L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

9000 mercis !

Crash du 26 février : l’assureur d’AB Aviation sommé de verser les provisions aux familles des victimes

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Les 101 ayant droits qui avaient intenté contre la compagnie un procès devant le juge de référé réclamaient des provisions s’élevant à plus de 505 millions de francs. Mais le magistrat, en a accordé qu’aux proches directs à savoir les conjoints, les enfants, ainsi que les parents. Chaque membre touchera 4.000 euros au lieu de 10.000.

Première victoire au niveau du volet civil pour les familles des douze passagers qui ont péri dans l’accident du vol d’AB Aviation. Après cinq mois de procédure, le juge de référé a finalement rendu sa décision le 24 novembre. Il a condamné Fly Zanzibar, propriétaire de l’avion qu’exploitait d’Ab Aviation, à verser les avances aux familles. Cette société tanzanienne comparaissait avec son assureur, Phoenix assurance. Leur avocat, maître Aicham Itibar, a annoncé son intention d’interjeter appel. Mais ce recours n’est pas suspensif souligne le conseiller des proches des victimes. A présent, les familles attendent le déblocage des sommes accordées. Le 30 mai dernier, quelques mois après le crash du Cessna Caravan qui s’est abimé en mer, le 26 février, huit des quatorze familles des victimes avaient saisi le juge pour réclamer des provisions. Estimés à 101, ces ayants droits, demandaient 505 millions de francs comoriens [plus d’un million d’euros] à la compagnie comorienne. La partie civile estimait que chaque proche rentrant dans la catégorie d’ayant droit recevrait cinq millions de francs. Sauf que dans son ordonnance, le juge de référé a considéré que pour le moment, il est urgent de n’accorder qu’aux parents directs, c’est-à-dire le père, la mère, les enfants et enfin les conjoints des victimes. Chacun, touchera la somme de deux millions de francs comoriens. Soit donc 4.000 euros que Phoenix, la police d’assurance où l’aéronef disparu au large de l’île de Moheli y était inscrit, doit verser.

Oncles et frères en stand-by

L’avion loué par AB Aviation pour assurer le transport domestique n’a jamais été retrouvé, après son accident survenu fin février. Ni l’épave encore moins les corps des victimes n’ont été localisés jusqu’à ce jour. Ce délibéré rendu le 24 novembre a certes satisfait l’avocat des huit familles plaignantes mais il ne répond en aucun moment aux principales attentes de ses clients a souligné, maître Saïd Mohamed Saïd Hassane. A propos de la somme décidée par le magistrat, ce dernier a rappelé que le juge était libre de fixer le montant. « Pour les autres ayant droits notamment les oncles, frères entre autres, leurs requêtes n’ont pas été jugées irrecevables. Pas du tout. Le magistrat a seulement privilégié les êtres plus proches. C’est pendant les audiences de fond que la question sera tranchée. Le premier rendez-vous est prévu pour le 14 février prochain », a ajouté le conseiller de la partie civile qui reste tout de même pragmatique pour la suite. « Car nous attendons surtout que les personnes responsables de l’accident soient identifiées, interpellés et traduits devant la justice. Parce qu’un avion ne tombe par hasard. Il y a forcément des personnes travaillant dans la chaine qui ont commis des erreurs et des fautes quelque part », a-t-il martelé.

Volet pénal bloqué

Les 4.000 euros évoqués ne sont pas des indemnisations au sens premier du terme, mais plutôt des provisions qui auraient dues être remises aux proches après  l’accident. Mais, la compagnie avait dans un premier temps refusé de les verser arguant que la règlementation comorienne régissant le transport domestique ne le prévoyait pas. Après plus d’un mois de bras de fer, les familles ont décidé de se tourner vers la justice en assignant AB Aviation et l’aviation civile, auprès du juge de référé. La compagnie comorienne a par la suite sollicité l’assignation de son assureur. Aujourd’hui, si la procédure de mise en état avance, le volet pénal en revanche piétine toujours. « Plus révoltant, ce n’est pas la première fois que cela arrive. Avec le crash du vol de Yemenia, il n’y a jamais eu de procès pénal aux Comores », regrette maître Saïd Mohamed. On dit que l’absence d’un juge d’instruction à Mwali, où l’accident a eu lieu bloquerait le lancement d’une vraie enquête judiciaire. Le bémol, personne n’a vu les conclusions de la commission d’enquête mise en place au lendemain du drame. Des sources assurent que des conclusions préliminaires auraient été remises au chef de l’État depuis un moment. Pourquoi personne ne les a jamais évoquées ? Est-ce une façon de protéger des personnalités haut placées mises en cause par cette enquête préliminaire ?

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1077

Le journal des jeunes

À la Une

Barrages : à quelles aides ont droit les entreprises ?

Sur « potentiellement 5.000 salariés » à Mayotte, indique Christian Pichevin, directeur régional des finances publiques (DRFIP) sur l’île, 300 demandes d’activité partielle auraient été formulées...

VIDEO. Les leaders des Forces vives demandent la levée des barrages

Safina Soula et d'autres représentants des Forces vives ont appelé le reste du mouvement à la levée des barrages ce jeudi matin, lors d’une...

Miréréni-Combani : le conflit intervillages s’enflamme

Le face-à-face entre bandes de délinquants basées à Miréréni et Combani s’était quelque peu tassé avec le mouvement social. Cela n’a pas duré. Les...

Barrages : « La sécurité a toujours été la première revendication de la base »

Ce mercredi, plusieurs barrages sont encore en cours sur l’île, malgré une volonté de levée de la part de la majorité des leaders des...

Barrages : Maintien ou non ? Le flou demeure chez les Forces vives

Représentants des Forces vives et principaux groupes de barragistes peinent à s’entendre et beaucoup de gens sur l’île s’interrogent sur la direction que prend...