L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Votez !

Meurtre de Christophe : les auteurs présumés passent aux Assises

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Attendu par la famille de Christophe Brousset, le procès d’assises des auteurs présumés du meurtre du restaurateur en 2016 commence, ce mercredi 22 mars, au tribunal judiciaire de Mayotte. Trois mineurs (à l’époque) sont accusés d’avoir donné ou d’être complices des coups de couteau à l’homme qui allait chercher son fils au judo, devant le collège K1, à Kawéni. Deux jeunes hommes de 23 et 24 ans seront sur le banc des accusés (le troisième, plus jeune, a déjà été jugé en 2019 par un juge pour enfants).

Il y a des faits divers marquants pour un territoire. La mort de Christophe Brousset, le vendredi 15 avril 2016, en fait partie. Devant le collège K1, à Kawéni, le restaurateur de 38 ans a perdu la vie pour une banale sacoche. Ce soir-là, il venait chercher son fils de 13 ans, licencié au judo, quand une bande de jeunes du quartier s’en sont pris à lui. Sous la menace d’un couteau, le père de famille avait refusé de leur remettre ses affaires. L’un des agresseurs a alors planté son couteau au niveau du cœur, avant de s’enfuir sous les yeux de la compagne de la victime.

Trois mineurs ont été rapidement interpellés, dont l’un dès le lendemain des faits. Le plus jeune, âgé de 13 ans, avait été livré au commissariat par son père, le mercredi 20 avril 2016. Dans la même journée, un autre, celui qui aurait porté le coup de couteau, a été immobilisé par la foule à Kawéni, en attendant l’intervention de la police. Tous les trois étaient connus des services de police.

Une marche blanche

Le crime crapuleux avait déclenché une vive émotion sur l’île. Les jours qui ont suivi les faits, une marche blanche a été organisée et un appel (déjà) à mettre fin à l’insécurité avait été lancé. Le procès devant la cour d’assises des mineurs, qui doit avoir lieu de ce mercredi à vendredi, doit permettre de savoir lequel des deux accusés de 23 et 24 ans est l’auteur du coup fatal (selon nos informations, le plus jeune des trois a déjà été condamné par un juge des enfants en 2019).

Ils devront répondre du chef de vol avec violence ayant entraîné la mort, avec la réunion en tant que circonstance aggravante. En cas de condamnation, ils encourent la réclusion à perpétuité, ou vingt ans de prison si l’excuse de minorité est retenue.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1084

Le journal des jeunes

À la Une

Un nouveau cas de choléra détecté à Koungou ce jeudi

La préfecture de Mayotte et l’Agence régionale de santé (ARS) confirment qu’une nouvelle personne atteinte du choléra a été identifiée, ce jeudi 11 avril....

TME : Catégorie entreprise innovante

Par les perspectives qu’elles offrent pour l’économie mahoraise et les nouvelles filières qu’elles développent, cinq structures ont retenu notre attention dans la catégorie entreprise...

Deux scénarios possibles pour le contournement routier de Combani

Le conseil départemental a décidé, ce mardi, de reprendre la main sur les prochaines étapes de la construction du contournement routier de Combani, le...

Des stades pleins pour les finales des tournois ramadan

Les finales des tournois de ramadan sponsorisés par Orange se sont tenues ce jeudi 11 avril, journée de fête de l’Aïd-el-fitr. Les dernières rencontres...

Comores : Trente-huit détenus s’évadent de la prison de Moroni

Un militaire qui figure parmi les détenus serait à l’origine de la débandade de ce jeudi matin, selon les déclarations du chef du parquet...