100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Tribunal : « ça fait deux fois que vous achetez un bateau à 2.000 euros »

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

Un pilote de kwassa de 20 ans a été envoyé pour un an à Majicavo, ce mardi 4 octobre. En l’espace de quelques mois, il a été appréhendé par deux fois en tentant de faire la traversée depuis Anjouan. Le procureur de la République, Yann Le Bris, pousse pour que dorénavant une peine ferme soit prononcée dès la première interpellation.

Chantal Combeau, la présidente du tribunal correctionnel de Mamoudzou, le reconnaît : « C’est un dossier des plus classiques. » Le 7 avril 2022, un kwassa est arrêté près de la plage des Badamiers, à Labattoir. À son bord, six hommes, une femme et deux enfants tentaient de rejoindre le rivage. Tous ont désigné le passeur comorien de 20 ans comme celui qui les a emmenés depuis Anjouan. Le bateau a été immédiatement saisi. Relâché en attente de sa convocation devant le tribunal correctionnel, le prévenu n’avait jamais été pris avant et pensait se faire oublier en repartant aux Comores. Sauf que cinq mois plus tard, rebelote, il est pris sur un nouveau kwassa. Cette fois-ci, il est présenté en CRPC (Comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité). La sanction est cette fois immédiate, il prend neuf mois de prison ferme. Ce mardi matin, c’est à l’occasion du premier fait qu’il est jugé. Non récidiviste, il n’avait jamais été condamné avant le mois d’avril. « C’est un réitérant, mais pas un récidiviste », admet le procureur de la République, Yann Le Bris.

« Il y a des enfants qui savaient nager »

Le Parquet considère que le prévenu « n’est pas un simple pilote payé 300 euros ». « Ça fait deux fois que vous achetez un bateau à 2.000 euros », relève-t-il en insistant sur un achat rentabilisé avec un ou deux voyages (le prix de la traversée est de 300 à 400 euros par passager). Il questionne : « Est-ce qu’il ne faut pas un premier choc carcéral pour les pilotes de kwassas ? » En effet, à Majicavo depuis août, le passeur exprime des regrets et explique « ne pas vouloir rester en prison ». Sept à huit mois en plus de sa peine actuelle sont requis.

Son avocate, maître Aurore Baudry, souligne « qu’il n’y a aucun élément pour démontrer son importance ». Elle demande de prendre en considération le fait qu’il était encore primo-délinquant en avril et réclame comme sanction, six mois de prison avec sursis. Le tribunal correctionnel a opté pour une peine d’un an d’emprisonnement et une interdiction du territoire français (ITF) ayant été prononcée en août, il sera expulsé dès sa sortie de prison. Chantal Combeau ajoute que la légèreté des réponses du prévenu n’a pas joué en sa faveur. « Vous ne savez pas que quand on tombe dans l’eau, on se noie ? », a-t-elle demandé par exemple de façon rhétorique. « Il y a des enfants dans le bateau qui savaient nager », a répondu le passeur, du tac au tac.

Rattrapé par une affaire de séquestration six ans après

Travaillant comme magasinier dans une entreprise de Nîmes (Gard), un Mahorais était jugé, ce mardi, pour une affaire datant du 8 juillet 2016. Ce jour-là, avec sept autres personnes, ils ont enlevé et séquestré un homme dans le banga du prévenu à Trévani. La raison ? Deux jours avant, l’un des membres de la bande a agressé au couteau le cousin de la victime et son nom est arrivé aux oreilles des gendarmes. Les représailles particulièrement violentes du 8 juillet impliquaient des brûlures de cigarettes sur la peau, des coups de pied et de poing alors que la victime était attachée et masquée par un sac mis sur la tête. « Mon client nie les faits. Il était simplement présent », plaide maître Érick Hesler. « On sait qui a frappé en premier et on connaît celui qui a fait les brûlures de cigarettes et mis le sac. Puis la victime étant masquée, elle n’a pas su dire qui a donné les coups », ajoute-il. Les autres prévenus ayant confirmé « que tout le monde a donné des coups », les juges ont condamné le jeune homme à un an de prison ferme, confirmant la peine en première instance. Au vu de l’insertion et d’absence de casier judiciaire de celui-ci, il pourrait être détenu à domicile avec un bracelet électronique.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1021

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

François Braun : « il faut donner les moyens aux professionnels de travailler »

Le ministre de la Santé et de la Prévention a visité le centre hospitalier de Mayotte, ce mardi 29 novembre. L’occasion de confirmer la...

Le Conservatoire du littoral entame « un plan de reconquête du littoral »

Ce mardi 29 novembre, dans les locaux la communauté de communes de Petite-terre, l’antenne de Mayotte du Conservatoire du littoral a réuni gestionnaires, institutions...

Faux en écriture au port de Longoni : le procès en diffamation dans l’impasse

Les dissensions entre les acteurs du port sont connues et débouchent ces derniers temps sur des actions en justice. Ce mardi 29 novembre, le...

Coopération économique : et si Mayotte se positionnait en leader régional ?

En réponse aux événements violents de ces derniers jours, Alain Kamal Martial prône la mobilisation d’hommes et de femmes sérieux pour relancer l’économie et...

Air Austral change de terminal à Roissy

Les travaux à l’aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle ne sont pas sans conséquences pour les compagnies y travaillant. La Réunionnaise Air Austral, par exemple, rejoint le...