100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

L’ESS Tour prêt à sillonner Mayotte pour aller au plus près des porteurs de projet

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Les poissonneries mahoraises ont le bec dans l’eau

À Mayotte, la préfecture a autorisé le maintien des activités de pêche. Une bonne nouvelle pour le secteur, qui se retrouve maintenant confronté à un problème de stockages des produits frais. Les poissonneries et les coopératives sont aujourd’hui les premières à faire les frais du manque de structures adaptées. 

Mercredi 8 septembre, en plein cœur de la ville de Sada, la chambre régionale de l’économie sociale et solidaire Mayotte a inauguré l’ESS Tour. L’occasion de présenter au grand public ce nouvel outil de sensibilisation itinérant, qui a pour but de convaincre les porteurs de projet de passer le cap.

L’ESS Tour, quesaco ? Ce dispositif opérationnel a pour vocation d’être au plus près de la population dans l’espoir de promouvoir l’économie sociale et solidaire (ESS) au sein du 101ème département français. Toutes les deux ou trois semaines, la tente de l’ESS Tour se déplacera de villes en villes afin d’aller au plus près des habitants. L’objectif donc ? Accueillir toutes les générations, discuter, débattre et créer des projets autour de thématiques variées. “De nombreuses animations et ateliers destinés à un large public et adaptés aux besoins de chaque localité seront mises en place sous la tente de l’ESS Tour”, explique Alexandre Morau, responsable du Fanya’Lab au sein de la CRESS de Mayotte. Un projet plein de sens pour la chambre régionale, qui forte de ses résultats en 2020 entend bien continuer à agir sur le territoire. “L’année passée, nous avons accompagné 102 porteurs de projet dans la création ou la consolidation de leur activité. 77 emplois ont pu être créés et 123 pérennisés”, se félicite le nouveau directeur de l’institution, Kamal Youssouf.

L’ESS comme mantra

L’ESS est dans l’ADN des mahorais”, clame son président, Kadafi Attoumani, avant de rappeler la définition même de celle-ci. “Souvent, les gens pensent que l’ESS est un mode de structure, mais elle est un mode d’entreprendre.” En effet, l’ESS désigne un ensemble d’entreprises organisées sous forme de coopératives, de mutuelles, d’ associations, ou encore de fondations. Leur fonctionnement interne et leurs activités sont fondés sur un principe de solidarité et d’utilité sociale. Un modèle ambitieux qui pourrait bien être l’avenir de Mayotte.

Le nouvel outil de la CRESS voit le jour dans un contexte de travail collectif. Financé par le conseil départemental et le fond de solidarité de l’Union européenne, il est aussi l’aboutissement d’un travail en lien avec les différents acteurs de l’île. “Notre but est de faire un travail de proximité. Lors de nos interventions dans les villes, nous travaillerons en lien avec les équipes des mairies et des associations locales afin d’identifier les besoins des territoires et des populations”, précise Alexandre Morau. Pour cela, Laydine Soulaimana et Saira Saïd, deux porteurs de projet de la CRESS, animeront les ateliers. Ils pourront également être épaulés par des intervenants si les sujets le permettent. “On peut imaginer que sur une thématique en lien avec la recherche d’emploi, des salariés de Pôle emploi puissent participer à des activités de l’ESS Tour”, affirme Kamal Youssouf. “Notre objectif étant la coordination entre les différents partenaires afin d’accompagner au mieux la population.” Un beau projet qui débute ce mercredi et qui n’a pas fini de faire parler de lui.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°966

Le journal des jeunes

À la Une

Intersyndicale des taxis de Mayotte : « le Département prend le travail des chauffeurs de taxis »

Lassitude, incompréhension, colère… C’est dans cet état d’esprit que se trouvent les chauffeurs de taxis de Mayotte. Révoltés par un plan de transports interurbains...

Naissance/mortalité à Mayotte : l’année 2020, une exception à la règle

2020 se démarque par une baisse sensible des naissances. Un indicateur à prendre avec des pincettes puisque 2021 pourrait coïncider avec le franchissement de...

Journées européennes du patrimoine : 40 événements à Mayotte pour une 38ème édition encore sous la menace Covid

Pendant trois jours, la population aura l’occasion de découvrir les richesses du territoire à travers les nombreuses activités proposées par les collectivités et les...

Colocs ! : “Passer du tabou à libération de la parole en 13 minutes, c’est assez dingue”

Diffusée depuis le 6 septembre sur Mayotte La 1ère, la série Colocs ! alimente des débats parfois houleux sur les réseaux sociaux, après seulement...

1.2 million d’euros pour structurer le territoire et les clubs et relancer la pratique sportive

Le domaine du sport n’a pas été épargné par les conséquences de la crise sanitaire. En France, 30% des licenciés n’ont pas renouvelé leur...