100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Vatel

Le premier conseil des prud’hommes donne ses pouvoirs aux femmes

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

Amené à traiter les litiges entre employeurs et salariés, le conseil des prud’hommes fait ses premiers pas sur Mayotte. Après les prestations de serment mardi matin (voir Flash Info n°5147), les conseillers prud’homaux ont élus ce jeudi 20 janvier que des présidentes et vice-présidentes dans les différentes sections. Explications.

Qui sont les conseillers prud’homaux ?

Ils viennent du monde de travail mahorais et sont répartis entre deux collèges, celui des employeurs et un autre pour les salariés. À Mayotte, ils sont 28 à avoir été nommés en tant que conseillers. Le collège des employeurs comprend deux conseillers de moins que celui des salariés. Pour chaque audience, quatre conseillers (deux pour chaque collège) seront amenés à siéger.

Pourquoi élire des présidents et vice-présidents ?

Leur rôle est primordial dans l’instance. « Ils mettront en place le règlement intérieur du conseil et organiseront le roulement », explique Benoît Rousseau, le vice-président du tribunal de Mamoudzou. Ce dernier interviendra régulièrement dans le fonctionnement de ce nouveau conseil. Lors de l’assemblée élective, ce jeudi matin, deux femmes ont été élues à l’unanimité par leurs collèges respectifs. Gaëlle Biguet (collège des employeurs), 47 ans, est la première présidente du conseil des prud’hommes de l’île. Directrice du centre d’affaires de Mayotte, elle confie : « C’est un grand honneur d’être la première représentante du conseil des prud’hommes de Mayotte ». Sa vice-présidente, Ambaria Madi, est référente d’une agence bancaire de la BFC. À bientôt 44 ans, elle a connu et surtout siégé au tribunal du travail de 2018 à 2021.

premier-conseil-prudhommes-donne-pouvoirs-femmes
Chaque collège (employeurs et salariés) a élu ses présidents et vice-présidents.

Quand le conseil sera-t-il en fonction ?

La première audience est déjà programmée au jeudi 17 février, soit trois jours après celle d’installation. Cependant, le fonctionnement à ce moment-là ne sera pas encore dans les standards des prud’hommes, puisque le juge départiteur (un juge professionnel du tribunal de Mamoudzou) sera aux côtés des quatre conseillers lors des premières audiences. Ce dispositif sera en place le temps que les affaires datant d’avant 2022 soient jugées. Ensuite, il ne servira qu’au cours des affaires où les conseillers (au nombre de quatre) n’auront pas réussi à se mettre d’accord.

Quelle est la différence entre prud’hommes et tribunal du travail.

Auparavant, c’est le tribunal de travail qui était en charge des litiges liés au droit du travail. Son fonctionnement était quelque peu différent. Le juge départiteur menait les débats et c’étaient ses deux assesseurs qui représentaient les employeurs et les salariés. « Un tribunal hybride », résume Laurent Ben Kemoun, le président du tribunal.

Qu’apporte le passage aux prud’hommes pour les justiciables.

« Une égalité devant la loi », répond le président du tribunal. « Vous serez jugés de la même manière ici et en métropole. »

Le conseil va-t-il se réunir souvent ?

Le nombre d’affaires traitées devraient être sensiblement le même. « Nous [en] avons traités 130 l’année dernière. Il en reste 54 à passer », résume Benoît Rousseau. Après la première audience le 17 février, deux dates sont déjà prévues en février et mars. À l’heure actuelle, une dizaine de requêtes ont été faites depuis le 1er janvier 2022 et pourront être jugées de la même manière qu’en métropole.

premier-conseil-prudhommes-donne-pouvoirs-femmes
Gaëlle Biguet est la première présidente du conseil des prud’hommes de Mayotte.

Des élues au pouvoir au moins un an

Dans les élections suivantes, Anfia Boinali (membre du collège des salariés) a été choisie comme présidente de la section interprofessionnelle. Lydia Dorol (collège des employeurs) l’assistera dans sa tâche en tant que vice-présidente. La section encadrement, qui sera amené comme son nom l’indique à juger les affaires concernant des cadres salariés, a aussi une présidente et une vice-présidente. La première sera Sitti Batou Saïd Ali (employeurs), tandis que Mounira Madi (salariés) a été élue en tant que vice-présidente. Au total, six femmes ont donc été élues ce jeudi matin. Toutefois, cette hégémonie pourrait changer dès l’an prochain. De nouvelles nominations, débouchant sur des élections, sont déjà prévues en 2023 pour se calquer sur les mandats des élus de métropole. Ensuite, les conseillers des prud’hommes mahorais devront respecter un mandat de quatre ans.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1000

Le journal des jeunes

À la Une

Toutes les informations à connaître sur vos candidats aux élections législatives

Le ministère de l’Intérieur a publié ce mardi 24 mai la liste des candidats officiels enregistrés en préfecture pour le 1er tour des élections...

La Cimade annule sa procédure judiciaire entamée contre le Collectif des Citoyens

Le procès à l’encontre de trois membres du Collectif des Citoyens poursuivi par la Cimade, qui devait avoir lieu ce mardi 24 mai, a...

Une boutique pédagogique pour former les futurs professionnels de la vente à Sada

Premier dispositif de cette envergure à Mayotte, la boutique pédagogique du lycée de Sada a ouvert ses portes salle B210, ce mardi 24 mai...

Débat télévisé : une question de légitimité …

Dans le cadre des élections législatives 2022, la télévision publique organise ses traditionnels débats permettant aux différents candidats en lice de défendre leurs programmes...

Diabète : « Si une personne est petite et en surpoids, il y a déjà un facteur de risques. »

Ce mardi 24 mai se déroulait une matinée de sensibilisation sur la thématique du diabète. Organisée par le centre communal d’action sociale de la...
/* CODE DE SUIVI LINKEDIN----------------------------------------*/