Élection contestée au SMEAM : avis défavorable du rapporteur contre Bavi

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Deux mois après une élection contestée, la plainte de l’ancien président du Syndicat mixte d’eau et d’assainissement de Mayotte était jugée ce mardi au tribunal administratif.

C’est une guéguerre dont on ne voit plus le bout ! Après avoir été une première fois débouté par le juge des référés en août, le recours de l’ancien président du Syndicat mixte d’eau et d’assainissement de Mayotte (SMEAM), Moussa Mouhamadi Bavi, est arrivé devant le Tribunal administratif ce mardi, réuni en audience collégiale. Et s’il faudra attendre encore deux semaines pour connaître le jugement de cette affaire, mise en délibéré, les conclusions du rapporteur public Simon Riou ne vont en tout cas pas dans le sens du demandeur.

Pour rappel, l’élection du nouveau comité du syndicat le 30 juillet dernier s’était déroulée dans une jolie cacophonie. Le doyen, qui présidait l’audience, était allé jusqu’à demander la levée de la séance face à l’absence de titulaires de certaines communes, représentés par leurs suppléants. Ce qui constituait pour les contestataires un manque de légalité de la procédure. Après une prise de bec véhémente entre le doyen et le maire de Pamandzi, Moussa Mouhamadi Bavi avait alors décidé de quitter les lieux avec ses quinze colistiers. Qu’à cela ne tienne ! Ce départ théâtral n’aura pas empêché les 18 délégués restants – sur les 34, soit 2 par commune qui composent le comité – d’élire à la majorité des voix Fahardine Ahamada, le maire de Bandraboua, nouveau président du SMEAM.

Mais le président sortant ne l’entendait pas de cette oreille et a donc saisi le tribunal administratif pour demander l’annulation de cette élection. “Il s’agit là d’un contentieux de passation de pouvoir”, a résumé le rapporteur en évoquant les fonctions du demandeur. Avant de débouter son argumentaire. D’abord, au sujet du délégué de Pamandzi qui n’était pas conseiller municipal et n’avait pas donc pas le droit de participer à cette délibération. “Cela s’est su avant la séance, et ce délégué n’a donc pas participé au vote”, a récusé Simon Riou.

La convocation pour l’élection envoyée par Bavi

Autre sujet de la plainte : les délégations de Dzaoudzi et de la Cadema avaient été informées seulement la veille de la tenue de la séance, a fait valoir le demandeur. “Mais la jurisprudence juge qu’il y a irrégularité dans la procédure, seulement si le retard de la convocation a empêché les personnes d’êtres présentes”, a noté le rapporteur. Ce qui n’était pas le cas cette fois-là. Pour couronner le tout, le demandeur est “par ailleurs bien malvenu d’invoquer ce contexte, dans la mesure où c’est lui-même qui a convoqué rapidement le comité en vue de l’élection du SMEAM, avant même que toutes les communes aient eu le temps de désigner leurs délégués…”, a aussi pris soin de rappeler le rapporteur. Quant au quorum nécessaire pour le vote, il était complet malgré le départ des 16 délégués derrière Bavi.

Reste maintenant aux magistrats de suivre ou non les propositions du rapporteur public, membre du conseil d’État dont le rôle est d’éclairer, en toute indépendance, le jugement lors des audiences publiques. Rendez-vous dans deux semaines, pour le délibéré… Et le fin mot de l’histoire ? “Nous déciderons de cela en groupe, une fois que nous aurons la réponse”, a simplement commenté l’ancien président du SMEAM.

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

Mayotte : La première sirène d’alerte inaugurée à Dembéni deux ans après les secousses

Les missions d’étude du volcan responsable des séismes de 2018 ont mis en évidence le risque de tsunami qui menace Mayotte. Pour s’en prémunir,...

Carole Lambert : “Exister c’est se montrer, accepter qu’il y ait des films, des livres qui parlent de Mayotte”

Carole Lambert - dont le dernier long métrage est Gueule d’ange, avec Marion Cotillard - est la productrice du film Le destin de Mo,...

Un cluster à la mairie de Mamoudzou mène à la fermeture des services

La mairie de Mamoudzou n’est pas épargnée par les clusters qui se multiplient sur l’île. 5 agents ont contracté la Covid-19, ce qui a...

Sur la route de Mouboukini à Combani, « soit on mouille les chaussures, soit on ne traverse pas »

La réfection d'une voirie peut parfois créer de larges polémiques dans une commune. C'est le cas pour la route de Mouboukini à Combani où...

Protection de l’enfance : les professionnels de Mayotte face à Adrien Taquet

Pour sa deuxième journée, le secrétaire d’État en charge de l’enfance et des familles est allé à la rencontre des professionnels qui font face...