L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

9000 mercis !

L’Europe interrompt le paiement de ses fonds pour Mayotte

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

L’île aux parfums privée de fonds européens jusqu’en 2023 (éventuellement), s’il n’y a pas de fausse note d’ici là. L’affaire embarrasse les pouvoirs publics. A Mamoudzou comme à Paris, on se serait bien passé d’une telle annonce qui plonge le territoire dans un grand pessimisme quant à son devenir économique à court et moyen terme. Du côté de la préfecture, on se veut plutôt rassurant sur les mesures correctrices pour ramener les choses à la normale dès l’année prochaine.

Si l’information n’est connue du grand public que depuis la fin de la semaine écoulée, l’interruption du versement des fonds européens n’est pourtant pas aussi récente que cela à en juger les mesures palliatives déjà annoncées. En effet, cette situation remonterait à plus d’une année et fait suite à un audit réalisé par les services de la Commission européenne au cours du deuxième semestre de 2020 et qui aurait porté sur des dossiers couvrant la période 2017-2019. En février 2021, Bruxelles a ainsi décidé d’interrompre le remboursement des demandes de paiement intermédiaires du Feder (Fonds européen de développement régional) et du FSE (fonds social européen pour notre département confirme une source autorisée de la préfecture de Mayotte.

La députée de Mayotte, Estelle Youssouffa, a posé la question du devenir des fonds européens, lors d’une commission de l’Assemblée nationale, le 18 juillet.

Le détail de ce qui est reproché à notre département dans cette affaire a été donné par Estelle Youssouffa, la députée de la première circonscription de Mayotte, lors d’une réunion de la commission des Affaires étrangères à l’Assemblée nationale, le 18 juillet. La parlementaire mahoraise qui s’adressait à Laurence Boone, secrétaire d’Etat aux affaires européennes, a expliqué que les services d’audit de Bruxelles ont trouvé des graves irrégularités et déficiences, entre autres sur la vérification des marchés publics, ainsi que celles des aides d’Etat et de l’éligibilité des participants aux formations.

La préfecture assure avoir rectifié le tir

Devant cette situation, la France s’est vue invitée par la Commission européenne, à mettre en place de mesures correctrices en vue d’une amélioration du système de gestion et de contrôle du programme concerné. Du côté de la préfecture de Mayotte, on assure que ces recommandations ont bien été suivies de faits et que les procédures ont été changées et sécurisées et qu’il n’y a donc pas lieu de s’inquiéter davantage. Un groupement d’intérêt public (GIP) baptisé « l’Europe à Mayotte » a été mis en place il y a un an dans l’objectif de mieux coordonner les actions des services de l’Etat et du département dans la gestion des fonds européens sur le territoire.

Secrétaire d’état aux affaires européennes, Laurence Boone a répondu « avoir bon espoir que les versements reprennent en 2023 ».

Pour pallier la situation née de cette interruption des paiements européens, l’Etat français, à travers les services de Bercy, a mis en place un prêt relais de 49 millions d’euros (contre 100 millions demandés par le GIP). Il y a encore trois semaines, la mission d’audit de la Commission européenne était de passage sur l’île pour vérifier de la solidité des mesures mises en place par la France pour corriger les manquements aux règles mis en évidence. Un rapport provisoire est attendu dans les prochaines semaines et sera complété d’un rapport définitif cette même année. Au sujet de ce prêt relais de l’agence France Trésor, Estelle Youssouffa a regretté que ce dispositif ne permette, en réalité, qu’une reprise de l’ordre de 30 % du volume des paiements interrompus.

Elle a indiqué à la secrétaire d’état que « cette situation n’est que la conséquence d’une mauvaise anticipation de l’Etat des exigences de ce premier programme européen pour Mayotte. C’est une situation dramatique car c’est la population qui en paie le prix », avant de compléter : « Le doute est aujourd’hui permis quant au devenir de ces fonds, fonds qui semble hypothéqués ».  Affaire à suivre donc au cours des prochaines semaines.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1077

Le journal des jeunes

À la Une

Barrages : « Tout ce travail risque de se retourner contre nous »

Ce jeudi, plusieurs représentants des Forces vives, dont Safina Soula, ont tenu une conférence de presse à Mamoudzou pour demander à leurs confrères de...

Barrages : Des élus restés sur leur faim de leur déplacement à Paris

Le déplacement en début de semaine d’une poignée d’élus mahorais n’a pas permis d’en savoir davantage sur les engagements pris récemment par le gouvernement...

Un couvre-feu à Tsingoni après les incendies criminels

Les derniers affrontements entre des bandes de Miréréni et de Combani ont entraîné de lourds dégâts matériels dans le quartier Mogoni. La municipalité de...

Crise de l’eau : Un nouveau décret pour les aides « dans les tuyaux »

L’aide exceptionnelle de l’État à destination des entreprises les plus affectées par la crise de l’eau est prolongée jusqu’au 29 février. Elle pourrait inclure...

« Elle n’a jamais accepté que son seul fils épouse une Mahoraise »

Le matin du 3 juin 2016, à Labattoir, une dame de 60 ans a porté trois coups de machette à la tête d’une septuagénaire....