test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Violences sexuelles sur mineurs : « Il y a une amélioration de la remontée d’informations »

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Au tribunal judiciaire de Mamoudzou, les affaires de violences sexuelles sont de plus en plus nombreuses, grâce notamment aux signalements faits par le rectorat de Mayotte ou le centre hospitalier. Le procureur de la République, Yann Le Bris, constate aussi une libération de la parole dans les familles.

Flash Infos : Est-ce que les affaires de violences sexuelles sont récurrentes au tribunal ?

Yann Le Bris :  Oui, ça l’est. Et on voit une amélioration de la remontée d’informations, notamment de la part de partenaires. Je pense au rectorat de Mayotte, aux associations et au centre hospitalier qui a désormais une psychologue et une infirmière pour faire le lien avec la justice. Dans l’année, on a plusieurs centaines de signalements en lien avec les violences sur mineurs. Ça peut être à caractère sexuel ou des violences physiques. Il y a aussi une libération de la parole, surtout chez les mères de familles. Elles accompagnent davantage les victimes, ce n’était pas le cas avant.

Il y a une amélioration de la prise en charge, même s’il y a encore à faire, au commissariat de police et dans les brigades de gendarmerie. Les limites de cette action sont encore dans la dénonciation. Nombre de faits concernant des personnes en situation irrégulière ne sont pas dits parce qu’elles sont réticentes à engager une procédure du fait de leur situation administrative. On lance parfois des enquêtes et personne ne dit rien.

FI : Il y a cette idée répandue qu’il s’agit souvent de proches ou de voisins.

L. B. : C’est la vérité. Les auteurs sont souvent des personnes qui vivent à proximité des victimes. Ce n’est pas propre à Mayotte, c’est le cas en métropole. Ça peut être des gens de la famille, des voisins ou des personnes à qui les enfants sont confiés. Ce n’est pas donc par hasard, même si ça arrive.

FI : Quel type de sanctions sont prévues pour les auteurs ?

L. B. : Tout dépend des infractions commises et de l’orientation que prend le Parquet. Si les faits sont graves, ça peut aller jusqu’à dix ans de prison. Il y a eu dernièrement la condamnation d’un foundi (un maître coranique) qui a agressé sexuellement une jeune fille. Il a pris huit ans. En cas de crime, ça peut monter à quatorze, seize ou dix-huit ans d’emprisonnement.

Je tiens d’ailleurs à souligner le travail des juges pour enfants (N.D.L.R. désormais trois à Mayotte depuis la rentrée) et de la juge aux affaires familiales.

Un dossier complet sur les violences sexuelles sur mineurs est à retrouver dans le Mayotte Hebdo n°1014. C’est en ligne et gratuit !

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

Coupure d’eau ce dimanche 14 juillet pour les travaux du Caribus

Pour permettre la réalisation de travaux dans le cadre du Caribus, la Société mahoraise des eaux (SMAE) annonce la nécessité de procéder à une...

Les maires reprennent la main sur la Cadema

En élisant Moudjibou Saïdi et Ambdilwahedou Soumaïla en tant que président et premier vice-président de la communauté d’agglomération de Dembéni-Mamoudzou, les élus communautaires tirent...

« Un lieu d’accueil pour écouter le malade et sa famille »

L’esprit était à la fête, ce jeudi 11 juillet, au centre hospitalier de Mayotte (CHM), une partie des équipes fêtait l’inauguration du Bureau des...

A Passamaïnty, l’excellence synonyme de nouveau complexe sportif

Un grand projet d’aménagement est prévu pour le village de Passamaïnty, situé dans la commune de Mamoudzou. Ce dernier vise à créer un complexe...

Les nouveaux infirmiers célèbrent leurs diplômes dans la joie

On peut croire à un manzaraka, il s’agit en réalité de la cérémonie de remise des diplômes des infirmières et infirmiers. L’Institut des études...