100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Publicités

Marseillaise, tourisme palestinien et caméléon… L’autre visite de Sébastien Lecornu et Gérald Darmanin

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Tout au long du week-end, la rédaction de Flash Infos a pisté tant bien que mal les ministres des Outre-mer et de l’Intérieur, Sébastien Lecornu et Gérald Darmanin, lors d’une visite très protocolaire… qui a toutefois offert son lot d’anecdotes salvatrices. Florilège.

Plus d’un an qu’aucun ministre n’avait posé les pieds dans le 101ème département. La dernière visite d’envergure remontait en effet à mai 2020, époque à laquelle Annick Girardin avait débarqué à la surprise générale pour surtout atténuer les tensions et les crispations entre l’agence régionale de santé et la préfecture. Depuis, pas grand chose à se mettre sous la dent, à l’exception d’Adrien Taquet, secrétaire d’État en charge de l’enfance et des familles, en octobre dernier… Avec la venue du duo Sébastien Lecornu et Gérald Darmanin, l’heure des retrouvailles protocolaires a de nouveau sonné. Avec son lot d’anecdotes croustillantes.

La Marseillaise en shimaoré : « peace of cake »

visite-ministerielle-darmanin-lecornu

En amont de la visite de l’hôtel de police municipale de Tsararano, Sébastien Lecornu et Gérald Darmanin ont pu savourer une Marseillaise du genre plutôt pittoresque. Face à eux, trente enfants âgés de 6 à 12 ans entonnent l’hymne national en shimaoré, sous les ordres de l’animateur communal, Oussene Attoumani. Une deuxième prestation publique après celle réalisée lors des festivités du 14 juillet. « Quand ils ont su qu’ils chantaient devant les ministres, ils étaient tout excités ! » Même pas le trac ! Selon ce chef d’orchestre, c’était « peace of cake ».

« Est-ce que nous avons les mêmes doléances ? »

visite-ministerielle-darmanin-lecornu

Le maire de Dembéni, Saïdi Moudjibou, n’hésite jamais à sortir le bleu de chauffe lorsqu’il s’agit de défendre les intérêts de sa commune. Pour preuve, il a remis en mains propres une enveloppe nominative, contenant un certain nombre de revendications, aux membres du gouvernement. « Est-ce que nous avons les mêmes doléances ? », s’amuse le ministre des Outre-mer. Après y avoir jeté un regard furtif, les deux hommes politiques rangent délicatement le précieux sésame à l’intérieur de leur veston respectif.

« Il avait envie de visiter l’île ? »

visite-ministerielle-lecornu-darmanin

En avril dernier, un Palestinien s’était introduit dans la cour du commissariat de Mamoudzou, muni d’un pic à brochette, avant d’être maîtrisé par plusieurs agents en service. Deux d’entre eux ont été mis à l’honneur lors du déplacement du ministre de l’Intérieur. Un épisode qui a donné lieu à une discussion loufoque entre Gérald Darmanin et Laurent Simonin, le directeur territorial de la police nationale : « Comment il est arrivé ici ? » ; « Par la porte là ! » ; « Non, sur le territoire ? » ; « Par avion, il avait un visa ! » ; « Ahhh, il avait envie de visiter l’île ? »

Piano piano sur le champignon

Y a pas à dire, la délégation parisienne s’est déplacée en masse. Avec pas moins de 11 véhicules mobilisés, le dispositif pouvait difficilement passer inaperçu lors du trajet entre Tsararano et Mamoudzou samedi en fin d’après-midi pour rejoindre le commissariat de la ville chef-lieu. Pour ne pas faire perdre une minute au cortège, chaque intersection est bloquée par les forces de l’ordre. Et gare aux deux roues qui tentent un dépassement ! Car oui, en queue de peloton, le service de sécurité fait signe aux motards de rester bien au chaud derrière la voiture balai. Un ordre relayé à plusieurs reprises – avec plus ou moins de succès – par un scootériste qui prend un malin plaisir à imiter les faits et gestes du chauffeur cagoulé devant lui.

