100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Passe vaccinal : la dose de trop pour Mansour Kamardine ?

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Alors que le gouvernement a décrété l’état d’urgence sanitaire, l’Assemblée nationale a adopté le 6 janvier 2022 à 5h25 un texte de loi visant à transformer le passe sanitaire en passe vaccinal. Une décision qui a du mal à passer pour le député mahorais Mansour Kamardine qui dénonce une atteinte aux libertés fondamentales des français.

“Le président de la République veut peut-être emmerder les Français, mais mon but n’est pas d’emmerder les Mahorais”, affirme le député du groupe Les Républicains, Mansour Kamardine. Mardi 4 janvier, l’élu laissait paraître dans l’hémicycle sa ferme opposition à la mise en place d’un passe vaccinal en France. “Je considère que cette mesure est attentatoire aux libertés individuelles”, clame le parlementaire. Comme lui, un quart des membres de son parti a voté contre cette nouvelle mesure. “Nous sommes élus pour défendre l’intérêt de nos administrés », rappelle le député. Avant d’ajouter : “Si le ministre de la Santé, M. Olivier Véran, considère que je suis isolé dans mon groupe, je suis fier d’être isolé avec la vingtaine de mes collègues qui ont voté contre ce texte de loi.”

Jamais deux sans trois et jamais trois sans quatre ?

Considéré comme un opposant au vaccin à la suite de ses propos à l’Assemblée nationale, Mansour Kamardine se défend et revient sur le vrai fond du problème. “J’ai posé une question sérieuse qui me semble fondamentale. Combien d’injections de vaccin devrons-nous recevoir pour atteindre l’immunité collective ?” Si le gouvernement avait tout d’abord parlé d’une dose de vaccin avec rappel, aujourd’hui les autorités de santé préconisent trois doses de vaccins alors que la quatrième dose pèse comme une épée de Damoclès sur la tête des citoyens français. “Je fais partie des personnes qui ont séjourné à l’hôpital pour cause de Covid. J’ai suivi les recommandations et je suis triplement vacciné. J’ai conseillé à tous mes proches de se faire vacciner. Je suis loin d’être un antivax”, se défend Mansour Kamardine.

En outre, ce qui semble avoir poussé le ministre de la Santé, Olivier Véran, à balayer d’un revers de main l’interrogation de l’élu réside dans la deuxième partie de son intervention : “Combien de doses doit recevoir chaque Français au profit du bilan de Pfizer ?” Des propos qui ont laissé sans voix le représentant du gouvernement.

Une épidémie sans fin ?

Alors que le pays des droits de l’Homme a atteint 90% de couverture vaccinale, Mansour Kamardine souligne des mesures liberticides qui suivent la courbe des cas contacts. “Ce que je dénonce pour l’heure c’est le mensonge du gouvernement. Il nous ment depuis deux ans. Tout d’abord, le masque n’était pas nécessaire puis obligatoire, l’obligation vaccinale ne devait pas être mise en place en France, puis elle arrive aujourd’hui sur la table…” Un cercle vicieux de restrictions qui ne semble pas prêt de s’arrêter. Au sein de sa circonscription, le député souhaite offrir aux habitants des conditions de vie dignes. « À Mayotte, il y a la question de l’eau, mais aussi la problématique de l’hygiène qui pose de gros problèmes sanitaires. Mais cela l’État français ne semble pas s’en soucier. Pour lui, la seule question qui vaille actuellement est comment faire pour emmerder les Français”. Une direction que le député ne semble pas enclin à suivre et affirme vouloir continuer à agir dans l’intérêt des électeurs.

Avis Facebook pour l’UE!
Vous devez vous connecter pour afficher et publier des commentaires FB!

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

« On ne pouvait plus laisser pourrir les livres »

Les propriétaires d’une maison de la rue Pasky à Mamoudzou veulent récupérer leur rez-de-chaussée, abandonné depuis trois ans par l’association des parents d’élèves du...

Au gymnase de Cavani, 20% des 250 tests quotidiens sont positifs

Si la légère baisse des indicateurs épidémiologiques entre le 5 et le 11 janvier laisse présager une circulation moins active du virus, la course...

À Koungou, un week-end de violences qui laisse des traces

Parties d’une simple embrouille entre jeunes de Koungou, les violences de samedi, dimanche et lundi matin ont laissé place à un climat pesant sur...

Yann Le Bris, procureur de la République : « Une problématique générale d’ordre public »

Si les investigations se poursuivent dans l’espoir d’interpeller les fauteurs de trouble à l’origine du week-end agité sur Koungou et Majicavo, le procureur de...

Plus de 30 millions d’euros pour construire la cité administrative régionale

Commandé sous l'ancienne mandature, le projet de cité administrative régionale sur le site du conseil départemental est bel et bien sur les rails. Les...