test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

« Il faut montrer qu’on est capable de produire de l’excellence à Mayotte »

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Rassemblés pour un colloque, le maire de la commune Ambdilwahedou Soumaïla et le recteur Jacques Mikulovic ont exposé aux enseignants et familles présentes les grandes lignes de cette politique de l’excellence. Ils intervenaient ainsi lors de la première journée du forum de l’excellence, à l’hôtel de ville de Mamoudzou, le vendredi 9 juin.

« L’excellence doit pénétrer chaque domaine et secteur de la vie de nos enfants. » C’est ce qu’affirme Ambdilwahedou Soumaïla, maire de Mamoudzou, lors de la séance protocolaire du forum de l’excellence « ForLexc ». Cet événement, organisé par la commune et le rectorat, a pour objectif d’expliquer aux Mahorais et Mahoraises l’importance de l’excellence sur l’île, notamment dans l’éducation. Pousser les élèves à donner le meilleur d’eux même et à atteindre l’excellence, telle est la solution proposée pour offrir à tous les jeunes de l’île un meilleur accès à la vie universitaire et professionnelle. Sur l’île, 43% des jeunes Mahorais sont en situation d’illettrisme, et plus de 80% des élèves sont en difficulté avec les savoirs fondamentaux (lire, dire, écrire, compter). « C’est énorme », s’exclame Jacques Mikulovic, recteur de Mayotte. « Nous devons absolument réagir face à cette situation. Le meilleur passeport vers la réussite, c’est l’accès à l’éducation» En s’attaquant au système éducatif et en créant des parcours d’excellence, la commune de Mamoudzou espère « rattraper son retard par rapport aux autres départements », explique Inayatie Kassim, adjointe au maire en charge de l’excellence éducative et des affaires scolaires à Mamoudzou.

L’excellence, c’est un défi pour Mayotte, tant pour les élèves, que pour les professeurs. Pour renforcer les savoirs fondamentaux, « il faut adapter les méthodes d’enseignement et la formation des enseignants à la singularité du territoire », estime le maire. Il faut aussi prendre en compte la réalité des conditions de vie et d’apprentissage des jeunes. « Combien d’élèves studieux et volontaires s’éclairent le soir à la bougie, au XIXème siècle, dans le 101ème département français ? » tonne-t-il. « Les élèves doivent bénéficier d’un environnement d’apprentissage de qualité, nous devons tout mettre en œuvre pour développer chez nos enfants, la culture de l’effort en dépit des difficultés matérielles et […] budgétaires ! », ajoute-t-il.  C’est parmi eux « que nous devons trouver les dirigeants de demain, les entrepreneurs, les médecins, les enseignants… »

Les parents, piliers de l’apprentissage

Dans l’apprentissage, les parents jouent un rôle central. Lors du colloque, les représentants des différentes institutions ont tenu à souligner l’importance de leur soutien et de leur aide dans la réussite scolaire. « Les familles doivent être au centre de l’éducation. C’est leur rôle d’échanger avec les collectivités et le rectorat », affirme Inayatie Kassim. « Il faut les associer à cette dynamique de l’excellence », poursuit le recteur. « Parce que la réussite d’une éducation, c’est forcément l’engagement de tous les acteurs : les parents, l’école, les collectivités, les associations. Il n’y a qu’en travaillant ensemble et en combinant nos forces qu’on atteindra les résultats. » Dès le lendemain, samedi, un « village des parents » était organisé au lycée des Lumières à Kaweni, pour réunir les familles et échanger sur la question.

L’excellence ne s’atteint pas en un jour. Les résultats de l’initiative de la ville et du rectorat ne seront pas immédiats, et le maire de Mamoudzou en est bien conscient. Il demeure toutefois positif et confiant : « Aux jeunes, je dis que l’excellence est une quête continue, un chemin ». Et sur le long chemin de l’excellence, plusieurs étapes sont déjà prévues : une soirée de « l’excellence féminine » le 21 juillet, ou encore « un mois de l’écriture » prévu en septembre prochain.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1093

Le journal des jeunes

À la Une

Élections législatives : Une bataille plus rude au sud avec huit candidats contre quatre au nord

Ils sont finalement douze à s’être inscrits auprès de la préfecture de Mayotte, la semaine dernière, pour se présenter devant les électeurs mahorais, les...

L’art donne vie au futur lycée de Longoni

Prévus jusqu’en 2025, les travaux du futur lycée des métiers du bâtiment de Longoni avancent. Pour marquer le coup, le chantier a ouvert, ce...

Des employeurs prêts à « casser les stéréotypes » sur le handicap

Alors que les entreprises de plus de vingt salariés doivent compter 6 % de travailleurs handicapés, à Mayotte, ce taux est de 0,7 %....

Kawéni 2 remporte “Questions pour une école championne”

Commencée en février, la compétition « Questions pour une école championne » s’est achevée mercredi dernier, avec la victoire d’une des équipes du collège Kawéni 2....

« Cette dissolution bouleverse la synchronisation des élections présidentielles et législatives »

Thomas M’Saïdié, maître de conférences HDR à l’« Université de Mayotte » (l’universitaire s’oppose au statut d’institut universitaire), revient sur la dissolution de l’Assemblée nationale effectuée...