est-ce que ce sera assez pour demain ?
F.B. : Si vous êtes Nostradamus, je prends des projections. Je crois qu’il y a une étude, en tout cas sérieuse qui est faite aussi. Je voyais ce matin avec le représentant de Santé publique France. Il y a une étude faite sur les projections, sur les besoins. C’est un secret pour personne, la santé de la femme, la périnatalité, les enfants sont des sujets très importants sur l’île. Ce qui est en opposition avec la métropole où l’on travaille plutôt sur les personnes âgées, les Ehpad. Mais c’est aussi pour ça que je viens voir la situation sur le terrain. Selon les territoires, il y a des différences.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

A Mlezi Maoré : « On a pu amortir les perturbations »

L’année 2023 a été compliquée chez Mlezi Maoré. Faute de financements, l’association qui œuvre dans le social et la santé a dû procéder à...

« Un contrôle interne insuffisant » de l’association Mlezi Maoré

La Chambre régionale des comptes a rendu public vendredi 12 juillet son rapport d’observations sur l’association Mlezi Maoré. Il souligne notamment un « contrôle interne...

Salime M’déré « a tout perdu »

Suite à l’arrêté du préfet de Mayotte du 25 juin dernier, portant démission d’office Salime M’déré a perdu son poste de premier vice-président du...

Fin de la grève à La Poste après trois semaines de mobilisation

Depuis le 26 juin, des salariés de La Poste s’étaient mis en grève. Ils demandaient une prime contre la vie chère et les paiements...

« Vous êtes la fierté de votre village, de votre quartier, de votre ville »

Près de 30 bacheliers de Mamoudzou ont été distingués par la mairie vendredi 12 juillet. Une cérémonie était organisée pour les titulaires des mentions...