100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

« Le visage de la victime était aplati, dans une flaque de sang mélangé à du vin »

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

Le 16 juin 2020, le corps sans vie d’un retraité de la fonction publique était retrouvé dans le quartier Ourini, à Chiconi. Son visage, écrasé, gisait dans une flaque de sang et de vin, à proximité d’un parpaing ensanglanté. Ce lundi 21 novembre, débutait le procès devant la cour d’assises du seul accusé.

« Je ne sais plus comment j’ai fait pour arriver là à ce moment-là. Mais je sais que c’est moi qui l’ai tué. » A la barre de la chambre d’appel, l’accusé tente d’expliquer les faits déjà avoués et demande pardon. Dans la nuit du 15 au 16 juin 2020, il dit avoir commis le meurtre de Moussa Marssel, 59 ans, à Chiconi. Ce lundi 21 novembre, signait le début de son procès aux Assises qui se poursuivra jusqu’à ce mardi. « Ce jour-là, l’accusé désœuvré avait bu de l’alcool tout au long de la journée », indique le directeur d’enquête. Une bouteille de pastis, dix canettes de bières et une brique de vin, énumère la présidente de la cour des assises. Le soir du crime, l’accusé raconte être entré dans l’épicerie Le building, au sein du quartier Ourini de Chiconi. C’est là qu’il aurait croisé la route du quinquagénaire, parti acheter de l’alcool. Alors qu’il souhaitait continuer à boire, il lui aurait demandé de partager une bière. Mais son interlocuteur aurait refusé et l’aurait « insulté ». L’homme ivre l’aurait alors roué de coups avant d’attraper un parpaing d’environ 18 kilos pour l’assommer. Puis l’auteur des faits aurait versé le vin dérobé à sa victime sur son visage avant de repartir avec ses bières et son téléphone.

« Un écrasement quasi-complet de la boite crânienne »

Selon l’autopsie, la victime présentait « un écrasement quasi complet de la boite crânienne » et serait décédé d’un traumatisme crânien. Plusieurs fractures et des côtes déplacées ont également été diagnostiquées. Au moment du meurtre, Moussa Marssel présentait également un taux d’alcoolémie de 2,3 grammes par litre de sang. « Lorsque nous sommes arrivés sur les lieux du drame, le visage de Moussa Marssel était aplati, dans une flaque de sang mélangé à du vin, et il avait un parpaing à côté du visage », assure le directeur d’enquête. « Ce que nous avons trouvé surprenant est que d’ordinaire, les auteurs des crimes cherchent à cacher leurs armes. Mais pas là. »

Le retraité de la fonction publique territoriale était connu de tous à Chiconi. « Son entourage et ses voisins ont décrit un homme calme, un peu frêle, on ne lui connaissait pas d’ennemis », poursuit le directeur d’enquête. L’homme était également connu pour se lever tard, aller boire un verre au centre du village régulièrement l’après-midi et rentrer tard, souvent alcoolisé.

Le corps retrouvé à 5h du matin

La gendarmerie, arrivée sur les lieux du crime après avoir été alertée par un voisin – tombé sur le corps sans vie de Moussa Marssel à 5h du matin – a mené une enquête de voisinage. Une rumeur laissait alors entendre qu’un habitant du banga voisin était caché chez sa tante, puis chez un oncle, depuis le meurtre. L’homme aurait hésité à partir de Mayotte. Mais le 20 juin 2020, quatre jours après le crime, il se présentait à la gendarmerie de Pamandzi. « Il est arrivé en disant qu’il avait tué quelqu’un », assure le directeur d’enquête, qui l’a placé en garde à vue.

Ce mardi, deux ans et demi après les faits, il connaîtra le verdict décidé par la cour d’assises.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1021

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

Le Raid est intervenu ces derniers jours à Vahibé

Actuellement sur Mayotte, une équipe du Raid est en soutien des policiers de Mamoudzou, depuis le mardi 22 novembre. Alors que la situation s’est...

A Mayotte, une densité de médecins quatre fois plus faible qu’en métropole

Alors que le ministre de la Santé, François Braun, est à Mayotte à partir de ce mardi, le plus grand désert médical de France...

Le nombre de cas en forte hausse sur le territoire mahorais

Après plusieurs mois d’accalmie, la circulation du Covid-19 a repris fortement à Mayotte. Le taux d’incidence (nombre de cas pour 100 000 habitants) est...

Comores : l’opposant Sambi condamné à la perpétuité

La justice a également ordonné la saisie des biens immobiliers et autres avoirs appartenant à l’ancien président qui bizarrement reste le seul parmi les...

Un plus grand bouclier contre l’inflation déployé sur Mayotte

Afin de limiter la hausse des prix observée au niveau mondial, les acteurs politiques et économiques mahorais ont décidé de prendre plusieurs mesures pour...