test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Estelle Youssouffa « indignée par l’inertie » du Quai-d’Orsay

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

En commission à l’Assemblée nationale, la députée Estelle Youssouffa a pris à partie Catherine Colonna, la ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, ce mardi. Elle lui reproche un manque de fermeté face aux revendications comoriennes concernant Mayotte.

« Que faitesvous pour faire plier les Comores ? Que faitesvous pour faire reconnaître Mayotte française à la communauté internationale ? Je vous pose la question parce que votre inertie nous indigne », a demandé Estelle Youssouffa, en commission des Affaires étrangères, le mardi 10 octobre, en s’adressant à Catherine Colonna, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères. La députée de la première circonscription de Mayotte s’appuie sur plusieurs faits récents. Il y a d’abord le discours d’Azali Assoumani à l’Assemblée générale qui a évoqué une nouvelle fois le sujet de Mayotte que les Comoriens réclament, l’opposition du président comorien à l’opération Wuambushu (les expulsions vers les Comores avaient été bloquées pendant un mois) ou encore les Jeux des Iles de l’océan Indien, il y a un mois. Conformément à la charte des JIOI, les athlètes mahorais n’avaient pu ni arborer le drapeau français ni chanter l’hymne national.

Elle est également revenue sur le travail de l’Agence française pour le développement (AFD) aux Comores. « Ces centaines de millions d’euros qui financent les Comores, ces millions en partie payés par les contribuables Mahorais, sont une obscénité. C’est de l’argent français qui auraient dû financer le territoire français de Mayotte, pour notre production en eau potable ou la piste longue par exemple. Nous avons vu avec les positions publiques d’Azali lors de Wuambushu que cet argent n’a rien changé aux revendications comoriennes. Votre stratégie du carnet de chèque ne mène à rien », a fait valoir la parlementaire mahoraise.

« Je ne peux pas vous laisser dire certaines paroles »

« Je sais que Madame la députée Estelle Youssouffa a l’habitude de critiquer sévèrement la diplomatie française en se montrant oublieuse de ce qu’elle fait pour Mayotte et pour assurer la place de Mayotte dans la République française. Je ne peux pas vous laisser dire certaines paroles que vous prononcez », lui a répondu la ministre, avec un certain agacement. Elle a assuré que le Quai-d’Orsay joue toute sa part aux Nations-Unies en empêchant qu’une nouvelle résolution « remettant en cause la place de Mayotte dans la République française » soit prise. Ce qui est vrai, mais n’empêche pas Azali Assoumani de clamer, à la tribune et à chaque assemblée générale, le territoire mahorais. Il y a trois semaines encore, le président de l’Union des Comores avait évoqué « la « comorianité » de l’île de Mayotte » et « ce contentieux désagréable » qu’il entretient avec la France.

Catherine Colonna est également revenue sur la politique migratoire de la France à Mayotte et a rappelé que c’est son ministère en 2019 qui a obtenu l’accord avec les Comores pour faciliter les expulsions depuis Mayotte. « Je crois qu’on a parlé tout récemment de ce sujet lors d’une opération, il y a quelques mois », fait-elle remarquer, citant sans la nommer l’opération Wuambushu.

Elle ajoute que la diplomatie française a obtenu « l’accord des Comores » et des autres pays de la région pour que Mayotte puisse participer à des projets de la Commission de l’océan Indien. Pour rappel, l’instance compte La Réunion comme membre, alors cette place reste refusée à Mayotte.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1093

Le journal des jeunes

À la Une

Un jeune homme de 22 ans tué à Bonovo ce samedi

Un jeune homme, âgé de 22 ans, a été retrouvé mort avec une large plaie à l’arrière du cou, dans la soirée de samedi,...

Elections législatives : douze candidats à l’assaut des deux circonscriptions mahoraises

La liste des candidats mahorais pour les élections législatives des 30 juin et 7 juillet est désormais connue. Quatre seulement se présentent dans la...

Théophane « Guito » Narayanin ne sera pas candidat aux élections législatives

Battu par Estelle Youssouffa en 2022, au second tour des élections législatives, Théophane « Guito » Narayanin a indiqué par un communiqué, ce vendredi,...

Le Rassemblement national sera défendu par Anchya Bamana

Anchya Bamana est investie officiellement candidate Rassemblement national pour les élections législatives du 30 juin et 7 juillet dans la deuxième circonscription de Mayotte....

Élection au Medef : L’assemblée générale de ce vendredi ajournée par la justice

Saisi par Nizar Assani Hanaffi via un référé, le tribunal judiciaire de Mamoudzou annule ce jeudi les décisions prises par le conseil d’administration du...