test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

24 heures chrono pour créer un site internet

À lire également

10 millions d’euros pour le premier datacenter de Mayotte… et les emplois de demain !

ITH Datacenter, l’hôtel de serveurs de proximité, porté par Feyçoil Mouhoussoune, doit permettre aux porteurs de projet d’héberger leurs données en toute sécurité. Et...

L’espace citoyen, le nouveau dispositif pour faciliter la vie des habitants de Mamoudzou

Ce lundi 22 novembre avait lieu sur la place de la République le lancement officiel de l’espace citoyen de Mamoudzou. À l’heure du numérique,...

Mayotte : Participez à la course de pneus… depuis votre canapé

Crise Covid oblige, la 37ème édition de la course de pneus ne s'est pas déroulée comme à l'accoutumée. Mais l'agence Angalia, organisatrice de l'événement,...

MaVilleMonShopping, une plateforme pour accroître la visibilité des entreprises mahoraises sur Internet

La plateforme de e-commerce dédiée au commerce de proximité arrive à Mayotte. Un dispositif qui doit permettre d'accélérer et d'accentuer la digitalisation des entreprises...

Le concours de la Webcup organisé sur le territoire par Mayotte in tech se déroule de ce samedi à dimanche. Les participants disposeront de 24 heures pour créer un site internet. À l’issue, les finalistes partiront disputer une finale régionale.

24-heures-chrono-pour-creer-site-internet
Elle se déroulera dans les locaux de la chambre de commerce et d’industrie. Les sites internet créés par les candidats seront évalués par un jury, et les gagnants pourront participer à une finale avec les finalistes des cinq autres îles participantes au concours.

Vingt-quatre heures sans dormir, postés devant des ordinateurs, dans une salle avec « tout le confort dont on a besoin ». Voilà les conditions de concours de la Webcup, expliquées par l’organisatrice Haouphani Massoundi, auxquelles se plieront au moins cinq équipes d’amateurs du web pour cette onzième édition à Mayotte. Objectif pour ces 14 candidats étudiants, professionnels ou simples geeks : créer un site internet, entre samedi 9 h et dimanche même heure, en simultané avec les autres territoires de l’océan Indien : Madagascar, l’Ile Maurice, La Réunion, les Comores et Rodrigues.

Créée il y a des années par l’association Webcup à La Réunion, cette coupe désormais régionale est également arrivée sur le département de Mayotte en 2013. C’est la société Mayotte in tech, dirigée par Haouphani Massouni, ex-Gemtic, ainsi que la French tech Mayotte qui se chargent de l’organisation en local. « Le sujet est tenu jusqu’au lancement du concours », indique celle qui l’ignore également et qui assurera un appui logistique toute la nuit, dans les locaux de la chambre de commerce et d’industrie (CCI), à Mamoudzou. « Au milieu de l’épreuve, c’est possible qu’il y ait un rebondissement pendant la nuit, un exercice pour les garder éveillés », glisse-t-elle. D’expérience, « les candidats ne lâchent pas et se mettent tout de suite à fond ».

« À Mayotte, il y a un manque de développeurs »

L’équipe consacrée finaliste par trois jurys professionnels du numérique pourra partir dans une des six îles participantes, tous frais payés, pour représenter Mayotte aux côtés des autres gagnants lors de la finale (date et lieu encore inconnus). Elle pourra recevoir aussi des lots avant de partir : ordinateurs et tablettes pour les aider dans leurs projets futurs. La remise de prix aura lieu jeudi 9 ou samedi 11 mai.

« Mais cette année on a du mal à trouver des candidats », indique la directrice tout en informant que la plateforme de candidature restait ouverte jusqu’à jeudi soir. Habituée à au moins dix équipes pour concourir en local au lieu de seulement cinq cette année, elle regrette « qu’on soit le territoire qui compte le moins de candidats », sur les 260 participants (soit une quarantaine d’équipes) au total.

 « À Mayotte comme en métropole, il y a un manque de développeurs web », souligne-t-elle. Dans l’archipel, seule une formation en BTS bac +2 est dispensée au lycée Bamana, et depuis deux ans, un bac +5 au centre de formation Externet. D’où l’idée de ce concours, « pour promouvoir le métier ». En parallèle, la société envisage de reprendre des ateliers pour former des développeurs et leur donner l’envie de se diriger vers ce métier.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1094

Le journal des jeunes

À la Une

Désormais 210 cas de choléra à Mayotte

L’Agence régionale de Santé (ARS) de Mayotte a publié un nouveau bulletin relatif au choléra sur le territoire. Il fait état de 210 cas...

Incendie au collège de Dzoumogné : les épreuves du brevet seront déplacées au lycée professionnel

Après l’incendie qui a ravagé le collège de Dzoumogné, ce dimanche 23 juin, la piste criminelle est privilégiée (voir encadré). L’établissement étant fermé jusqu’à...

Le personnel du dispensaire de Kahani en droit de retrait ce lundi

Depuis ce lundi matin, le personnel du dispensaire de Kahani, dans la commune de Ouangani, est en droit de retrait. Ils sont actuellement environ...

L’usine sucrière d’Hajangoua vers des travaux en 2025

En 2022, l’ancienne usine sucrière d’Hanjagoua, dans la commune de Dembéni, a été sélectionnée par la mission Bern. La subvention pourtant obtenue depuis, les...

« Le clandestin à Mayotte ne doit avoir qu’une seule certitude, celle d’être renvoyé »

Circonscription sud. Manon Moreno (Reconquête) fait ses premiers en politique à l’occasion des élections législatives qui auront lieu les 30 juin et 7 juillet...