L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Trois mois de prison requis contre Salime Mdéré

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Une peine de prison avec sursis, trois ans d’inéligibilité et 5.000 euros d’amende est requise contre Salime Mdéré. Le vice-président du Département de Mayotte était jugé à La Réunion, ce jeudi, pour des propos datant du 24 avril 2023 sur le plateau de Mayotte la 1ère. La décision sera rendue le 7 mars.

trois-mois-de-prison-requis-contre-salime-mdere
Un comité de soutien l’attendait au tribunal de Saint-Denis de La Réunion.

Le premier vice-président du conseil départemental de Mayotte était jugé, ce jeudi, au tribunal de correctionnel de Saint-Denis de La Réunion, à la pour « incitation à la haine à raison de leur origine » et « provocation à la commission d’atteintes à la vie », après des propos tenus sur le plateau de Mayotte la 1ère, le 24 avril 2023. Au tout début de l’opération Wuambushu, le conseiller départemental du canton de Bouéni avait réagi après des images de bandes semant la terreur dans les rues de Tsoundzou. « Ces délinquants, ces voyous, ces terroristes, un moment donné, il faut peut-être en tuer. Je pèse mes mots. Il faut peut-être en tuer pour… », s’était-il emporté, avant de présenter ses excuses post-émission pour « ces propos qui ont dépassé [sa] pensée ». 

Avocat de l’élu mahorais, maître Yanis Souhaili a rappelé le contexte dans lequel les propos sont tenus et a confirmé avoir demandé la relaxe. « Ce sont les propos malheureux d’un élu conscient de la situation, exaspéré par ce qui se passe. Vous êtes là, à La Réunion, vous pouvez aller travailler tranquillement, vous pouvez rentrer le soir. Nous, la première chose qu’on fait, c’est de vérifier sur les réseaux sociaux où ça caillasse, où il y a des barrages. La journée, les parents ne sont jamais tranquilles, parce qu’il y a des intrusions dans les établissements scolaires avec des violences graves. », a-t-il dit à la sortie de l’audience, reprenant des éléments de sa plaidoirie.

Maître Emmanuel Daoud, qui défend la Ligue des droits de l’homme (qui demande un euro symbolique dans cette affaire), évoque lui aussi le contexte. « C’est jeter de l’huile sur le feu. C’est se comporter comme un pyromane, un incendiaire. Au contraire, le contexte mahorais n’est pas un contexte qui devrait inciter à la libération de la parole et aux excès en tout genre. Au contraire, on doit faire preuve de mesure, de pondération, de circonspection. Et si on n’est pas capable de le faire, on fait un autre métier, ou alors, on n’est pas un élu de la République », estime l’avocat, qui rejoint son confrère sur le fait que « l’État abandonne ce territoire de la République ».

Trois mois de prison avec sursis, trois ans d’inéligibilité et 5.000 euros d’amende ont été requis contre Salime Mdéré. La décision sera rendue le 7 mars.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1078

Le journal des jeunes

À la Une

Retour autorisé des manzaraka et des pool parties

La préfecture de Mayotte continue de desserrer la vis grâce à une saison des pluies particulièrement abondante qui a permis de remplir à la...

Une plainte déposée dans l’affaire des conteneurs de Bandraboua

Mayotte Nature Environnement (MNE), une association pour l’environnement à Mayotte, annonce avoir porté plainte à cause des conteneurs, bacs de tri et déchets présents...

Barrages : Une réunion de « sortie de crise » aboutit à un consensus

C’est officiel. Les barrages des Forces vives sont levés afin d’accorder « le bénéfice du doute » au gouvernement, après l’annonce de nouvelles mesures attendues au...

« C’est important que la population sache vers quels élus se tourner »

Alors que les barrages se lèvent, plusieurs manifestants veulent pouvoir suivre le travail des élus devant répondre à leurs revendications. C’est pour cela qu’à...

Habitat informel : Le délai de flagrance porté à 96 heures contre 48 heures auparavant

Le projet de loi sur la rénovation de l’habitat dégradé a été voté à l’unanimité, ce mercredi soir, au Sénat. Il inclut un changement...