test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

GIP L’Europe à Mayotte : Le directeur Ali Soula poussé vers la sortie

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

La question des fonds européens est sensible à Mayotte, la Commission européenne ayant décidé de suspendre les paiements depuis l’an dernier. Structure mise en place pour résoudre les problèmes, le GIP L’Europe à Mayotte se démène pour redresser la barre, mais ce sera sans doute sans son directeur dont le préfet de Mayotte ne veut plus*.

Le directeur du GIP L’Europe à Mayotte accuse le coup, mais ne souhaite pas s’exprimer. « Je veux juste qu’on arrête de salir mon nom », nous prévient-il. A la tête de cette structure composée à moitié d’agents du Département et pour l’autre des services préfectoraux, Ali Soula avait pour objectif d’éviter les manquements du territoire sur la gestion des fonds européens. Dévolue au secrétariat aux affaires régionales (Sgar), celle-ci s’est montrée insuffisante sur la programmation 2014-2020. L’enveloppe mahoraise a été très peu consommée et la Commission européenne a décidé de mettre fin aux paiements pour Mayotte en juillet 2022.

La création du GIP L’Europe à Mayotte et sa direction confiée à l’inspecteur des finances Ali Soula devait mettre fin à cela. Et les premiers résultats de la structure semblaient la conforter. « D’ici quelques mois, si tout va bien, les paiements pourront reprendre », notait avec optimisme Mario Gerhartl, DG Régio de la Commission européenne, il y a une douzaine de jours.

Sauf que voilà, la mission du directeur continuera sans doute sans lui. Le préfet de Mayotte, Thierry Suquet, l’a appelé pour lui signifier qu’il mettait « fin à sa disposition »*, estimant auprès des autres membres du comité de suivi « qu’il n’a plus confiance en lui ». Selon nos informations, il lui est reproché l’embauche d’un neveu avec un bon salaire à la clé. Cependant, en interne, le problème s’avère plus profond. Le secrétariat aux affaires générales reproche au directeur « son ingérence », nous a-t-on dit. Toutefois, le conseil d’administration du GIP, qui devait avoir lieu ce lundi et entériner le départ du directeur, n’a pas pu se tenir. Composant la moitié du CA, les quatre conseillers départementaux ont, en effet, refusé de siéger en soutien au directeur. Une action qui pourrait n’être qu’un coup d’épée dans l’eau, le préfet ayant maintenant la main pour évincer Ali Soula sans leur aval.

Femmes leaders et syndicats au créneau

Cette décision unilatérale fait déjà des remous. Les femmes leaders ont manifesté, ce mardi matin, devant les locaux de la préfecture, à Mamoudzou. « Est-ce qu’ils ont des preuves ? Ali Soula, c’est quelqu’un qui connaît son travail. (…) S’ils disent qu’il a vraiment détourné des fonds, qu’ils aillent au tribunal », a vitupéré Saandati Abdou, la présidente du collectif des femmes leaders, auprès de nos confrères de Mayotte la 1ère.

Au GIP Mayotte, les salariés ont pris fait et cause pour leur patron. La CFDT et la CGT ont écrit un droit de réponse, ce dimanche, après la publication d’un article remettant en cause le travail de la structure. « Il s’agit d’erreurs initialement présentes dans les dossiers instruits par le pôle affaires européennes du Sgar avant 2021, année de création du GIP », font-ils valoir.

Ils défendent leur bilan en 2022 avec 136 porteurs de projets accompagnés, 127 millions d’euros programmés et 31 millions réellement versés. Pire, ils dénoncent des relations plus que tendues avec le Sgar. « Aujourd’hui, les tensions et la pression que nous subissons de l’Autorité de Gestion ne sont plus tenables. Face à des agents qui refusent de travailler à Tsingoni, l’Autorité de Gestion répond à la direction du GIP, qui a dénoncé cela : « si tu contrains « untel » à venir travailler à Tsingoni, je dissous le GIP ». N’est-ce pas là un soutien flagrant à l’insubordination ? et que dire du favoritisme ! Nous dénonçons fortement ceci ».

Ils regrettent « un choix totalement arbitraire » dans le traitement des dossiers et des interventions dans leur gestion administrative « sans l’aval des responsables ni de la direction ». Concernant des dossiers Interreg pour 5,5 millions d’euros « que Mayotte risque de perdre », le GIP explique qu’ils ont été produits à temps, mais que « l’Autorité de gestion a donné l’ordre aux Finances publiques de ne pas les traiter ». « Le problème n’est pas le directeur du GIP, mais plutôt l’autorité de gestion qui répète les mêmes erreurs reprochées dans le passé », font remarquer les syndicats.

En tout cas, l’ambiance générale n’incite pas à la confiance. Ali Soula se dit prêt à partir, arguant « qu’il ne peut plus travailler avec [son] autorité de gestion ».

*Contactée, la préfecture de Mayotte n’a pu nous répondre, ce mardi soir.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1093

Le journal des jeunes

À la Une

Théophane « Guito » Narayanin ne sera pas candidat aux élections législatives

Battu par Estelle Youssouffa en 2022, au second tour des élections législatives, Théophane « Guito » Narayanin a indiqué par un communiqué, ce vendredi,...

Le Rassemblement national sera défendu par Anchya Bamana

Anchya Bamana est investie officiellement candidate Rassemblement national pour les élections législatives du 30 juin et 7 juillet dans la deuxième circonscription de Mayotte....

Élection au Medef : L’assemblée générale de ce vendredi ajournée par la justice

Saisi par Nizar Assani Hanaffi via un référé, le tribunal judiciaire de Mamoudzou annule ce jeudi les décisions prises par le conseil d’administration du...

Sania Toumani, la petite fée du Magic de Passamaïnty

A 22 ans, la jeune sportive Sania Toumani est immanquablement l’une des meilleures joueuses de basket-ball de Mayotte. Son club, le Magic basket de...

Le double projet de loi Mayotte au point mort

Propositions, discussions, tractations, et au final abandon ?  Le double projet de loi Mayotte est de nouveau mis au placard par les ministres du gouvernement...