100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Entre 150 et 200 euros requis contre Estelle et Christophe Youssouffa, accusés de rébellion lors de la visite de Macron

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

En visite à Mayotte le 22 octobre 2019, le président de la République, Emmanuel Macron, doit donner son premier discours à la sortie du ponton de Mamoudzou. Sur les lieux, Estelle et Christophe Youssouffa se font interpeller par les forces de l’ordre à l’angle du rond-point Passot. Poursuivis pour actes de rébellion, ils comparaissaient ce mercredi au tribunal judiciaire. Si le ministère public a requis entre 150 et 200 euros d’amende pour chacun d’eux, ils devront attendre une semaine de plus pour être fixés sur leur sort.

Salouva traditionnel pour l’une, chemise-cravate pour l’autre. Derrière les apparences convenables, Estelle et Christophe Youssouffa doivent répondre de leurs actes devant la justice ce mercredi au tribunal correctionnel de Mamoudzou. Plus précisément d’actes de rébellion à l’encontre de deux fonctionnaires de police à l’occasion de la visite présidentielle le 22 octobre 2019.

estelle-christophe-youssouffa-accuses-rebellion-visite-macron

Ce jour-là, la scène de l’interpellation de la présidente du collectif des citoyens de Mayotte et de son frère par quatre agents se répand comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux. Après avoir appelé la population à porter un t-shirt blanc pour marquer le coup, les deux militants se retrouvent dans le collimateur des forces de l’ordre. Passé le cordon de sécurité situé à l’angle du rond-point Passot, impossible d’approcher l’accès au podium sur lequel Emmanuel Macron doit donner son premier discours. Les deux voient rouge et manifestent leur « droit de circuler ». « On nous a empêchés de voir le président. L’idée n’était en aucun cas d’haranguer la foule », insiste Christophe Youssouffa. Face au mur de gros bras qui se dresse devant eux, l’incompréhension les gagne avant que le sous-préfet de l’époque en charge de la lutte contre l’immigration clandestine, Julien Kerdoncuff, les informe de « notre mise à l’écart publique et humiliante », grimace Estelle Youssouffa. « On ne représentait aucune menace. »

« Emmenés manu militari »

En guise de contestation, le frère et la sœur décident de s’asseoir. « Vous avez refusé de vous lever d’un périmètre de sécurité, vous avez provoqué par votre comportement un rassemblement massif », déroule le président Kamel Souhail lors du rappel des faits. Les esprits s’échauffent. Christophe Youssouffa tente de poursuivre son chemin dans « la direction interdite », se retrouve nez à nez avec des fonctionnaires et adopte une « attitude provocatrice et moqueuse ». « On est restés passifs et ils nous ont emmenés manu militari ! Le policier a étouffé mon frère sous mes yeux pour l’immobiliser. Il était incapable de respirer », précise Estelle Youssouffa. « On vous a reproché d’être intervenue », lui répond du tac-au-tac le juge. Dans le feu de l’action, une bouteille se déverse sur les représentants du ministère de l’Intérieur. « Je me suis arrêté pour boire, c’est parti de manière involontaire. Il n’y avait aucune volonté de blesser ou de résister », se défend le trentenaire. Mais c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase… Direction le commissariat !

Des réquisitions d’apaisement

« Je n’ai pas vu, dans les images, de comportements ou de gestes qui qualifient un acte de rébellion », note toutefois le procureur de la République, Yann Le Bris, au moment d’effectuer ses réquisitions. Et de notifier que la jurisprudence a eu l’occasion de poser le principe selon lequel, « le fait d’opposer une résistance violente aux personnes dépositaires de l’autorité publique doit s’entendre d’un acte de résistance active à l’intervention de ces personnes : la simple résistance passive et la force d’inertie ne sont pas des éléments constitutifs du délit de rébellion » (Cour de cassation, chambre Criminelle 1er mars 2006). Aussi, le magistrat joue-t-il la carte de l’apaisement et de la pédagogie : Yann Le Bris plaide pour une peine de 150 à 200 euros pour « rappeler aux uns et aux autres leur responsabilité ».

Une note déjà bien trop salée au goût de l’avocate de la défense, qui souhaite « faire reconnaître le principe de leur innocence dans cette affaire ». Maître Sabrina Goldman dénonce un dossier vide et une extrapolation du procès-verbal. « Vous ne pourrez qu’entrer en voie de relaxe », conclut-elle. Suffisant pour convaincre le président du tribunal correctionnel, Kamel Souhail ? Décision le 14 septembre prochain.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°966

Le journal des jeunes

À la Une

Intersyndicale des taxis de Mayotte : « le Département prend le travail des chauffeurs de taxis »

Lassitude, incompréhension, colère… C’est dans cet état d’esprit que se trouvent les chauffeurs de taxis de Mayotte. Révoltés par un plan de transports interurbains...

Naissance/mortalité à Mayotte : l’année 2020, une exception à la règle

2020 se démarque par une baisse sensible des naissances. Un indicateur à prendre avec des pincettes puisque 2021 pourrait coïncider avec le franchissement de...

Journées européennes du patrimoine : 40 événements à Mayotte pour une 38ème édition encore sous la menace Covid

Pendant trois jours, la population aura l’occasion de découvrir les richesses du territoire à travers les nombreuses activités proposées par les collectivités et les...

Colocs ! : “Passer du tabou à libération de la parole en 13 minutes, c’est assez dingue”

Diffusée depuis le 6 septembre sur Mayotte La 1ère, la série Colocs ! alimente des débats parfois houleux sur les réseaux sociaux, après seulement...

1.2 million d’euros pour structurer le territoire et les clubs et relancer la pratique sportive

Le domaine du sport n’a pas été épargné par les conséquences de la crise sanitaire. En France, 30% des licenciés n’ont pas renouvelé leur...