100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Vatel

Mayotte : Un documentaire sur les enfants de la Lune « pour faire bouger les lignes »

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Hier soir, Mayotte la 1ère diffusait un documentaire de 52 minutes sur « Les enfants de la Lune dans l’archipel des Comores ». Une immersion bouleversante dans le quotidien de ces jeunes, atteints d’une maladie génétique, mais aussi de l’association pour les déficients sensoriels de Mayotte (ADSM) qui les accompagne. Sa co-réalisatrice, Marion Thellier, espère que sa diffusion pourra faire évoluer les mentalités dans le bon sens.

Un documentaire à couper le souffle. Voire même qui vous interroge pendant de longues heures après son visionnage. « Nous espérons que les téléspectateurs seront aussi touchés que nous », confie sa co-réalisatrice, Marion Thellier, quelques heures avant la diffusion de « Les enfants de la Lune dans l’archipel des Comores » sur Mayotte la 1ère. Aucun doute là-dessus ! Le sujet est trop important et surtout trop peu évoqué pour laisser indifférent. L’idée de ce projet remonte à mars 2019 lors d’une rencontre avec le directeur de la Fédération Solidarité Communauté océan Indien (FSCOI) à La Réunion. « Il m’a expliqué la situation et la détresse à Anjouan mais aussi l’urgence de soigner et d’organiser l’évacuation sanitaire de deux adolescents à l’Île Maurice », rembobine l’ancienne journaliste, auparavant en poste à Kwézi. Contacté, Naftal-Dylan Soibri, gérant d’une société de production, accepte le challenge avec enthousiasme. « J’ai commencé à écrire de mon côté, c’était un véritable choc », se souvient la scénariste, au moment de se lancer dans la rédaction du script sur cette maladie génétique nommée Xeroderma Pigmentosum, qui se résume à un manque considérable de pigmentations et qui entraîne des microlésions sur la peau souvent cancéreuses. En d’autres termes, le soleil est leur pire ennemi !

« Une grosse claque dans la figure »

Le tournage débute alors en janvier, pour une durée de deux mois. Deux mois à sillonner l’île aux parfums et l’Union des Comores pour « mettre en lumière le courage et la joie de vivre de ces enfants ». À Anjouan, le duo rencontre le docteur Zahra Salim, l’unique dermatologue à s’occuper de ce public. « Elle a un plateau technique bien moindre par rapport à Mayotte, La Réunion ou Maurice. Elle ne peut agir que dans l’urgence, faute de soins préventifs », déplore Marion Thellier. Sur place, l’équipe partage le destin de ces familles laissées pour compte. « Nous avons été bouleversés ! Nous nous sommes pris une grosse claque dans la figure. Les enfants sont amenés à sortir rien que pour aller aux toilettes ou se doucher. La protection contre les rayons ultraviolets est minime. » Un constat sensiblement similaire à 70 kilomètres de là, dans le 101ème département. Les deux réalisateurs passent deux semaines aux côtés de l’association pour les déficients sensoriels de Mayotte (ADSM), auprès de qui ils emmagasinent bon nombre de renseignements sur les enfants de la Lune. « Notre but consiste à coordonner leur vie quotidienne avec la scolarité et les activités extrascolaires ainsi que leur prise en charge éducative et thérapeutique », souligne Marjolaine Ozoux, psychologue. La seule structure habilitée sur le territoire accueille les 0-5 ans dans son service d’accompagnement familial et d’éducation précoce (SAFEP) et les 6-21 dans son antenne lune. Ce qui représente une vingtaine d’enfants. « On a réalisé plusieurs séquences avec eux, comme les sorties pour leur éviter la réclusion, une visite médicale ou encore la rentrée scolaire d’un petit garçon », ajoute Marion Thellier.

Des filtres anti-UV pour enlever les scaphandres

L’école justement est le cheval de bataille de l’ADSM. Pour cela, l’association fait installer des filtres spéciaux anti-UV dans les classes « pour qu’ils puissent suivre les cours sans porter leur scaphandre », précise Marjolaine Ozoux. Suffisant pour leur assurer un suivi éducatif classique ? Pas vraiment ! « Très peu d’établissements existent pour eux malheureusement. Ce sont des enfants invisibles, qui sont souvent mis en marge et vivent en parallèle de la société mahoraise. » Tout l’inverse de la sphère privée, au sein de laquelle la maladie renforce les liens familiaux. Mais pour la co-réalisatrice, une autre problématique s’ajoute à ce parcours du combattant : les soins médicaux. Si les services pédiatriques et oncologiques du centre hospitalier de Mayotte jouent leur rôle, tous les enfants n’y auraient pas accès. « Ils ne peuvent pas prétendre à certaines prises en charge car des parents ne sont pas régularisés. » Un énième obstacle. À travers ce documentaire de 52 minutes, Marion Thellier espère donc « faire bouger les lignes politiques ». D’autant plus que le chiffre exact d’enfants de la Lune sur Mayotte reste encore obscur. Une chose est sure, « il y en a beaucoup plus qu’ailleurs » selon Marjolaine Ozoux. Voilà qui est dit !

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1000

Le journal des jeunes

À la Une

La collaboration entre les différents acteurs de l’éducation prônée aux Assises de la parentalité

Les Assises de la parentalité se sont déroulées du 23 au 25 mai dernier au centre universitaire de formation et de recherche de Dembéni....

Ylang-ylang, une identité mahoraise

En plein cœur de la commune de Tsingoni, Anwar Soumaila Moeva, ouvre chaque semaine les portes de son exploitation au grand public. Jardin mahorais...

Les financements de l’État en Outre-mer : Mayotte, le petit dernier de la classe

La Cour des comptes a publié ce mardi 24 mai un rapport intitulé « Les financements de l’État en Outre-mer ». Dans le document de 109...

Djamaldine Ali : “Entraîner Combani, c’est un beau défi”

Parmi les principaux mouvements de l’intersaison, le coach du champion en titre M’Zouazia a rejoint les Diables noirs de Combani, une équipe qui s’est...

Toutes les informations à connaître sur vos candidats aux élections législatives

Le ministère de l’Intérieur a publié ce mardi 24 mai la liste des candidats officiels enregistrés en préfecture pour le 1er tour des élections...
/* CODE DE SUIVI LINKEDIN----------------------------------------*/