100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Chambre régionale des Comptes : la communauté de communes de Petite-Terre s’en sort bien

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

La Chambre régionale des comptes (CRC) de Mayotte évalue régulièrement la gestion des collectivités mahoraises. Si elle peut parfois être assez critique, son dernier rapport daté de ce mercredi 7 septembre sur la communauté de communes de Petite-Terre est plutôt encourageant.

Âgée de presque huit ans maintenant, la communauté de communes de Petite-Terre (CCPT) est montée peu à peu en régime, même quand les dissensions entre Dzaoudzi-Labattoir et Pamandzi sont apparues. Aux municipales 2020 par exemple, la deuxième commune a mal vu que son maire Madi Madi Souf ne prenne pas la tête de la collectivité. Ce conflit politique a parfois généré des problèmes de mutualisation. Le système de vidéosurveillance dépend ainsi de deux centres distincts au lieu d’un seul. Mais dans l’ensemble, la Chambre régionale des comptes (CRC) de Mayotte est peu sévère sur la gestion financière de l’intercommunalité petite-terrienne qui compte une centaine d’agents. « La CCPT dispose de financements extérieurs conséquents pour ses investissements. Elle vise et parvient à obtenir des subventions à hauteur de 75 voire 80% du coût de ses projets. Son endettement reste par conséquent faible, son encours de dette fin 2020 s’élevant à 4.16 millions d’euros », observe la CRC.

Un territoire bloqué par sa taille

La pépite de Mayotte, de douze kilomètres carrés seulement, paye son manque d’espaces et son accessibilité difficile. « Le manque de foncier disponible freine quasiment tous les projets d’investissement en Petite-Terre et la CCPT affiche un taux d’exécution budgétaire très faible pour sa section d’investissement », note la CRC. Du côté de la gestion des déchets, les relations entre le Sidevam (Syndicat intercommunal d’élimination et de valorisation des déchets de Mayotte) et la CCPT ont souvent été compliqués. La deuxième a reproché plusieurs fois à l’autre de ne pas assurer suffisamment sa mission de collecte. « Mécontentes du service rendu par le Sidevam, les communes ont déjà mobilisé des moyens humains et matériels palliatifs. En 2019, cela a représenté un coût total de 494.843 euros pour Dzaoudzi-Labattoir et 603.423 euros pour Pamandzi », déplore la Chambre.

Enfin, le quartier prioritaire de la Vigie bénéficie d’une attention particulière dans son rapport. Outre les difficultés qu’il rencontre (habitat illégal, délinquance), il doit faire l’objet de plusieurs programmes portés par la collectivité et l’État. « Le quartier concentre déjà des moyens importants, mais cinq ans après le démarrage du programme de renouvellement urbain dont il bénéficie, les équipements essentiels ne sont pas livrés », relève la CRC.

Le président répond aux recommandations

En annexe du rapport, la Chambre régionale des comptes a joint une lettre de réaction du président de la collectivité, Saïd Omar Oili. « Je note le ton globalement positif du rapport de la Chambre au-delà des quelques points d’amélioration à mettre en œuvre », se réjouit celui qui est aussi maire de Dzaoudzi-Labattoir. Il précise plusieurs points à la Chambre comme la volonté de la CCPT de garder un grand nombre de compétences. La CRC cite le développement du très haut débit et le transport dévolus d’habitude au Département ou les déchets, ressort du Sidevam. « Il est vrai que notre intercommunalité a une démarche dynamique et active concernant la mise en œuvre de ces compétences. Pour autant, il ne nous semble pas exact de dire que la CCPT empiète sur les champs de compétences d’autres collectivités », défend Saïd Omar Oili.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1021

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

François Braun : « il faut donner les moyens aux professionnels de travailler »

Le ministre de la Santé et de la Prévention a visité le centre hospitalier de Mayotte, ce mardi 29 novembre. L’occasion de confirmer la...

Le Conservatoire du littoral entame « un plan de reconquête du littoral »

Ce mardi 29 novembre, dans les locaux la communauté de communes de Petite-terre, l’antenne de Mayotte du Conservatoire du littoral a réuni gestionnaires, institutions...

Faux en écriture au port de Longoni : le procès en diffamation dans l’impasse

Les dissensions entre les acteurs du port sont connues et débouchent ces derniers temps sur des actions en justice. Ce mardi 29 novembre, le...

Coopération économique : et si Mayotte se positionnait en leader régional ?

En réponse aux événements violents de ces derniers jours, Alain Kamal Martial prône la mobilisation d’hommes et de femmes sérieux pour relancer l’économie et...

Air Austral change de terminal à Roissy

Les travaux à l’aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle ne sont pas sans conséquences pour les compagnies y travaillant. La Réunionnaise Air Austral, par exemple, rejoint le...