100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Festival Sanaa : Le maire de Mamoudzou déterminé à combattre les « terroristes »

À lire également

Ramadan à Mayotte : Un mois sacré sous le signe du confinement

Ce soir se déroule la “nuit du doute” pour les fidèles musulmans. Traditionnellement, si le croissant de la nouvelle lune est observé, alors débute le mois du ramadan. Une période avant tout sacrée pour les musulmans, mais aussi ponctuée de festivités quotidiennes, rupture du jeûne en tête. Cette année toutefois, c’est un ramadan confiné qui aura lieu. De quoi bouleverser les habitudes.

Mayotte TV Islam, la nouvelle web TV qui parle de l’Islam à Mayotte

Le paysage audiovisuel mahorais compte désormais une nouvelle chaîne. Mayotte TV Islam fait son entrée en proposant un programme consacré entièrement à la pratique de l’Islam sur l’île. La chaîne est pour le moment une web TV, mais elle a l’ambition de se développer rapidement.

À Mayotte, le grand flou artistique autour des mesures de soutien

Les acteurs mahorais du spectacle restent dans la tourmente : alors que le gouvernement a déployé des aides aux intermittents lésés par l’annulation des événements culturels, leurs homologues locaux ne pourront pas y prétendre, ce statut juridique n’existant pas au sein du 101ème département. 

Flou artistique autour des arts de la scène

Les artistes et intermittents du spectacle ne peuvent, à Mayotte, prétendre au statut juridique spécifique pourtant de vigueur en métropole, du fait de l’application tardive du droit du travail dans le 101ème département. Une situation qui complique encore un peu plus l’avenir de ces professionnels, souvent écartés des décisions politiques.

 

Déçu que son festival international des arts ne soit pas resté qu’une grande messe populaire, le maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaïla, ne veut cependant pas laisser gagner la délinquance et enclenchera dès ce lundi une réunion avec différents acteurs ayant pour thème la sécurisation de ces évènements.

Flash Infos : Quel était le dispositif de sécurité pour ce festival, et était-il adapté au nombre de spectateurs ?

Ambdilwahedou Soumaïla : On avait une soixantaine de gendarmes et de policiers mobilisés sur l’ensemble du festival, pendant les trois jours. Mais aussi une vingtaine de policiers municipaux, deux sociétés de gardiennage représentant une trentaine d’hommes, ainsi que des jeunes de Mamoudzou, venus bénévolement prêter main forte, vêtus de gilets jaunes, aux alentours de la scène. Niveau spectateurs, on compte 12.300 entrées jeudi, 14.000 vendredi et à peu près 15.000 samedi. Globalement, c’est positif.

FI.: Quel est le bilan humain et matériel de ces violences ?

A.S. : Le service départemental d’incendie et de secours (SDIS) de Mayotte a confirmé à la police nationale qu’une dizaine de personnes avait été prise en charge. Ce n’est pas à cause des affrontements, mais des gaz lacrymogènes qui ont été lancés. Le centre-ville a été sécurisé pour éviter que des magasins soient pillés et que des voitures soient vandalisées. Au centre de la scène, c’est une petite bagarre qui a dégénéré en un mouvement de foule. C’est là que les fauteurs de trouble, que j’appelle aujourd’hui des terroristes, ont profité de ça pour s’attaquer aux forces de l’ordre, qui ont dû riposter pour les disperser hors du centre-ville.

Ensuite, ils s’en sont pris aux biens des gens qui étaient sur leur passage, notamment à Mgombani. Puis ça s’est enchaîné à Passamaïnty, où ça avait commencé, un peu plus tôt, vers 19-20 heures. On se voit demain [ce lundi], avec tous les protagonistes du domaine de la sécurité civile, comme les pompiers, pour tout détailler.

FI : De l’avis général, le festival Sanaa a été une franche réussite, jusqu’aux évènements de samedi soir. Quel est votre sentiment aujourd’hui ?

A.S. : C’est un gros sentiment de gâchis ! Je profite de votre espace pour relayer mes plus plates excuses à l’ensemble des femmes, des hommes et de tous les Mahorais qui ont voulu se déplacer, après ces deux ans où il était impossible de sortir à cause du Covid, qui ont voulu participer à la fête, s’aérer l’esprit… Je ne peux que m’excuser de cette dernière ligne droite qui a été ratée. Mais ce n’est que partie remise. Ce ne sont pas ces terroristes qui nous feront baisser les bras ou changer d’orientation. On veut une ville qui vit, animée, aménagée, et tous ces éléments culturels participent à notre projet de territoire, que nous voulons attractif, et donc sécurisé.

Ce festival international était une opportunité pour nos artistes locaux, qui ont besoin de scènes pour se mettre en valeur, qui ont besoin d’accueillir des artistes internationaux pour échanger, partager leurs expériences. Toutes ces initiatives sont importantes pour faire découvrir Mayotte dans d’autres lieux. C’est la raison pour laquelle nous ne subirons pas, nous ne reculerons pas, nous ne cèderons pas face à ces terroristes. Mayotte, c’est chez nous, et on continuera à défendre notre territoire.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1021

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

François Braun : « il faut donner les moyens aux professionnels de travailler »

Le ministre de la Santé et de la Prévention a visité le centre hospitalier de Mayotte, ce mardi 29 novembre. L’occasion de confirmer la...

Le Conservatoire du littoral entame « un plan de reconquête du littoral »

Ce mardi 29 novembre, dans les locaux la communauté de communes de Petite-terre, l’antenne de Mayotte du Conservatoire du littoral a réuni gestionnaires, institutions...

Faux en écriture au port de Longoni : le procès en diffamation dans l’impasse

Les dissensions entre les acteurs du port sont connues et débouchent ces derniers temps sur des actions en justice. Ce mardi 29 novembre, le...

Coopération économique : et si Mayotte se positionnait en leader régional ?

En réponse aux événements violents de ces derniers jours, Alain Kamal Martial prône la mobilisation d’hommes et de femmes sérieux pour relancer l’économie et...

Air Austral change de terminal à Roissy

Les travaux à l’aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle ne sont pas sans conséquences pour les compagnies y travaillant. La Réunionnaise Air Austral, par exemple, rejoint le...