100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

La ville de Mamoudzou devient jumelle de Mutsamudu et Tsidjé

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

La coopération régionale décentralisée progresse avec la conclusion par la ville de Mamoudzou, en fin de semaine dernière, de deux accords de jumelage, l’un avec la capitale de l’île d’Anjouan, Mutsamudu, l’autre avec la ville de Tsidjé, en Grande-Comore.

« C’est une grande première qui doit nous amener à collaborer entre nos institutions, partager nos visions et nos démarches pour le bien de nos populations. La convention que nous avons signée a une portée générale. Elle va nous permettre de développer des actions de coopération et de co-développement dans des domaines variés entre nos deux villes », a estimé Magoma Hamidani, adjoint au maire de Mamoudzou, lors de la signature, vendredi 22 juillet, de la convention de jumelage entre la ville de Mamoudzou et celle de Mutsamudu, à Anjouan. L’accord de jumelage porte en effet sur le développement durable (eau, assainissement, gestion des déchets, protection de la biodiversité, amélioration du cadre de vie), les échanges scolaires, culturels, artistiques, sportifs et économiques, les politiques de gestion communale et de gouvernance, la formation du personnel communal, l’aménagement du territoire communal, l’encadrement de la jeunesse, l’implantation des entreprises.

« La coopération régionale est au cœur de notre plan de mandature », a précisé l’édile de la collectivité française de Mayotte devant ses homologues anjouanais. « Faire de Mamoudzou une “ville-monde” prend tout son sens lorsque nous valorisons nos acteurs culturels et sportifs au-delà de nos frontières, lorsque nous nous enrichissons de l’expérience de nos homologues étrangers, ou encore lorsque nous ouvrons de nouvelles perspectives éducatives et professionnelles à notre population. »

« Le jumelage entre nos deux communes nous ouvre d’immenses opportunités »

« Cette convention va graver dans le marbre notre volonté partagée d’une coopération mutuelle, fraternelle, positive et concrète en faveur de nos deux collectivités territoriales et pour le bien de nos populations”, a déclaré, lors de cette cérémonie, le maire de Mutsamudu, Zarouki Bouchrane. Il précise : « Le jumelage entre nos deux communes nous ouvre d’immenses opportunités ». « Nous sommes convenus avec la mairie de Mamoudzou de nous concentrer sur l’un des grands chantiers prioritaires, celui de la gestion des déchets. Non seulement parce qu’il est essentiel pour la protection de l’environnement, mais parce que la propreté et l’assainissement de nos villes sont des facteurs essentiels pour l’amélioration du cadre de vie, le bien-être de la population et le développement économique de nos territoires », a ajouté le maire de la capitale de l’île d’Anjouan.

La veille, l’adjoint au maire de Mamoudzou, accompagné de Claude Rakoto, conseillère municipale déléguée à la coopération régionale, à l’action décentralisée et aux jumelages et d’une délégation de la municipalité mahoraise, avait signé un premier accord de jumelage, cette fois en Grande-Comore, avec la ville de Tsidjé, en présence du député d’Itsandra à l’Assemblée nationale comorienne et du chef d’Etat-major de l’armée nationale de développement des Comores.

La coopération se fait aussi dans le domaine de la santé

36 sages-femmes comoriennes sont actuellement formées aux techniques de réanimation néo-natale par des professionnels de santé de Mayotte, dans le cadre de la coopération régionale. Une action menée sous les auspices de l’ambassade de France aux Comores avec le soutien de l’Agence française de développement (AFD) et de France Expertise.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1007

Le journal des jeunes

chab-journal-des-jeunes-5

À la Une

Des émeutes ont éclaté à Kawéni, ce mercredi

Des barrages enflammés ont compliqué le passage des véhicules par Kawéni, ce mercredi. En fin de matinée, une opération de la police aux frontières...

Inscription du « mawlida shenge » au patrimoine culturel immatériel, « une chance énorme »

Le 27 juin dernier, la direction générale des patrimoines et de l’architecture du ministère de la Culture a inscrit le « mawlida shenge » (une pratique...

L’intercommunalité de Petite-Terre incendiée, mercredi matin

Trois préfabriqués sont partis en fumée, tôt ce mercredi matin, sur le site principal de la communauté de communes de Petite-Terre. Situés près du...

Chiconi FM-TV arrive sur la TNT

Après neuf ans d’existence, l’association Chiconi FM monte d’un cran avec la création d’une chaîne de télévision émise sur la TNT. Elle se veut...

Des réfugiés campent sur la place publique à Mamoudzou pour montrer leur souffrance

Depuis le samedi 13 août, des réfugiés d’origine africaine campent sur la place Zakia Madi à Mamoudzou. Des hommes et des femmes accompagnés de...