test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Opération Wuambushu : les Comores acceptent uniquement les expulsés volontaires

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

La compagnie Maria Galanta a annoncé un retour de sa liaison entre Mayotte et les Comores, à partir de ce mercredi 17 mai. De son côté, le gouvernement comorien assure qu’il a accepté la réouverture de la ligne maritime pour ne pas pénaliser les ressortissants bloqués de deux côtés. Il affirme toutefois que les personnes expulsées faisant l’objet d’une condamnation judicaire ne seront pas à bord.  

Silencieux depuis les dernières rencontres de Paris, le gouvernement comorien s’est enfin exprimé, ce lundi. Dans une conférence de presse tenue au ministère des Affaires étrangères, deux des ministères présents à la place Beauvau, la semaine dernière, sont revenus sur les discussions qu’ils ont eues avec Gérald Darmanin et Catherine Colonna, la cheffe de la diplomatie française. Au sujet de la reprise des liaisons maritimes entre Mayotte et Anjouan, les conférenciers ont dévoilé les conditions qui accompagneront cette réouverture prévue ce mercredi, selon la SGTM.

A en croire, Houmed Msaidie, le porte-parole du gouvernement, à aucun moment, des délinquants visés par l’opération Wuambushu ne seront autorisés à rentrer sur le territoire. « Nous nous sommes mis d’accord qu’une fois qu’elle aura interpellé ceux qui sèment la terreur, la France les jugera sur place. Mais ils ne seront pas renvoyés chez nous. Néanmoins, les Comoriens qui souhaiteront rentrer de leur propre gré, c’est-à-dire les départs volontaires, eux, peuvent venir », a clarifié le ministre de l’Agriculture qui faisait partie de la délégation qui s’est rendue à Paris le 9 mai dernier. A la question de savoir comment va-t-on distinguer un départ volontaire d’un expulsé, Moroni indique que toutes les modalités liées à ce sujet vont être définies en avec les autorités françaises installées à Mayotte avant d’ajouter : « Nous n’étions pas allés là-bas pour récupérer Mayotte ? Loin s’en faut. Notre voyage à Paris répondait à deux objectifs. D’abord, faire comprendre aux Français, gestionnaires de l’île qu’ils sont responsables de l’insécurité y régnant. Ensuite, poursuivre le dialogue afin de sortir de cette crise ».

Gérald Darmanin voulait se rendre à Moroni

Le porte-parole du gouvernement d’Azali Assoumani révèle dans la foulée que ce sont les autorités françaises qui ont sollicité ces entrevues. On dit aussi que le ministre de l’Intérieur français, Gérald Darmanin, était prêt à venir à Moroni avant d’annuler le déplacement à la dernière minute. Pour sa part, le délégué à la Défense, Youssoufa Mohamed Ali, a tenu à préciser que cette réouverture des liaisons maritimes ne signifie pas pour autant que les contrôles seront abandonnés. « Nos services examineront le bateau avec attention », a-t-il prévenu. Il a par ailleurs souligné que pour un début, un seul bateau effectuera les rotations. Lui et ses collègues ont expliqué avoir accepté la reprise pour ne pas condamner les ressortissants bloqués des deux côtés. « Il y a ceux qui résident en France mais qui préfèrent transiter par Mayotte avant de regagner les autres îles par bateau. C’est aussi par voie maritime que les marchandises et les médicaments arrivent au pays. Nous ne pouvons pas ignorer ces aspects », s’est justifié Youssoufa Mohamed Ali.

Par rapport à la batterie de critères que doivent remplir tous les passagers en provenance de Mayotte, aucune information n’a été communiquée non plus. Alors que le directeur général de la société comorienne des ports (Scp), Mohamed Saïd Salim Dahalani, était présent ce lundi au ministère des Affaires étrangères. Le flou entoure également l’arrêté signé le 29 avril par le gouverneur de l’île d’Anjouan, Anissi Chamsidine, qui a interdit l’arrivée d’expulsés via l’aéroport.

Ce dernier mène campagne et multiplie des réunions de sensibilisation contre Wuambushu. Mais vendredi, il a été lui-même empêché d’entrer au port de Mutsamudu. Preuve que l’État comorien veut désormais régler les affaires sans lui.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1093

Le journal des jeunes

À la Une

Théophane « Guito » Narayanin ne sera pas candidat aux élections législatives

Battu par Estelle Youssouffa en 2022, au second tour des élections législatives, Théophane « Guito » Narayanin a indiqué par un communiqué, ce vendredi,...

Le Rassemblement national sera défendu par Anchya Bamana

Anchya Bamana est investie officiellement candidate Rassemblement national pour les élections législatives du 30 juin et 7 juillet dans la deuxième circonscription de Mayotte....

Élection au Medef : L’assemblée générale de ce vendredi ajournée par la justice

Saisi par Nizar Assani Hanaffi via un référé, le tribunal judiciaire de Mamoudzou annule ce jeudi les décisions prises par le conseil d’administration du...

Sania Toumani, la petite fée du Magic de Passamaïnty

A 22 ans, la jeune sportive Sania Toumani est immanquablement l’une des meilleures joueuses de basket-ball de Mayotte. Son club, le Magic basket de...

Le double projet de loi Mayotte au point mort

Propositions, discussions, tractations, et au final abandon ?  Le double projet de loi Mayotte est de nouveau mis au placard par les ministres du gouvernement...