100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Rencontre avec le ministre des Outre-mer : « On sent quelqu’un qui est vraiment à l’écoute »

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Mardi, les quatre parlementaires ainsi que le président de l’association des maires ont été reçus par le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu. Pour le compte du Département, ce sont Bourouhane Allaoui et Ali Debré Combo qui ont pris part à cette réunion. Ce dernier est revenu pour Flash Infos sur cet échange qui a permis de balayer un grand nombre de thématiques. Pêle-mêle.

Ce mardi s’est tenue une réunion entre les parlementaires, trois élus locaux et le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu. Une première rencontre depuis la nomination de ce dernier à l’occasion du remaniement ministériel et à laquelle ont pris part deux conseillers départementaux des cantons de Koungou et Mamoudzou, Bouhourane Alloui et Ali Debré Combo. Un choix tout sauf anodin puisqu’il était principalement question d’évoquer l’insécurité qui sévit sur l’île ces dernières semaines. Première information : il est notamment prévu une réorganisation avec les services de l’État de l’opération Shikandra pour mieux contrôler les frontières. Une annonce qui complète celle du préfet, Jean-François Colombet, qui a assuré en début de semaine que trois intercepteurs en mer, 24h sur 24 et 7 jours sur 7 à l’eau, seront opérationnels dès le mois prochain dans le but d’empêcher l’arrivée de kwassas en provenance des Comores.

« La réunion s’est bien passée », a concédé quelques minutes après avoir quitté l’hôtel de Montmorin Ali Debré Combo, visiblement satisfait d’avoir trouvé « un ministre très disponible qui nous a permis de brosser d’autres thématiques de manière générale ». Un large panel de sujets a ainsi été abordé, à l’instar du financement des collectivités, sachant que le Département ne bénéficie pas de certaines dotations alors qu’il gère des compétences régionales. Même combat pour les fonds européens sur la période 2021-2027. « Logiquement, Mayotte devrait toucher 700 millions pour le prochain programme. Concernant son autorité de gestion, nous voudrions que les vœux de l’ancien premier ministre, Édouard Philippe, soient respectés. »

Différenciation pour Mayotte ?

Ce rendez-vous a aussi été l’occasion d’échanger sur les caractéristiques propres au 101ème département. « Il serait disposé pour que nous parlions de différenciation pour Mayotte et les Outre-mer dans son ensemble », a souligné Ali Debré Combo. Plus précisément, en quoi cela consisterait ? « Même s’il y a des lois générales pour la Nation, il faudrait les adapter en fonction des spécificités des territoires ultramarins. » À titre d’exemple, le conseiller départemental a rappelé l’amendement du sénateur Thani, qui adapte les conditions d’acquisition de la nationalité française par le droit du sol sur l’île aux parfums.

Concernant l’attractivité, les invités de Sébastien Lecornu ont évoqué la mise en place « d’outils pour attirer les jeunes diplômés mahorais qui se trouvent en métropole ». Mais pas seulement. Bon nombre de familles mahoraises quittent le territoire pour « avoir de meilleures conditions en matière d’éducation et d’accès aux soins ». Un débat de la plus haute importance alors que l’état d’urgence sanitaire a été prolongé à Mayotte jusqu’au 30 octobre. Qu’une nouvelle crise de l’eau plane au-dessus de la tête des habitants. Et que les chantiers de construction des écoles tournent au ralenti. « Désormais, il souhaite que chaque engagement soit suivi d’effet ! », s’est félicité Ali Debré Combo.

En guise de bonne foi, le ministre des Outre-mer « veut bien faire avec les élus de Mayotte ». « On sent quelqu’un qui est vraiment à l’écoute. » Pour preuve, des points par visioconférence ou directement à Paris sont désormais prévus tous les 45 jours. Voire même directement sur l’île aux parfums… Il se murmure que le successeur d’Annick Girardin pourrait poser ses valises au mois d’octobre, si le référendum sur l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie le lui permet. Alors, convaincus ?

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

« On ne pouvait plus laisser pourrir les livres »

Les propriétaires d’une maison de la rue Pasky à Mamoudzou veulent récupérer leur rez-de-chaussée, abandonné depuis trois ans par l’association des parents d’élèves du...

Au gymnase de Cavani, 20% des 250 tests quotidiens sont positifs

Si la légère baisse des indicateurs épidémiologiques entre le 5 et le 11 janvier laisse présager une circulation moins active du virus, la course...

À Koungou, un week-end de violences qui laisse des traces

Parties d’une simple embrouille entre jeunes de Koungou, les violences de samedi, dimanche et lundi matin ont laissé place à un climat pesant sur...

Yann Le Bris, procureur de la République : « Une problématique générale d’ordre public »

Si les investigations se poursuivent dans l’espoir d’interpeller les fauteurs de trouble à l’origine du week-end agité sur Koungou et Majicavo, le procureur de...

Plus de 30 millions d’euros pour construire la cité administrative régionale

Commandé sous l'ancienne mandature, le projet de cité administrative régionale sur le site du conseil départemental est bel et bien sur les rails. Les...