asd

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Présidentielle aux Comores : Le système de parrainage des candidats sur le point d’être suspendu

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Dans une nouvelle loi votée en décembre dernier, comportant de nombreux articles controversés, le législateur a instauré un quota de signatures à récolter. Mais le président de la République des Comores, Azali Assoumani, aurait promis que la disposition ne sera pas appliquée lors de la prochaine élection. 

Son abandon pourrait soulager les prétendants à la magistrature suprême. A moins de douze jours de la publication de la liste provisoire des candidats retenus pour la présidentielle, le cadre comorien de concertation annonce qu’il y a des fortes chances que le système de parrainage soit gelé. Selon l’article 8 de la loi portant élection du président de l’Union des Comores, adoptée en décembre dernier, les candidats à l’élection présidentielle doivent être parrainés au niveau national par au moins 0.8% d’électeurs, repartis proportionnellement au nombre d’électeurs inscrits par île. « Un électeur ne peut parrainer qu’un candidat, sous peine de rejet des candidatures concernées en cas de complicité du candidat dans la commission des faits et sous réserve des poursuites à l’encontre de l’électeur ayant causé ce rejet selon la qualification des faits », ajoutait la même disposition. Avant même la promulgation de cette loi, des voix s’étaient élevées pour dénoncer cette instauration de signatures. Une première aux Comores.

Décret absent

C’est sur cette même lancée que le cadre de concertation, un collectif composé de la société civile, des partis politiques du pouvoir tout comme ceux de l’opposition a plaidé pour la non-application de l’article des parrainages. Le jeudi 1er novembre, les membres de cette organisation qui milite pour des élections libres et transparentes ont formulé la requête auprès du chef de l’État comorien. Candidat à sa propre succession, pour un dernier quinquennat, le président sortant a promis que ni lui ni ses potentiels adversaires du 14 janvier 2024 n’auraient à s’inquiéter. Donc, aucun risque que le juge électoral, qui doit publier une liste provisoire le 17 novembre annule une candidature pour défaut de signatures suffisantes. Notons que d’après l’article 8 de ladite loi, un décret d’application des modalités du système de parrainage devait sortir. Sauf que celui-ci n’a jamais été publié. « Non seulement le décret n’existe pas, mais il fallait également préciser le nombre d’électeurs de chaque île. Nous lui avons expliqué, que dès lors que l’appel à candidatures a été lancé, il serait compliqué pour le candidat de parvenir à récolter les signatures à temps. Et le président a donné son accord », a rapporté l’ancien gouverneur de la Grande Comore, Mohamed Abdouloihab, membre du cadre de concertation, lequel a tenu une conférence de presse, ce jeudi.

Cet organe a également sollicité une suspension de l’un des cinq critères que doit remplir un candidat, notamment la résidence d’une manière permanente pendant les  douze mois précédant l’élection. Sur ce point encore, le président Azali Assoumani s’est engagé à mettre les juristes de la présidence sur le coup pour trouver un moyen de ne pas rendre obligatoire la disposition. D’autant que la loi n’a été promulguée que le 6 mars dernier. Autrement dit, six mois seulement au lieu de douze séparent l’entrée en vigueur de la loi et la convocation du collège électoral ont fait valoir les 37 membres du cadre de concertation. Les membres du bureau de cet organe disent attendre que le président sortant tienne parole au sujet de ces deux doléances soulevées le 1er novembre.  Pour rappel, c’est cette même loi des parrainages qui a exclu les binationaux de la course à la présidentielle. Dans son article 7, il a été mentionné noir sur blanc que si un candidat est titulaire d’un ou plusieurs nationalités étrangères, il doit définitivement renoncer à ses nationalités selon les formes et conditions de la législation des États étrangers dont il a acquis la nationalité.

La diaspora a toujours considéré que l’article les visait. De son côté, le pouvoir assure qu’il s’agit simplement d’un garde-fou dont le but est de protéger cette haute fonction.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

La coqueluche continue de progresser sur le territoire

Santé publique France fait le point sur la coqueluche, les infections respiratoires aigües (IRA), la gastro-entérite aigües (GEA) et la dengue à Mayotte. Pour la...

Mamoudzou s’enflamme pour les Jeux Olympiques ce vendredi

La Ville de Mamoudzou organise une fan zone pour la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Paris 2024. Cet événement “Mamoudzou en flamme” aura...

Assemblée nationale : Anchya Bamana et Estelle Youssouffa intègrent leurs commissions permanentes

La députée de la 1ère circonscription de Mayotte nouvellement réélue, Estelle Youssouffa, intègre de nouveau la commission permanente des affaires étrangères de l’Assemblée nationale,...

Les travaux du point de vue d’Handréma ont débuté à Bandraboua

La première pierre du point de vue d’Handréma a été posée ce vendredi 19 juillet. Ces travaux marquent le début d’un programme d’aménagements dans...

Comores : le choléra en nette régression sur l’ensemble de l’archipel

Alors que le taux global de la vaccination contre le choléra est de 59% dans l’Union des Comores, l’épidémie semble aller decrescendo, notamment à...