test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Comores : Le budget de la fête nationale suscite la controverse

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Dans un contexte économique difficile, où l’inflation frappe de plein fouet les ménages, la somme allouée aux festivités de la fête nationale, ce jeudi 6 juillet, passe mal chez une partie de la population. Une conférence de presse de la présidence sur les préparatifs de la journée a même été annulée in extremis.

Les Comores célèbrent leur 48ème anniversaire de l’indépendance, ce jeudi. Toutefois, le budget alloué aux festivités fait déjà parler. L’information a été relayée dans le quotidien de l’État, Al-watwan. Dans son édition du mercredi, le journal de service public est le premier à révéler le montant des dépenses que les autorités comptent engager lors de la fête nationale, qui sera célébrée ce 6 juillet, à Moroni. Le média a avancé la somme de 310 millions de francs comoriens, soit donc près de 630.230 euros. L’informateur, cité par le journal comorien qui a opté pour l’anonymat, n’a pas livré de détails sur l’utilisation de cet argent. Il a juste précisé que les fonds avaient augmenté par rapport à 2022, où le budget était de 288 millions de francs. Est-ce en raison de l’arrivée d’un président étranger ou parce que la semaine était rythmée par une série d’activités ? Aucune explication n’a été livrée par le gouvernement. Mardi, le secrétaire général du gouvernement comorien, Daniel Ali Bandar, devait tenir à la présidence une conférence de presse sur les préparatifs de la fête. Mais, celle-ci sera annulée après que les organisateurs l’ont repoussée de deux heures. Un agenda trop chargé dit-on du côté du service de communication pour justifier l’annulation de la rencontre avec les journalistes dont certains se trouvaient déjà en route lorsqu’on leur a annoncé la nouvelle. M. Bandar, était-il vrai ou faux occupé ? Si oui, pourquoi ne pas planifier la conférence pour le lendemain d’autant plus que le pays s’apprête à attendre des invités de marque ?

Réhabiliter le lycée de Moroni

Selon des informations non démenties jusque-là, le président kényan, William Ruto, le vice-président de l’assemblée et le ministre de l’Économie camerounais prendront part à la fête nationale. Mais, la polémique à propos du budget annoncé continue d’enfler. Surtout en raison du contexte actuel marqué, par une inflation galopante. Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes ont vivement critiqué la somme évoquée. Cet argent, préconisent certains d’entre eux, aurait pu servir ailleurs, comme la réhabilitation du lycée Said Mohamed Cheikh. Cet établissement de référence qui a vu passer la majorité de l’élite comorienne, est dans un état de délabrement. Il pourrait être rénové dans le cadre de l’accord de 150 millions d’euros signé en 2019 entre Moroni et Paris. Celui-ci dispose d’un projet sur le secteur éducatif avec un volet consacré à la réhabilitation de salles de classes. D’autres citoyens regrettent que le pouvoir n’ait pas suivi l’exemple de la Tanzanie voisine. L’année dernière, sa présidente, Samia Suluhu Hassan, avait décidé d’affecter les 445.000 dollars [221.563 euros de moins que celui des Comores] de la fête nationale dans la construction de dortoirs pour les enfants dans les écoles primaires du pays. En 2020, son prédécesseur, feu John Magufuli, avait annulé les célébrations pour acheter des installations médicales. Cinq ans plus tôt, trois semaines après sa prise de fonction, il a exigé que les fonds soient utilisés pour construire une route à Dar es Salam.

« L’opulence où nage une infime partie »

On peut donc dire que ce ne sont pas les difficultés qui manquent dans l’archipel : des écoles publiques sans tables ni bancs, des problèmes d’eau, pour ne citer que ceux-là. Voilà pourquoi la fuite du budget des festivités de la fête de l’indépendance suscite des grincements de dents. Le secrétaire général de la confédération des travailleuses et travailleurs des Comores (CTC) dénonce des dépenses « non urgentes », à un moment où les retraités sont laissés pour compte. « Oui pour la fête mais pas jusqu’à abandonner ceux qui ont servi ce pays loyalement », a ajouté, Salim Soulaimana. Le mouvement Naribarkishe yi komori a également réagi. « Un budget de 310 millions pour un pays au bord d’une crise socio-économique est injustifiable. Une fête qui n’a jamais profiter à la masse. Demain, ce sont les amis et proches d’Azali qui vont profiter de ces millions. Mais c’est bien connu que parmi les marques d’une dictature, il y a l’opulence où nage une infime partie au détriment de la population », a enfoncé le premier secrétaire national de ce parti antisystème, Salim Youssouf Idjabou. S’il considère que la fête nationale reste un symbole politique important, l’opposant maître Ibrahim Ali Mzimba estime lui aussi « qu’on doit tout de même éviter les dépenses ostentatoires pour un pays qui ne dispose que de très peu de ressources ».

Reste à savoir si le prochain président rectifiera ou pas le tir l’année prochaine.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1094

Le journal des jeunes

À la Une

Avec la canalisation réparée à Chirongui, un retour progressif de l’eau ce vendredi

La casse d’une canalisation à Chirongui, jeudi soir, perturbait le réseau d’eau depuis dans le sud de Grande-Terre. Celle-ci a été réparée, indique la...

Assises : ils sont sept à répondre de la série de meurtres de Petite-Terre en janvier 2021

Sept accusés de « meurtre en bande organisée » sont jugés depuis ce vendredi devant la cour d’assises des mineurs de Mayotte, au sujet d’une série...

Les Urgences en difficulté faute de médecins

Depuis la semaine dernière, le service des Urgences du centre hospitalier de Mayotte ne fonctionne qu’avec entre un et trois médecins par garde, ce...

Aller chercher de l’eau, un risque pour les migrants de Cavani

Depuis le 22 mars et la fin du démantèlement du camp du stade de Cavani, à Mamoudzou, de nombreux migrants d’Afrique des Grands lacs...

« Des indicateurs de performance pour évaluer l’efficacité des mesures prises »

Circonscription sud. Candidat au scrutin législatif du 30 juin et 7 juillet, Madi-Boinamani Madi Mari (Agir) avait échoué de peu à se qualifier pour...