Ah, la grande famille républicaine !

visite-ministerielle-lecornu-darmanin

Attention, moment de complicité à droite ! Après la diffusion d’un spot sur la formation dispensée au RSMA, Sébastien Lecornu et Mansour Kamardine s’échangent des petits mots doux. « Moi aussi je vais vous former Monsieur le député. Vous former à être dans la majorité, pour réformer ! Je prendrai Monsieur le Maire aussi [Mohamed Bacar, maire de Tsingoni et président Les Républicains à Mayotte]. » S’il y avait encore des doutes sur la stratégie à mettre « en marche » d’ici à 2022…

« Continuez à faire semblant de recruter quelqu’un qui est déjà engagé »

visite-ministerielle-lecornu-darmanin

C’est pas tous les matins qu’on reçoit du beau monde, alors au RSMA, les militaires ont bien veillé à mettre les petits plats dans les grands. Façon jeu de piste dans l’enceinte du régiment, Sébastien Lecornu a été invité à suivre les étapes de la formation, du jour J du recrutement, au D-Day de l’embauche. Et, sûrement triés sur le volet, les volontaires disciplinés ont vraiment joué le jeu pour les beaux yeux de leur ministre. « Ce sont vraiment des personnes qui souhaitent s’engager ? », s’enquiert-il auprès du lieutenant-colonel devant le faux stand de recrutement. Rires gênés. « Ah bon… bah continuez à faire semblant de recruter quelqu’un qui est déjà engagé alors ! » À quand la formation théâtre ?

« Il croit qu’on ne le voit pas. C’est raté… »

visite-ministerielle-lecornu-darmanin

Pause cuteness en plein RSMA. Le cortège pile. Là, juste là, un petit caméléon tout vert fluo traverse péniblement le trottoir devant les souliers cirés du ministre. « Oh c’est quoi ça ? » Les flashs crépitent et la pauvre bête tente tant bien que mal d’échapper à cette célébrité soudaine. « Il croit qu’on ne le voit pas, c’est raté », glisse un Sébastien Lecornu, conquis. Quand on vous disait qu’ils savaient y faire, ces militaires !

« C’est la réputation que j’ai »

Alors que Sébastien Lecornu et Gérald Darmanin s’apprêtent à aller ripailler gentiment avec les grands patrons, une fan passe par là. A Tourcoing ou ailleurs, cette réserviste a déjà rencontré le ministre de l’Intérieur. « S’il-vous-plaît, ce serait possible de prendre une photo avec vous ? », demande-t-elle, sans un regard pour Lecornu, qui aimerait bien parler vaccins. « Merci, c’est super sympa. » Darmanin sourit. « C’est la réputation que j’ai. »

Quand la police cache la poussière sous le tapis

visite-ministerielle-lecornu-darmanin

Difficile d’accès, une casse des Hauts-Vallons abrite depuis une dizaine de jours une quinzaine de véhicules « hors d’usage » de la police nationale. « Les Dusters, ils roulent », assure le gérant, pas spécialement ravi de nous voir fouiner de bon matin. « Je vais me faire tirer les oreilles si je cause. » Le problème : peu de monde semble au courant de ce grand ménage de printemps. Selon nos informations, le déménagement viserait en réalité à laisser la place à la brigade canine. Pourtant, on nous glisse aussi dans l’oreille que l’intégralité du parc automobile retournera bientôt à l’envoyeur. Qui croire ? Hasard du calendrier ou pas, reste qu’une photo officielle du premier flic de France devant une carlingue cabosssée, ça fait un peu tâche.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°970

Le journal des jeunes

À la Une

Le retour des gilets jaunes dans le quartier de la Convalescence à Mamoudzou

Ce sont des femmes et des hommes exténués par la montée de la délinquance qui se sont réunis ce dimanche matin à la Convalescence....

22 projets pour 3 lauréats lors du 1er start-up week-end à Mayotte

Du 14 au 16 octobre avait lieu la deuxième édition du concours d’innovation de l’agence de développement et d'innovation de Mayotte (ADIM) ainsi que...

Constructions scolaires dans le 1er degré : cinq experts pour enclencher la remontada

Ce vendredi 15 octobre, la préfecture, le rectorat, l'association des maires et l'agence française de développement ont paraphé une convention quadripartite portant sur l'accompagnement...

Hommage à Samuel Paty : à Mayotte, une violence d’un autre type

Pour honorer la mémoire du professeur d’Histoire-Géographie tué le 16 octobre 2020 après avoir montré des caricatures de Charlie Hebdo pendant un cours, les...

Le directeur général de LADOM en visite au RSMA pour la formation et l’emploi des jeunes de Mayotte

L’agence de l’Outre-mer pour la mobilité et le Service militaire adapté ont renouvelé un protocole d’accord le 14 septembre dernier. Pour l’occasion, le directeur...