100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Prison de Majicavo : « Une cocotte-minute prête à exploser »

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

Au cours du mois d’août, le centre pénitentiaire de Mayotte a vu son nombre de détenus monté à plus de 500, alors que sa capacité théorique est de 278 places. Salimou Assani, du syndicat Force ouvrière, ne cache pas son inquiétude concernant les conditions de travail des agents et les risques d’une telle situation.

En mars, quelques semaines après la visite d’Éric Dupond-Moretti, plusieurs détenus s’étaient rebellés et avaient refusé de quitter la cour de promenade (voir Flash Infos du 31 mars 2022). Le GIGN (groupe d’intervention de la gendarmerie nationale) avait dû intervenir après plusieurs heures de blocage. Cet événement n’avait pas manqué de faire réagir les syndicats de surveillants pour qui la surpopulation carcérale est la première des causes. Et le ministère de la Justice en a bien conscience puisqu’il a annoncé la construction d’une deuxième prison en mars dernier afin de soulager celle vieille de huit ans seulement. « Mais ça va prendre une décennie », estime Salimou Assani, secrétaire Force ouvrière-Justice.

Décrivant « une cocotte-minute prête à exploser », il pointe les problèmes constatés aujourd’hui. D’abord pour les détenus qui se retrouvent à quatre dans des cellules de neuf mètres carrés. « On a près de 140 matelas au sol », comptabilise le syndicaliste. Une buanderie et une restauration pas calibrées pour un tel monde, des pannes régulières du réseau des eaux usées, les bâtiments souffrent de cette situation. Et il en va également de la sécurité des agents. Car si le nombre de détenus augmente, le leur stagne. Conflits entre villages, manque de structure psychiatrique, les problèmes de Mayotte ont une incidence sur ce qui se passe à l’intérieur du centre pénitentiaire. « Avec quatre détenus par cellule, on ne s’est pas ce qu’on peut découvrir en ouvrant les portes. Ce sont les agents qui sont ensuite tenus pour responsable. » Il y a trois semaines, un détenu en a étranglé un autre. C’est grâce à l’alerte du troisième occupant de la cellule que la victime a échappé à la mort.

Des transferts réguliers vers La Réunion

Afin de contrôler un taux d’occupation aujourd’hui à 180%, des prisonniers sont régulièrement envoyés en métropole ou à la prison du Port (La Réunion) depuis 2019. Actuellement, au moins deux détenus par semaine sont ainsi transférés de l’autre côté de l’océan Indien, où les tensions communautaires sont pourtant courantes. Quant aux bracelets électroniques, alternative à la détention, il n’y en a qu’une cinquantaine sur l’île. Pour réduire cette surpopulation, le secrétaire de FO-Justice indique pourtant que la construction « en urgence » d’un bâtiment de « 200 places » est possible sur le terrain de deux hectares adjacents aux locaux actuels*. Il demande aussi « que soit augmenter les mesures alternatives ».

Car la justice ne peut faire autrement que de continuer son travail au vu de l’actualité judiciaire du territoire. Le mois dernier, il y a eu par exemple une cinquantaine de mandats de dépôts. « Ça reflète ce qui se passe à l’extérieur », fait remarquer Salimou Assani.

*La direction territoriale de la mission des services pénitentiaires de l’Outre-Mer, dont dépend la prison de Majicavo, n’a pu répondre dans les temps à nos questions.

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

Intrusion au CHM : un homme de 29 ans et un mineur de 17 ans interpellés

La police de Mamoudzou a arrêté deux personnes suspectés de vol, ce jeudi 26 janvier. Ils seraient les auteurs du cambriolage du centre hospitalier...

Après un droit de retrait, ce vendredi matin, la barge reprend

Quelques chanceux ont réussi à prendre les premières barges du service des transports maritimes (STM), ce vendredi matin. Ensuite, à 7h, la rotation s'est...

La Cadéma désavoue le syndicat des Eaux de Mayotte

Au premier point abordé ce jeudi soir, en réunion de conseil, la Cadéma (communauté d’agglomération de Dembéni-Mamoudzou) avait décidé de mettre sa menace à...

Pamandzi ou Bouyouni, le choix se fera en 2023

Un nouveau dossier de présentation sur le projet de la piste longue à Mayotte vient d’être publié par la direction générale de l’aviation civile...

« Est-ce que je me vois à la télé ? » : état des lieux de l’audiovisuel mahorais

Le Conseil de la culture, de l’éducation et de l’environnement de Mayotte (CCEEM) a présenté, ce jeudi 26 janvier, son rapport intitulé « État de...