test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Loi Immigration : une version très à droite adoptée par le Parlement

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Le projet de loi Immigration et Intégration a été définitivement adopté, mardi soir, à la fois par le Sénat et l’Assemblée nationale. Le texte négocié avec Les Républicains a finalement été approuvé aussi par le Rassemblement national, provoquant un malaise dans le camp présidentiel.

« Le texte immigration est voté définitivement. Un long combat pour mieux intégrer les étrangers et expulser ceux qui commettent des actes de délinquance. Un texte fort et ferme. Sans les voix des députés RN », a réagi Gérald Darmanin, dans la soirée de mardi. Le ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, qui défendait depuis des mois le projet de loi Immigration et Intégration, s’est un peu arrangé avec la vérité. Sur les 349 voix favorables à l’Assemblée nationale (186 contre), 88 ont été apportées par les députés du Rassemblement national, alors que le parti présidentiel, Renaissance, espérait qu’une alliance avec Les Républicains soit suffisante. Las, le centre droit s’est avéré divisé sur la question, tandis que les députés mahorais Estelle Youssouffa (Liot) et Mansour Kamardine (LR) ont choisi de voter pour. Le texte, qui vise à durcir les conditions de régularisation et faciliter les expulsions, a connu plusieurs rebondissements ces dernières semaines.

Une version proche du Sénat

En effet, la motion de rejet de l’Assemblée nationale, le 12 décembre, avait poussé le gouvernement vers une autre alternative, le passage en commission mixte paritaire (avec sept sénateurs et sept députés). Cette dernière, reprenant le texte approuvé au Sénat en novembre, s’est réunie ces lundi et mardi. Le point le plus compliqué à négocier portait sur l’accès aux APL (aides personnalisées au logement). Le camp Les Républicains désirait qu’il soit conditionné à cinq ans de présence sur le territoire pour les étrangers qui ne travaillent pas, et à trente mois pour ceux qui travaillent. La Première ministre Élisabeth Borne et le parti Renaissance ont accepté la mesure en raccourcissant le délai à trois mois pour ceux occupant un emploi.

Pour le reste, un niveau de français minimal exigé pour les demandes de régularisation, la mesure de régularisation pour les travailleurs sans papiers dans les métiers en tension, le durcissement du regroupement familial, l’interdiction de placer des mineurs dans les centres de rétention administrative, le rétablissement du délit de séjour irrégulier ou la déchéance de nationalité pour les binationaux qui se seront rendus coupables d’un meurtre sur des personnes détentrices de l’autorité publique ont été acceptés à la fois par les parlementaires Renaissance, LR, mais également du Rassemblement national, devenu allié un peu gênant du gouvernement sur ce coup-là. Des ministres, Aurélien Rousseau à la Santé, ont d’ailleurs posé leurs démissions.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1093

Le journal des jeunes

À la Une

Crise de l’eau : la non-conformité est levée pour Passamaïnty et Bouyouni ce mardi soir

Les contrôles sanitaires sur les unités de distribution d’eau potable de Bouyouni-est et Passamaïnty avaient conclu à une non-conformité de l’eau, il y a...

Élections législatives : Une bataille plus rude au sud avec huit candidats contre quatre au nord

Ils sont finalement douze à s’être inscrits auprès de la préfecture de Mayotte, la semaine dernière, pour se présenter devant les électeurs mahorais, les...

L’art donne vie au futur lycée de Longoni

Prévus jusqu’en 2025, les travaux du futur lycée des métiers du bâtiment de Longoni avancent. Pour marquer le coup, le chantier a ouvert, ce...

Des employeurs prêts à « casser les stéréotypes » sur le handicap

Alors que les entreprises de plus de vingt salariés doivent compter 6 % de travailleurs handicapés, à Mayotte, ce taux est de 0,7 %....

Kawéni 2 remporte “Questions pour une école championne”

Commencée en février, la compétition « Questions pour une école championne » s’est achevée mercredi dernier, avec la victoire d’une des équipes du collège Kawéni 2....