L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Des élus suspectés de prise illégale d’intérêts

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Le tribunal correctionnel de Mamoudzou devait se pencher, mercredi matin, sur des soupçons de prise illégale d’intérêts, « pantouflage » et abus de biens sociaux. L’affaire mêle MCG (le délégataire de service public du port de Longoni) et trois élus du Conseil départemental, dont deux toujours en fonction. L’audience a été renvoyée au 3 octobre.

C’est un dossier épais, composé d’un millier de pages, qui devait être étudié mercredi matin par le tribunal de Mamoudzou. Quatre prévenus devaient comparaître en audience correctionnelle : trois élus du Conseil départemental, dont deux toujours en fonction et la présidente de MCG, le délégataire de service public du port de Longoni. La défense, qui n’avait pas eu le temps de prendre connaissance de l’ensemble des pièces, a obtenu le renvoi du procès au 3 octobre prochain.

Dans cette affaire, Issoufi Ahamada, deuxième vice-président du Département et la conseillère départementale Soihirat El Hadad sont poursuivis pour « prise illégale d’intérêts par un élu public dans une affaire dont il assure l’administration ou la surveillance ». Le délit suspecté s’étalerait du 29 avril 2015 au 31 janvier 2018 pour Issoufi Ahamada et du 29 décembre 2015 au 31 janvier 2018 pour Soihirat El Hadad. L’ancien vice-président de cette même collectivité, Jacques-Martial Henry, est quant à lui suspecté, entre le 20 avril 2016 et le 31 janvier 2018, de « prise de participation par fonctionnaire ou agent d’administration publique dans une entreprise avec laquelle il contractait dans le cadre de ses fonctions ».

Présumés innocents

En l’espèce, le parquet reproche aux deux élus encore en fonction d’avoir occupé des postes à responsabilité au sein de MCG alors même qu’ils ont eu au Conseil départemental à encadrer cette délégation de service public (DSP). Pour le procureur de la République, Camille Miansoni, la prise illégale d’intérêts semble caractérisée. « C’est le fait d’avoir eu un intérêt dans une activité, dans une opération, pour laquelle on a eu en tant qu’élu ou agent public une fonction de surveillance, d’administration ou de gestion », précise-t-il.

Le cas de Jacques-Martial Henry, qui a été embauché par MCG après avoir quitté ses fonctions d’élu au sein du Conseil départemental est différent. Il n’aurait pas respecté le délai légal avant d’être recruté par le délégataire de service public. « On ne peut pas travailler pour l’entreprise dont a assuré la surveillance pendant un délai de trois ans », estime le parquet. « C’est la même démarche intellectuelle, la même finalité » que la prise illégale d’intérêts, affirme encore le ministère public, qui évoque un délit de « pantouflage ».

« Je suis poursuivi sur la base [d’un article] qui vise uniquement les personnes exerçant une fonction exécutive locale. Lorsque la DSP était signée, [cet article du code pénal] ne concernait pas les élus, uniquement les fonctionnaires et les contractuels de la fonction publique », se défend Jacques-Martial Henry. « La loi en vigueur aujourd’hui est postérieure à la signature de la DSP » mais antérieure à la signature de son contrat avec MCG. « Elle vise entre autres les personnes exerçant une fonction exécutive locale. Le code général des collectivités locales précise clairement que le président du Conseil départemental est l’organe exécutif de la collectivité. En tant que deuxième vice-président délégué à la commission thématique sur les affaires de santé et du social, je n’étais pas un exécutif local. D’autant plus que je n’avais aucune délégation de signature (…) Si j’avais eu un intérêt à MCG à l’époque où la DSP était votée, j’aurais été poursuivi sur la base » d’un autre article, poursuit celui qui a voté l’attribution de la délégation de service public du port de Longoni à MCG et qui affirme que cette dernière « n’est pas remise en cause ».

Maître Ahmed Idriss, avocat d’Issoufi Ahamada, indique de son côté que son client était « salarié de la Chambre de commerce et d’industrie qui exploitait le port avant. Lorsque MCG a bénéficié de la DSP, il n’y a eu qu’un transfert légal de contrat. Il n’a pas été recruté en 2015. »

La présidente de MCG, Ida Nel, est de son côté poursuivie pour complicité de prise illégale d’intérêts et pour abus de biens sociaux. « Quand un dirigeant d’entreprise commet un acte sanctionnable pénalement, cet acte porte nécessairement atteinte aux intérêts de la société. Il y a des salaires qui ont été payés de manière illicite », justifie le procureur de la République.

Les prévenus sont présumés innocents. Si le siège venait à reconnaître des prévenus coupables de prise illégale d’intérêts, ils encourraient jusqu’à cinq ans de prison et 500 000 euros d’amende. Le délit de « pantouflage » peut quant à lui se traduire par au maximum trois ans de prison et 200 000 euros d’amende.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1077

Le journal des jeunes

À la Une

Barrages : « Tout ce travail risque de se retourner contre nous »

Ce jeudi, plusieurs représentants des Forces vives, dont Safina Soula, ont tenu une conférence de presse à Mamoudzou pour demander à leurs confrères de...

Barrages : Des élus restés sur leur faim de leur déplacement à Paris

Le déplacement en début de semaine d’une poignée d’élus mahorais n’a pas permis d’en savoir davantage sur les engagements pris récemment par le gouvernement...

Un couvre-feu à Tsingoni après les incendies criminels

Les derniers affrontements entre des bandes de Miréréni et de Combani ont entraîné de lourds dégâts matériels dans le quartier Mogoni. La municipalité de...

Crise de l’eau : Un nouveau décret pour les aides « dans les tuyaux »

L’aide exceptionnelle de l’État à destination des entreprises les plus affectées par la crise de l’eau est prolongée jusqu’au 29 février. Elle pourrait inclure...

« Elle n’a jamais accepté que son seul fils épouse une Mahoraise »

Le matin du 3 juin 2016, à Labattoir, une dame de 60 ans a porté trois coups de machette à la tête d’une septuagénaire....