100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Drôle de manège au centre équestre d’Hajangua

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

Entre les Cavaliers de Mayotte et le parc équestre d’Hajangua, les relations ne sont plus au beau fixe depuis plusieurs années. Après trois ans de collaboration entre 2014 et 2017, l’association ne voit “plus d’autre choix que d’aller devant la justice”. Selon l’une des bénévoles, le club hippique tenterait d’accaparer des biens et des subventions dues à la structure associative.

Remontée comme un coucou suisse, une bénévole, maman de cavalière, ne décolère lorsqu’il s’agit d’évoquer la tournure des événements qui se profile au club hippique d’Hajangua. D’un côté, l’association les Cavaliers de Mayotte en avait besoin pour pouvoir faire monter gratuitement la jeunesse mahoraise, n’y ayant pas vraiment d’accès. De l’autre, le centre équestre profitait de cette aubaine lorsqu’il était au plus bas, notamment financièrement, pour former aux métiers de l’éducation et payer la monitrice. Mais une volonté de vendre le parc aurait terni leurs relations… Pour les bénévoles, le gérant Alain Chartier tente de vendre des biens qu’ils ont pu acquérir en tant qu’association, c’est-à-dire avec de l’argent public. Tandis que le propriétaire clame haut et fort que tout est en règle et que l’ensemble du matériel ainsi que les chevaux ont été financé par lui, en toute légalité. “Nous avons tous les justificatifs de nos achats et j’ai confiance en la justice pour rétablir la vérité”, avance-t-il, sensiblement irrité face aux accusations portées.

 

Une ex-coquille vide ?

 

Selon la présidente des Cavaliers de Mayotte, qui souhaite garder l’anonymat, la vente au collège de Combani en 2017 n’aurait pas abouti car “ils n’ont plus de chevaux”. “C’est les subventions publiques qui ont permis d’apporter des poneys.” En d’autres termes selon elle, “c’est une coquille vide” sans l’appui de sa structure. Propriétaire du Parc équestre du Lagon depuis octobre 2018, Alain Chartier tient un tout autre discours. L’homme se serait arrangé pour faire venir des chevaux sur l’île, en payant lui-même, après le rachat du parc. Selon ses dires, les aides de l’association ne n’ont servi qu’à financer la venue des équidés jusqu’au 101ème département. « Ils ont eu des subventions pour le transport, du coup ils réclament la totalité du club. Mais tout leur appartient si on les écoute !” Pour résumer, chaque partie rejette la faute sur l’autre et s’accuse mutuellement d’être des voleurs.

 

Rendez-vous devant la justice

 

Ex-membre des Cavaliers de Mayotte, Alain Chartier regrette de se faire lyncher de la sorte après avoir mis toute son énergie et ses économies dans ce projet de reprise. “Je suis un professionnel du cheval et je suis entré dans l’association pour assurer la continuité de l’équitation à Mayotte”, rappelle-t-il. Aujourd’hui, l’homme de 74 ans compare les bénévoles à “des plaisantins, qui cherchent à s’accaparer des choses qui ne leur appartiennent pas” et laisse ses “avocats gérer l’affaire”. C’est la justice qui devra finalement mettre au clair cette affaire. Les avocats du centre et l’avocate de l’association seront reçus dès lundi au tribunal de grande instance pour trancher.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°976

Le journal des jeunes

À la Une

Aïcha, Nazla, Samira, Nayla, Soilahoudine et Noël, ambassadeurs des JO 2024

Du 9 au 17 octobre, six élèves de la classe Pierre de Coubertin-Alice Milliat sont allés enrichir leurs connaissances des Jeux Olympiques à Paris...

Les Naturalistes et 50 bénévoles paient un brin de toilette à l’îlot Mbouzi

Samedi matin, une cinquantaine de volontaires répondait à l'appel des Naturalistes de Mayotte pour une opération de nettoyage de l'îlot Mbouzi. Interdite aux visiteurs,...

Tsunamis et séismes à Mayotte, la nouvelle campagne de prévention est lancée

Le vendredi 26 novembre à la Case Rocher avait lieu le lancement de la nouvelle campagne de sensibilisation aux risques sismique et tsunamique à...

Les fonds européens se dépoussièrent au service des porteurs de projets mahorais

Le groupement d’intérêt public de Mayotte consacré aux fonds européens s’est présenté aux porteurs de projets privés et publics ce vendredi 26 novembre à...

Les taxis mabawa veulent plus que les miettes

Alors que les taximen mahorais ont déjà fort à faire avec les projets de transports interurbains que développe le département, ils doivent aussi faire...