test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

« On ne peut pas compter que sur les subventions »

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Grand mariage / Manzaraka : l’entraide encore privilégiée pour le financement

Le manzaraka, ou grand mariage, est un passage obligatoire pour tout Mahorais souhaitant s'inscrire dans la tradition. Cette cérémonie peut facilement rassembler plus de 300 personnes : colliers de fleurs, mbiwi, mais surtout liasses de billets. Le manzaraka a un coût ! Alors, comment est-il financé ? 

 

Ce lundi, une réunion autour des différentes manières de financer et accompagner les projets d’économie sociale et solidaire a eu lieu à Combani, dans les locaux de la Chambre régionale de l’économie sociale et solidaire (Cress). L’occasion de présenter les différents outils qui existent pour accompagner les entrepreneurs.

on-ne-peut-pas-compter-que-sur-les-subventions
Plusieurs accompagnateurs d’entreprises étaient présents à la réunion pour présenter l’aide qu’ils peuvent apporter.

Se lancer dans l’économie sociale et solidaire (ESS) n’est pas chose aisée. C’est pour cela qu’il existe plusieurs organismes voués à aider les entrepreneurs qui souhaitent créer une entreprise dont le fonctionnement interne et l’activité sont fondés sur la solidarité et l’utilité sociale. C’est le cas de la Chambre régionale de l’économie sociale et solidaire (Cress) de Mayotte, qui, en partenariat avec l’antenne mahoraise de l’association France Active, a organisé une réunion consacrée à ce thème ce lundi matin, à Combani. Porteurs de projets et structures accompagnatrices d’entreprises étaient réunis pour permettre aux futurs entrepreneurs de mieux connaitre les solutions de financement et d’encadrement disponibles.

« Dans le domaine de l’ESS, on compte généralement sur les subventions. Mais on ne peut pas compter que là-dessus, d’où la nécessité de se rapprocher d’accompagnateurs pour trouver d’autres solutions », insiste Michael Clockers, conseiller entreprise et association pour France Active. C’est dans ce but que la Cress a présenté sa micro-banque Créa-Sol, qui propose des microcrédits professionnels dans le domaine de l’ESS. Ces prêts ne requièrent pas de caution, peuvent aller jusqu’à 15.000 euros et sont remboursables en cinq ans. Le taux d’intérêt est fixe et érigé à 5,9 %.

« Ce microcrédit vise notamment à lutter contre l’exclusion bancaire et cible les personnes qui veulent entreprendre mais qui sont en situation de fragilité financière », précise Faïzina Jary, responsable du dispositif So’defi, qui mobilise les moyens de financement solidaire à la Cress.

Rassurer les financeurs

De son côté, France Active propose notamment une garantie bancaire pour rassurer les financeurs. C’est dans cette même optique qu’elle a créé un prêt solidaire, destiné uniquement aux entreprises dans le domaine de l’ESS, à travers du co-financement avec les banques. Par exemple, si un entrepreneur a besoin de 100.000 euros, France Active va en prêter 50.000 et la banque, l’autre moitié. Un système qui a pour but de rassurer les financeurs. « Nous n’avons pas peur d’accompagner les entreprises de l’ESS qui ont du mal, à la différence des banques. C’est pour cela que nous proposons de les accompagner main dans la main », déclare Michael Clockers.

D’autres organismes accompagnants étaient présents, à l’image de l’Institut d’émission des départements d’outre-mer (Iedom), qui est la banque centrale déléguée de ces départements. Ce dernier peut notamment jouer un rôle de médiateur entre l’entreprise et la banque en cas de refus de crédit. L’Iedom endosse également une mission d’éducation financière, car, si les entrepreneurs maitrisent généralement leur métier de base, ce n’est pas le cas de la partie gestion, finance et administratif.

De nombreux accompagnateurs

L’association BGE (Boutique de gestion espace) de Mayotte était également à cette réunion pour rappeler qu’elle pouvait venir en aide sur la stratégie de l’entreprise. La couveuse d’entreprise Oudjerebou a, elle, présenté son dispositif de test d’entreprise. Pendant un an, il est possible de tester son activité en profitant d’une immatriculation d’Oudjerebou. Le Cabinet Mahorais de Conseil et Pépites Optimum offrent un accompagnement davantage axé sur la gestion, la tenue des dossiers comptables, les questions juridiques et la recherche de financement.

Tous ces acteurs rappellent néanmoins que s’ils accompagnent l’entrepreneur, ils ne peuvent pas faire les démarches à leur place. « On accompagne seulement sur une période, l’entreprise n’est pas assistée », prévient Faïzina Jary.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1093

Le journal des jeunes

À la Une

Élections législatives : Une bataille plus rude au sud avec huit candidats contre quatre au nord

Ils sont finalement douze à s’être inscrits auprès de la préfecture de Mayotte, la semaine dernière, pour se présenter devant les électeurs mahorais, les...

L’art donne vie au futur lycée de Longoni

Prévus jusqu’en 2025, les travaux du futur lycée des métiers du bâtiment de Longoni avancent. Pour marquer le coup, le chantier a ouvert, ce...

Des employeurs prêts à « casser les stéréotypes » sur le handicap

Alors que les entreprises de plus de vingt salariés doivent compter 6 % de travailleurs handicapés, à Mayotte, ce taux est de 0,7 %....

Kawéni 2 remporte “Questions pour une école championne”

Commencée en février, la compétition « Questions pour une école championne » s’est achevée mercredi dernier, avec la victoire d’une des équipes du collège Kawéni 2....

« Cette dissolution bouleverse la synchronisation des élections présidentielles et législatives »

Thomas M’Saïdié, maître de conférences HDR à l’« Université de Mayotte » (l’universitaire s’oppose au statut d’institut universitaire), revient sur la dissolution de l’Assemblée nationale effectuée...