Coopération : Mayotte fait un pas vers l’Afrique en s’alliant à Djibouti

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Mayotte entretient des relations avec certaines régions de Djibouti depuis maintenant deux ans. Cette alliance s’est concrétisée à travers la signature d’une convention accord-cadre de coopération entre le conseil départemental et les régions de Tadjourah et Ali Sabieh ce 21 avril. Elle marque le début d’une coopération pour développer ces territoires.

C’est la concrétisation de deux ans d’amitié et le début d’une collaboration socio-économique entre Mayotte et Djibouti. Notre île vient de signer deux conventions, l’une avec la région d’Ali Sabieh et l’autre avec celle de Tadjourah toutes deux localisées à Djibouti. Elles permettront aux territoires de mener des actions dans l’objectif de se codévelopper. « Nos actions seront axées sur les échanges de bonnes pratiques dans les domaines sportifs et culturels, l’éducation et la formation professionnelle, les transports maritimes et la gestion des ports, le tourisme, l’eau potable, le reboisement, la santé et l’action sociale, l’amélioration des échanges commerciaux et économiques, l’appui et accompagnement institutionnel », détaille le président du Département, Soibahadine Ibrahim Ramadani.

cooperation-mayotte-afrique-djibouti

Cette liste non exhaustive marque le début des travaux entre les trois régions et chacune d’elles devra mettre la main à la poche. « Au niveau du Département, il y a un budget qui est dégagé tous les ans pour l’action de coopération décentralisée. Ensuite, nous nous sommes battus pour avoir l’autorité de gestion du Feder pour la coopération », indique Mohamed Sidi, sixième vice-président chargé de l’Europe et de la coopération décentralisée.

 

Plus de visibilité dans la région de l’Afrique de l’Est

 

Il va de soit que chaque région a ses propres intérêts dans cet accord-cadre. Mayotte espère faire de Djibouti un allié de taille pour nouer des liens avec les autres pays de l’Afrique de l’Est. « Si nous voulons réellement avoir notre place dans cette région, cela commencera par la collaboration avec Djibouti qui siège dans les grandes organisations africaines. Cette amitié nous facilitera l’intégration dans ces espaces », espère Mohamed Sidi. Et cela pourrait favoriser le rayonnement de l’île dans le canal de Mozambique. C’est du moins ce que souhaite le président du Département. Mieux connaître la région pour mieux s’en inspirer, c’est en somme, ce qui ressort de ces conventions avec Tadjourah et Ali Sabieh.

Chaque territoire devra apporter une plus-value à l’autre. Et si Djibouti excelle dans certains domaines comme le sport, l’art ou encore l’artisanat, Mayotte a également quelques avantages qu’elle pourrait partager avec les deux régions concernées. « Nous sommes en pleine décentralisation ici, eux commencent à peine, nous pouvons donc leur apporter cette expertise. Ils ont aussi des problèmes de déboisement, nous avons vécu ce phénomène avec les padzas et nous pouvons les guider », précise Mohamed Sidi. Si le Département a décidé d’officialiser ses relations avec Djibouti, ce n’est sûrement pas par hasard. La proximité culturelle, religieuse et surtout linguistique a pesé sur la balance. Cette coopération qui est préparée depuis 2019 est planifiée sur deux ans pour l’instant, mais elle pourrait être reconduite tacitement si chaque partie honore ses obligations.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°955

Le journal des jeunes

À la Une

Loi Mayotte : Les motifs impérieux s’invitent dans les débats, portés par un groupe de médecins du CHM

En pleine audience du préfet pour la consultation sur la loi programme, des personnels soignants ont décidé d'interpeller le représentant de l’État au sujet...

Réouverture des salles de sport à Mayotte : une bouffée d’oxygène après trois mois sous tension

Après trois longs mois de fermeture, les salles de sport de Mayotte peuvent à nouveau accueillir du public depuis ce lundi. Malgré les difficultés...

Ramlati Ali : « Le gouvernement n’a pas découragé Air France, la discussion est en cours »

Piste longue, non-venue d'Air France, campus connecté, grève des sages-femmes. Au cours de la dernière semaine, la député de la majorité, Ramlati Ali, a...

Le CNAM et le rectorat de Mayotte s’allient pour la formation professionnelle

Le conservatoire national des arts et des métiers et le rectorat de Mayotte viennent de signer un accord cadre pour mutualiser leurs réseaux afin...

Tortues : deux braconniers condamnés à 18 mois de prison ferme par la chambre d’appel de Mamoudzou

Ce jeudi 6 mai avait lieu le procès en appel de deux braconniers de tortues interpellés au mois de février en Petite-Terre. Résultat ?...