Publicités

De la promo “Valmy” aux “rodéos” lyonnais, qui est Thierry Suquet, le futur préfet de Mayotte ?

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

La nouvelle est tombée en conseil des ministres ce mercredi 23 juin 2021. Jean-François Colombet quitte Mayotte après deux ans, direction le Doubs. Il sera remplacé par Thierry Suquet, délégué au préfet du Rhône pour la défense et la sécurité. Des dossiers qui risquent bien de faire écho à ses missions mahoraises.

Il a côtoyé un certain Bruno Le Maire sur les bancs de l’École nationale d’administration (ENA), dans la fameuse promotion “Valmy” (1998) et il sera bientôt le nouveau préfet de Mayotte – la date de son arrivée n’est pas encore connue. Thierry Suquet, préfet délégué à la défense et la sécurité dans le Rhône, a été nommé ce mercredi 23 juin 2021 en conseil des ministres. Il remplacera ainsi Jean-François Colombet, qui s’envole pour le Doubs après ses deux ans de loyaux services dans le 101ème département.

Né le 10 avril 1960 à Constantine, en Algérie, Thierry Suquet a intégré l’ENA en 1996, après un début de carrière dans les collectivités territoriales. Il a notamment été « secrétaire général de la mairie d’Ollainville, directeur adjoint de l’office public d’habitation à loyer modéré (OPHLM) de Montereau-Fault-Yonne, directeur de l’antenne sud du comité de développement économique de l’Essonne, chef du bureau de la fiscalité locale à la direction générale des collectivités locales, sous-préfet de Lannion, secrétaire général de la préfecture de la Gironde », précise le communiqué du ministère des Outre-mer. Une carrière d’administrateur donc, pour celui qui a aussi occupé le poste de secrétaire général du Haut-Commissariat de la République en Nouvelle-Calédonie. Et c’est à peu près tout, à en croire son curriculum vitae, pour ses expériences ultramarines.

 

Violences urbaines et crise sanitaire

 

Nommé il y a moins d’un an dans le Rhône, le délégué pour la défense et la sécurité a eu l’occasion de gérer des dossiers allant des rodéos sauvages à Lyon, cette pratique de la motocross dite “en Y” – qui n’est d’ailleurs pas complètement étrangère à nos contrées -, à des tags menaçant de mort la police, en passant par la gestion sanitaire du centre de rétention administrative (CRA) ou encore des violences urbaines. À titre d’exemple, en mars de cette année, 13 voitures avaient été incendiées à Rillieux-la-Pape, commune du nord de la métropole lyonnaise après des affrontements dans un autre quartier de la ville. Gageons que le nouveau délégué du gouvernement a donc un peu de bouteille pour gérer les nombreux dossiers sensibles de l’île aux parfums !

Pour l’instant, sa feuille de route s’inscrit dans la continuité des actions menées par Jean-François Colombet, à savoir : poursuivre le processus mis en place dans le cadre du projet de « Loi Mayotte » ; la lutte contre l’immigration illégale ; la protection des Mahoraises et des Mahorais. Il devra ainsi “accompagner les prochaines étapes du développement du plus jeune département français”, souligne le ministère. Sébastien Lecornu “salue le travail effectué par Jean-François Colombet, depuis juillet 2019, notamment dans la lutte contre l’immigration illégale, les habitats insalubres, plus récemment lors des consultations citoyennes mises en place pour l’élaboration de la « Loi Mayotte » mais aussi pour sa gestion de la crise sanitaire”.

Le président du conseil départemental, Soibahadine Ibrahim Ramadani, a lui aussi tenu à remercier le préfet « sortant » avec lequel « nous avons noué des relations cordiales et pu travailler dans un esprit républicain et dans le respect des prérogatives de chacun sur de très nombreux dossiers, souvent complexes. Pour le chef d’un exécutif, le préfet est un interlocuteur essentiel, il incarne l’État en « Région » et ces deux années n’ont pas manqué de chantiers ou de dossiers d’ampleur, de la piste longue aux transports scolaires, en passant par les questions de sécurité ou de lutte contre l’immigration clandestine. Je veux souligner plus particulièrement le rôle majeur du préfet, délégué du gouvernement, dans la gestion de la crise sanitaire liée à la pandémie du Covid-19 ou dans la lutte contre l’habitat illégal« .

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°963

Le journal des jeunes

À la Une

Un avenir incertain pour les taxis de Mayotte

La chambre des métiers et de l’artisanat a tenu un séminaire porté sur l’avenir des taxis à Mayotte ce mercredi. L’occasion de parler des...

À Mayotte, le retour des soirées signe celui du sexisme ordinaire

On dit souvent de Mayotte qu’elle est une société matriarcale. Pourtant, tout comme en métropole, si ce n’est plus, le sexisme est ici aussi...

Balades artistiques et patrimoniales à Mamoudzou

Le projet “Nouveau regard sur ma ville 2021” mis en œuvre par la communauté d'agglomération de Dembéni-Mamoudzou (Cadema) a pour objectif de faire découvrir...

Ces mahorais qui quittent l’île aux parfums pour se construire une carrière

Asma* vit à Paris. Originaire de Mamoudzou, la Mahoraise de 28 ans affirme aujourd’hui ne pas regretter un instant avoir quitté le 101ème département...

Au conseil départemental, “l’opposition constructive” ne lâchera rien

Toujours privés d’hémicycle, les nouveaux élus du conseil départemental étaient réunis ce lundi 19 juillet dans l’Hôtel de ville de Mamoudzou pour une assemblée...