100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Le MuMa forcé d’exister hors les murs

À lire également

10 millions d’euros pour le premier datacenter de Mayotte… et les emplois de demain !

ITH Datacenter, l’hôtel de serveurs de proximité, porté par Feyçoil Mouhoussoune, doit permettre aux porteurs de projet d’héberger leurs données en toute sécurité. Et...

Mayotte : Participez à la course de pneus… depuis votre canapé

Crise Covid oblige, la 37ème édition de la course de pneus ne s'est pas déroulée comme à l'accoutumée. Mais l'agence Angalia, organisatrice de l'événement,...

L’espace citoyen, le nouveau dispositif pour faciliter la vie des habitants de Mamoudzou

Ce lundi 22 novembre avait lieu sur la place de la République le lancement officiel de l’espace citoyen de Mamoudzou. À l’heure du numérique,...

MaVilleMonShopping, une plateforme pour accroître la visibilité des entreprises mahoraises sur Internet

La plateforme de e-commerce dédiée au commerce de proximité arrive à Mayotte. Un dispositif qui doit permettre d'accélérer et d'accentuer la digitalisation des entreprises...

Fermé depuis deux ans à la suite d’un tremblement de terre, le musée de Mayotte ne cesse de se renouveler pour exister, victime de démarches administratives qui n’en finissent pas. La direction de l’établissement s’est ainsi tournée vers le numérique pour proposer de nouveaux outils de valorisation du patrimoine mahorais, toujours à destination de la jeunesse de l’île.

Portes closes, panneaux rouillés, peinture écaillée… Bienvenue dans l’un des rares établissements culturels de l’île au lagon, le musée de Mayotte, ou MuMa pour les intimes. Inauguré en grande pompe en 2015, le bâtiment de l’ancienne caserne n’aura accueilli que trop peu de visiteurs, après avoir fermé il y a peu ou prou deux ans. « C’est suite à un tremblement de terre que nous avons dû fermer, par mesure de sécurité », explique Abdoulkarime Ben Saïd, directeur du musée de Mayotte. « Comme c’est un monument historique, des études devaient être réalisées sur l’état du bâtiment et sa remise en état, afin qu’il puisse accueillir les visiteurs de nouveau. »

muma-exister-hors-murs

Si ces études ont été effectuées, les travaux, eux, peinent à débuter. « On n’a pas de programmation pour les travaux, ça devrait être fait », déplore le directeur de l’établissement dépendant du conseil départemental. Les équipes du MuMa sont en fait dépendantes des longues démarches administratives que requiert leur bâtiment. « Nous avons besoin d’un architecte du patrimoine identifié et contractualisé, car il n’y en a pas à Mayotte », ajoute Abdoulkarime Ben Saïd, qui ne peut que regarder son « établissement recevant du public » ne plus en être un, tout cela pour des travaux de sécurisation qui devraient durer… Quatre mois.

Un musée en réalité virtuelle

En attendant cette réouverture qui se conjugue plus au conditionnel qu’au futur, l’établissement a été obligé de se renouveler pour continuer d’exister, et de valoriser le patrimoine mahorais auprès des jeunes générations. Régulièrement, des ateliers organisés par le musée prennent ainsi place dans le parc de la résidence des gouverneurs. Des groupes d’élèves y sont par exemple reçus dans le cadre d’activités culturelles. Le personnel du musée, en collaboration avec la Direction des affaires culturelles (DAC) ou le Conseil en architecture, urbanisme et de l’environnement (CAUE), intervient également dans les classes, comme à Acoua, lors de la semaine de l’archéologie.

muma-exister-hors-murs

En parallèle, le MuMa a développé sa présence numérique, bien avant d’autres institutions culturelles. Le grand projet des équipes est d’ailleurs un musée virtuel, comme l’explique Djamadar Saindou, chef de service programmation, partenariat et développement. « Ce nouvel outil sera basé sur des images 3D faites avant la fermeture de la caserne, avec les descriptions, les feuilles de salle, des vidéos explicatives, et des objets avec lesquels on pourra interagir pour en saisir tous les détails », explique-t-il. Disponible dans les trois langues de l’île que sont le shimaoré, le kibushi et le français, ce musée virtuel aurait dû être inauguré lors des journées européennes du patrimoine, avortées par l’opération « île morte ».

Transmettre à la jeunesse

« On l’inaugurera dans un mois », pondère Djamadar Saindou. Le MuMa sera donc bientôt disponible sur PC et tablette, avant qu’une version smartphone ne voie le jour. Les équipes du musée travaillent également avec le rectorat et les établissements scolaires afin de proposer cet outil dans les CDI, « et même dans la bibliothèque universitaire du CUFR », espère Abdoulkarime Ben Saïd, conscient que sa révolution numérique passe aussi par les réseaux sociaux. « Dès mon arrivée, j’ai eu une grosse mission communication », confie Djamadar Saindou. « En tant que jeune de Mayotte, je savais qu’il fallait intégrer le MuMa à Facebook, où nous comptons plus de 150.000 vues et 50% de 16-25 ans, et sur Instagram. C’est un premier outil, avant de voir si Snapchat ou TikTok pourraient convenir à notre image. »

Cependant, les deux hommes savent que le numérique ne devrait être qu’un complément d’une offre plus palpable. « Il est indéniable qu’avec une présence physique, on transmet mieux les informations », avoue Djamadar Saindou. « On le voit lors de nos animations hors les murs dans les écoles maternelles, primaires, les collèges de Mgombani ou Mtsamboro, le lycée de Kawéni… Il y a une vraie demande des jeunes concernant les activités culturelles. » Un avis partagé par Abdoulkarime Ben Saïd, qui regrette de ne pas avoir pu mener les activités prévues ce week-end dans le cadre des journées du patrimoine. « Les scolaires travaillent sur des projets en collaboration avec des artistes, et la restitution de ces travaux se fera au musée, affirme le directeur. C’est un lieu d’exposition, mais aussi de ressources. » Ne reste plus qu’à l’ouvrir, ce lieu.

Retrouvez l’intégralité du dossier consacré au patrimoine mahorais dans le numéro 1011 de Mayotte Hebdo.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1013

Le journal des jeunes

chab-journal-des-jeunes-5

À la Une

Le conseil départemental pris d’assaut par les travailleurs

Ce jeudi 29 septembre, l’appel national des syndicats à la grève a été entendu par près de 200 personnes, sur la place de la République,...

Logement : une aide à la pierre jusqu’à 100.000 euros pour près de 38 bénéficiaires

Mise en place par le Département, l’aide à la pierre vise à aider les familles ou personnes à faibles revenus à accéder à la...

Guet-apens de « Pilou » : L’auteur des coups de couteau condamné à quinze ans de prison

Le procès de la bande de Doujani, qui a agressé violemment un lycéen à l’intérieur d’un bus le 11 mai 2016, s’est terminé ce...

La laka de retour au premier plan, avec la course de pirogues traditionnelles de Mamoudzou

La mairie de Mamoudzou organise le dimanche 16 octobre la première course de pirogues traditionnelles sur le front de mer de la ville chef-lieu,...

Éric Dupond-Moretti veut créer une « task force » de magistrats

Outre un budget du ministère de la Justice en hausse de 170 millions d’euros, Éric Dupond-Moretti a annoncé plusieurs mesures, mardi 27 septembre, devant...