100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

« Il faut sauver le 101e département ! » : plus de 4 000 signataires en 24 heures

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

La journaliste Estelle Youssouffa a lancé une pétition mardi matin adressée au président de la République, pour « dénoncer les tractations opaques » en cours selon elle avec l’Union des Comores en vue d’une Communauté d’archipel. Avec plus de 4 000 signataires en 24 heures, le texte a rencontré un franc succès.

« L’idée est simple : c’est de faire passer un message public à Paris et auprès de nos élus pour qu’ils comprennent qu’il y a des lignes rouges et que la question de Mayotte française n’est pas négociable (…) Elle ne sera jamais sous une co-souveraineté comorienne. Le souhait de la population est de mettre un terme aux négociations qui se passent en coulisse » entre l’Union des Comores et la France, livre Estelle Youssouffa, 39 ans. Cette journaliste mahoraise et consultante en affaires internationales est à l’origine de la pétition publiée mardi matin sur la plateforme change.org, intitulée « Il faut sauver le 101e département ! » Le texte, adressé au président de la République, avait recueilli 4 264 signatures ce mercredi, à 10 h 30.

« Je ne pensais pas que ça irait aussi vite mais j’espérais et me doutais de cette mobilisation. Je pense que ça n’est qu’un début. J’espère qu’on sera très nombreux le 10 mai pour une manifestation à Mamoudzou pour nous faire entendre. » Cette dernière est soutenue par le collectif et l’intersyndicale à l’origine du mouvement social contre l’insécurité.

« Le projet fumeux de hauts diplomates »

La pétition vise à « expliquer la situation, dénoncer ces tractations opaques qui nous concernent au premier chef », en vue, selon l’auteure, d’une Communauté d’archipel. « On a oublié la volonté populaire. Ce n’est pas une question partisane. C’est quelque chose qui mobilise toute l’île. On est au-delà des questions villageoises, des rivalités. Cette question est fondamentale. Il faut mettre un terme absolument tout de suite à ces tractations. Ce n’est pas possible que ce projet continue à cheminer. »

Et d’ajouter : « Ce que j’avance, c’est vérifié. J’ai discuté avec des personnes au plus haut niveau à Paris, des sources fiables. Ce n’est pas de la rumeur […] Ce qu’on veut, c’est que ce projet [de Communauté d’archipel] soit tué dans l’œuf par la volonté populaire. On vit avec depuis 2013. Il est très avancé. Quand on parle aux Mahorais de coopération régionale, c’est pour avancer afin de créer cette Communauté d’archipel. On ne peut pas avoir comme ça la situation qui se détériore avec l’avenir de Mayotte qui est hypothéqué avec le projet fumeux de hauts diplomates. »

Interrogé par le député Mansour Kamardine à l’Assemblée nationale lors des questions au gouvernement sur « cette vieille idée de Communauté d’archipel des Comores », le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian avait indiqué le 3 avril dernier : « Nous ne transigerons jamais sur la souveraineté de la France sur le département de Mayotte ».

Dans sa pétition, reproduite intégralement dans le Flash infos du jour, Estelle Youssouffa dénonce des « marchandages » et prévient : « Nous n’accepterons jamais de coopérer avec les Comores : cet État corrompu, disloqué, l’un des plus instables du monde, est régi par un système de castes féodales qui veut nous réduire, nous Mahorais, en esclavage (…) Ces extrémistes menacent notre pratique traditionnelle de l’islam : tolérant, humaniste, pacifiste et féministe puisque l’un des nombreux particularismes de Mayotte réside dans son matriarcat (…) Nous demandons l’abandon pur et simple de la Feuille de route, l’abrogation des Accords d’amitié et de coopération entre la France et les Comores signés en 2013 (…) Les Comores exercent un odieux chantage sur la France en utilisant la misère et la forte natalité de ses citoyens pour conquérir Mayotte par le nombre et extorquer plus d’aide financière tout en réclamant désormais 650 euros par tête pour leur retour. Car, sous couvert de migration économique, c’est un projet politique de conquête de Mayotte qui est en fait à l’œuvre (…) La migration comorienne dans le département de Mayotte [est] un acte de conquête et de guerre qui ne dit pas son nom : la France est menacée. »

 

Pour signer la pétition : https://www.change.org/p/emmanuel-macron-il-faut-sauver-le-101e-departement-de-mayotte

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1021

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

François Braun : « il faut donner les moyens aux professionnels de travailler »

Le ministre de la Santé et de la Prévention a visité le centre hospitalier de Mayotte, ce mardi 29 novembre. L’occasion de confirmer la...

Le Conservatoire du littoral entame « un plan de reconquête du littoral »

Ce mardi 29 novembre, dans les locaux la communauté de communes de Petite-terre, l’antenne de Mayotte du Conservatoire du littoral a réuni gestionnaires, institutions...

Faux en écriture au port de Longoni : le procès en diffamation dans l’impasse

Les dissensions entre les acteurs du port sont connues et débouchent ces derniers temps sur des actions en justice. Ce mardi 29 novembre, le...

Coopération économique : et si Mayotte se positionnait en leader régional ?

En réponse aux événements violents de ces derniers jours, Alain Kamal Martial prône la mobilisation d’hommes et de femmes sérieux pour relancer l’économie et...

Air Austral change de terminal à Roissy

Les travaux à l’aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle ne sont pas sans conséquences pour les compagnies y travaillant. La Réunionnaise Air Austral, par exemple, rejoint le...